Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

12 mai 2014 1 12 /05 /mai /2014 21:26

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

http://liberonsles.files.wordpress.com/2014/02/halte22.png?w=213&h=300

 

 Lettre depuis plusieurs endroits du monde en solidarité avec L’EZLN 
De nos compañeros zapatistes, nous avons toujours appris, de leur cheminement, de l’histoire qu’ils ont changée, des cours qu’ils nous ont donnés et des enseignements de liberté. Aujourd’hui nous partageons leur rage et leur douleur. Certains parmi nous, signataires de cette lettre, avons été des élèves de la petite École Zapatiste, d’autres non, mais nous savons que les maîtres et maîtresses d’école, les votanes, gardiens, gardiennes, sont des êtres humains exemplaires qui, avec dignité, ont enseigné et partagé leur vie quotidienne et ce monde qui se construit depuis en bas, dans les montagnes du sud-est mexicain. Nous savons que la lutte zapatiste a été une école de dignité qui a semé la révolte et l’espoir partout dans le monde. L’aggression du 2 mai contre le Caracol I de La Realidad n’a fait qu’indigner profondément tous ceux qui voient dans la lutte zapatiste quelque chose de très profond : un référent, un chemin, une inspiration, une façon de voir, de vivre, de résister, qui nous anime. L’assassinat de notre compañero Galeano, d’un votán, d’un professeur, de l’une de ces nombreuses voix qui sont aujourd’hui la voix par laquelle l’EZLN parle et partage avec le monde, cet autre monde qui grandit en toute autonomie, cet assassinat est une agression contre nous tous qui avons appris et qui continuons d’apprendre de ces nombreux votanes, qui nous ont enseigné et continuent à nous enseigner le visage de la liberté. Que pouvons-nous comprendre de cette agression paramilitaire qui est arrivée au centre du Caracol de La Realidad ? Que visent ces balles, ces coups, cet assassinat ? Que cherchent les gouvernements de Manuel Velasco et de Enrique Peña Nieto? S’ils cherchent à voir jusqu’où ils peuvent agresser, jusqu’où ils peuvent continuer à agresser, jusqu’où ils peuvent intensifier la guerre contre les zapatistes, qu’ils sachent que le monde est en train de regarder, que ni un autre mensonge dans la presse sur les « conflits entre communautés ou organisations », ni les vielles versions qui disent que les zapatistes sont les agresseurs, ni tout le venin et la violence lancés depuis le pouvoir, ne pourront arrêter tant de rage, de révolte et de solidarité qui débordent de partout. L’assassinat du compañero Galeano, la façon dont il a été tué, est la preuve de la lâcheté du pouvoir, de ceux qui se cachent derrière les balles, de ceux qui veulent taper et mutiler la justice, de ceux qui veulent assener le coup de grâce à la liberté. Nous réclamons l’arrêt de la stratégie de guerre et de para-militarisation à l’encontre des communautés Zapatistes. Kristinn Hrafnsson, Wikileaks, Naomi Klein, Avi Lewis, Manuel Castells, Arundhati Roy, Noam Chomsky, Yvon Le Bot, Michael Hardt, Greg Grandin, Department of History, NYU, Eduardo Almeida Acosta, Ma. Eugenia Sánchez Díaz de Rivera, José Luis San Miguel Espejel, Oscar Soto Badillo, Ana Lidya Flores, Pablo Reyna Esteves, Francisco Valverde Díaz de León, Guiomar Rovira, Raquel Gutiérrez Aguilar, Guillermo Briceño, Aurora Berlanga, Daniel Mato, Buenos Aires, Argentina, Pierre Beaucage Montreal, Canadá, Dario Azzellini profesor asistente, Universidad Johannes Kepler Linz,, Patricia Benítez Muro, Comité Civil de Diálogo ESPACIO CIUDADANO, Dra. Dianne Rocheleau, Clark University, Worcester MA USA, Nuria Ciófalo California EUA, Gustavo Esteva Figueroa, Fernando Matamoros, José Günther Petrak Romero, Raúl Nezahuacoyotzin, Axel Didriksson, Sara Andrade Narváez, Esperanza Terrón Amigón, Anahí Espíndola Pérez, Luis Mauro Izazaga Carrillo UIA Puebla, Claudia Magallanes Blanco, UIA Puebla, Ariadna Flores Hernández, Eréndira Dérbez, Alfonso Flores., Guadalupe López Nava, Vicente Carrera Alvarez, Daniela Parra Hinojosa, Iliana Galilea Cariño Cepeda, Guadalupe Chávez Ortiz., Alejandro Ortiz Cotte., José Cervantes Sánchez., Norma Ramírez Alpírez, Teresa Yurén, José Antonio Arnaz, Jorge Basaldúa Silva, Lourdes Pérez Oseguera, Marcela Ibarra Mateos, Judith Chaffee, José Cervantes Sánchez, Teresita Sevilla Zapata, Daniel Jiménez García, Héctor Bernal Mendoza, Carlos Ocaña Parada, Miriam Gamez Cabanzos, Úrsula Guadalupe Torres Rosales, Vicente Alcazar Arzate, Isabel Lozano Maurer, Lucía Elena Rodríguez Mc Keon, Paloma Galeana Barranco, Norberto Castillo González, Eduardo Ulises Ortíz Pino, Vicenta Cuaya Cuaya, Rocío Huanetl Cuaya, Alberto González Tlacotla, Erick González Mejía, Perla Barreto Sánchez, Maria del Pilar López Pereyra, Verónica Dávila Velasco, César Francisco Barranco Cacique, Isidro Martínez García, Antonio Gama Muñoz, Juan Manuel Soto Blanco, Araceli López Varela, Martín Navarrete García, Beatriz López Marín, Ramón Cruz Angulo, Marco Antonio Sandoval Elías, Belem Nepomuceno Moreno, Ángeles Cebada Alonso, Israel García Plata, Juan Carlos Flores Caballero, Miguel Ángel Sánchez Rodríguez, Marco Delgado Martínez, Marco Antonio Palomeque Tapia, Alexia de la Cruz Aguilar, Miguel Ángel Gómez Albores, Andrea Sheila Gallo Zapata, Mario Andrés León Ojeda, Adrián Maldonado Aragón, Laura Ríos Díaz, Javier Suárez Montiel, Pedro Calderón Martínez, Daniel Arellano Vázquez, Daniela Guzmán Guzmán, Fabiola Monterrubio Ruíz, Gabriela Moreno Subiaur, Andrés Peláez Montaño, Itzel del Carmen Peña Quevedo, Alberto Salado Mellado, Jorge Alejandro García Rodríguez, Roberto Alejandro Carrillo Padrón, María Fernanda Díaz Cortés, Nayeli Galindo Briones, María Fernanda Limón Merlo, Melissa Nataly Franco Lujan, María Fernanda Proal Sánchez, Arantxa Ricardez Pérez, Carolina González Barranco, Manuel Martínez, Bermary García, Natalia de Bengoechea, María de la Paz Angélica Cuahutle Gaytan, Laura Yolanda Rodríguez Matamoros, Jose Alejandro Fernandez Diaz, Antonio Kuri Breña, Jesús Antonio Rojas, Carolina González Barranco, Jorge Rodríguez., Sara Alicia Andrade Narváez (UPN Ajusco)., José Andrés Fuentes, Eugenia Legorreta Maldonado, María Ignacia Ibarra, Raúl Romero Lara, Elisa Gutiérrez Díaz, Oscar Gonzalo Hernández Valdez, Guillermo Alfaro Telpalo, Carlos A. Ventura Callejas, Lorena Álvarez Moreno, Rosario Ton Lugo, Juan Pablo Vázquez Gutiérrez, Eugenia Legorreta Maldonado, Elena Luengas Dondé, Francisco Javier Bautista de la Torre, Javier Urbano Reyes, Julio César Colín, Conrado Zepeda Miramontes SJ, Gisela Martínez, Sandra Pätargo, Erika Lozano, Aldabi Olvera, Tania Gómez, Ignacio Martínez, Eduardo Velasco, Aicia Patricia Balderas Romero, Luis Mauro Izazaga Carrillo, Miriam Carrillo Ruiz., Erick Ramírez Medina, Samuel Barroeta Valderrrama, Laura Durán Fernández, Adriana Paola Palacios Luna, Gabriela Farías Islas, Jorge Jiménez Gómez, Cecilia Zeledón, Universidad de la Tierra en Puebla, Luis Maralet, Jimena Morales, Jacinto Victoria Rojas, María Guadalupe Velázquez Guzmán, Daniela Lechuga Herrero, Inti Barrios Hernández, Concepción Hernández, Noe Arteaga, Martin Barrios, Homero Mendoza, Viviana Medina, Karina Castro, Carmelo Monge, Melina Gómez, Tamara San Miguel Suárez, Eduardo Almeida Sánchez ORGANISATIONS : Les trois passants, París (Francia) Secrétariat international de la CNT (Francia) Comite de solidaridad con los Pueblos de Chiapas en Lucha –CSPCL (Francia) Union Syndicale Solidaires (Francia) Fédération SUD éducation (Francia) Mut Vitz 13 de Marseille (Francia) Comité Tierra y Libertad, Lille (Francia) Caracol Solidario, Besançon (Francia) Confederación General del Trabajo –CGT (Estado Español) Plataforma de Solidaridad con Chiapas y Guatemala de Madrid (Estado Español) Caracol Zaragoza (Estado español) Centro de Documentación sobre Zapatismo –CEDOZ (Estado Español) Uniòn Mexicana Suiza -UMES (Suiza) Red-Latino americana de Zürich –RLZ (Suiza) Dorset Chiapas Solidarity Group (Reino Unido) Gruppe B.A.S.T.A., Munster (Alemania) LaPirata: - Nodo Solidale, México y Roma (Italia y México) - Colectivo Zapatista Lugano (Suiza) - Nomads, Bologna, Berlin (Alemania) - Adherentes individuales Enlace Urbano de Dignidad (Puebla) Nodo de Derechos Humanos (Puebla) Proyecto de Animación y Desarrollo – PRADE (Puebla) Comisión Takachiualis de Derechos Humanos (Puebla) Casa Sin Puertas (Ciudad de México) Más de 131 (Ciudad de México) Centro de Derechos Humanos Miguel Agustín Pro Juárez (Ciudad de México) Programa de Interculturalidad y Asuntos Indígenas, Ibero Cd. deMéxico Colectivo Obreras Insumisas (Puebla) Asociación Tetela Hacia el Futuro (Puebla) Costureras de Sueños, grupo de teatro independiente (Ciudad de México) Colectivo de Trabajadores Democráticos de Puebla (Puebla)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2