Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 20:49

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com


A lire sur verdammtlangquer: l'histoire révolutionnaire sur le banc des accusés

6. Februar 2013 by verdammt3

 

Dans le procès contre des membres supposés des "Cellules Révolutionnaires", le "témoin de la couronne" s'empêtre dans des contradictions.

 

Devant la Cour d'assises de Francfort sur le Main, la présidente Bärbel Stock, dirige les débats contre deux militants des années 70. Durant les 25 audiences qui ont eu lieu jusqu'à maintenant, elle a montré clairement sa volonté de les condamner.

 

"Joyeux anniversaire" chantent des visiteurs dans la salle lorsque Sonja Suder entre. Elle vient de la maison d'arrêt de Francfort-Preungesheim et maintenant elle sourit. Des visiteurs de tous âges ont entonné ce refrain avec un enthousiasme surprenant. Même un brave employé de justice qui surveille d'habitude le prétoire ne peut s'empêcher de sourire. Sonja Suder a eu 80 ans. Son co-accusé Christian Gauger, 71 ans, est son compagnon. Tous deux se sont engagés dans la première moitié des années 70 à Francfort, elle dans les squatts, lui dans le Secours rouge non dogmatique pour la libération des prisonniers politiques.

 

Tous deux se trouvent maintenant devant le tribunal de grande instance de Francfort. On leur reproche, comme militants des Cellules révolutionnaires (RZ) en août 1977 et mai 1978 d'avoir commis trois attentats à la bombe ou incendies criminels. Deux de ces actions étaient tournées contre des entreprises livrant des pompes pour des centrales nucléaires ou des éléments de construction pour des installations d'enrichissement d'uranium à l'Afrique du sud, pays de l'apartheid. La troisième visait le Château de Heidelberg pour dénoncer la contradiction entre un site touristique chic et la destruction parallèlement de quartiers entiers au nom de la spéculation foncière. Les dommages restèrent très faibles. Sonja Suder est accusée d'autre part d'avoir fourni une aide logistique lors de l'attaque contre la Conférence des pays exportateurs de pétrole (OPEP). A l'époque, 11 ministres du pétrole avaient été pris en otage pour provoquer une prise de position voire de soutien des Etats arabes aux mouvements de libération palestiniens. Trois agents de sécurité perdirent la vie. A cause de cela, Sonja Suder est en détention préventive depuis septembre 2011. Christian Gauger qui a perdu la mémoire à la suite d'un arrêt cardiaque, a été laissé en liberté.

 

Une juge et sa relation à la torture

 

Quand Bärbel Stock entre dans la salle et se dirige vers son siège, elle fixe le sol. C'est seulement une fois assise, qu'elle lève les yeux et ouvre la séance à voix basse. La présidente du tribunal, née en 1956, a commencé ses études de droit dans la deuxième moitié des années 70. Elle est juge depuis presque trente ans. Un poste à la Cour fédérale, qu'elle espérait, a été, aux dires de cercles judiciaires, donné non à elle mais à l'un de ses assesseurs. Depuis le 21 septembre 2012, elle préside le procès dans la salle hautement sécurisée du tribunal de Francfort - deux autre juges, deux juges assesseurs non professionnels et trois juges remplaçants siègent à côté d'elle, le plus souvent en silence. Une épaisse vitre sépare le prétoire de l'étroite salle réservée au public. Les visiteurs subissent une fouille pénible avant d'entrer. Ils protestent contre une décision de Stock, qui ordonne l'enregistrement de leur identité et autorise la présence de policiers armés dans la salle.

 

Bärbel Stock est la juge qui en 2004 a prononcé le jugement dans le procès contre l'ancien vice-président de la police de Francfort Wolfgang Daschner, qui avait ordonné d'employer la  force contre un prisonnier accusé d'enlèvement d'enfant. Stock avait décidé d'une amende avec sursis, restant bien au-dessous de la peine prévue. Daschner n'avait pas payé un centime. Et les organisations de défense des droits de l'homme avaient vu dans ce jugement un signal fatal: celui qui torture est certes coupable, mais ne sera pas condamné.

 

L'assouplissement de l'interdiction de la torture joue aussi un rôle dans le procès en cours. Il s'agit concrètement du témoin Hermann Feiling, lui aussi militant des années 70, qui voulait attirer l'attention sur la dictature militaire sanglante, pendant la coupe du monde de football de 1978 qui se jouait en Argentine. L'engin explosif destiné au Consulat d'Argentine à Munich lui explosa sur les jambes. Il dut être amputé des deux jambes et on lui enleva les deux globes oculaires. Les interrogatoires du jeune homme grièvement blessé, souffrant de crises d'épilepsie et auquel on administrait de très fortes doses de tranquillisants, commencèrent alors qu'il était encore en soins intensifs. Presque quotidiennement et durant quatre mois, les enquêteurs l'interrogèrent sans autoriser de visites d'un avocat et d'amis ou de personnes de confiance. Les comptes rendus représentent près de 1 300 pages. Hermann Feiling est revenu ensuite sur toutes ses déclarations.

 

Malgré les objections portées parfois timidement, parfois avec beaucoup de courage par les six défenseurs, la président du tribunal Bärbel Stock lit les comptes rendus, et accepte de ce fait les conditions relevant de la torture dans lesquelles ils ont eu lieu. Elle fait cela, parce qu'elle veut s'appuyer sur ces déclarations pour rendre son jugement.

 

Un autre point parle contre le fait qu'il s'agirait d'un procès équitable: la seule charge dans le cas de l'OPEP, ce sont les déclarations du "témoin de la couronne" (repenti) Hans-Joachim Klein, qui faisait partie du commando international qui en 1975 à Vienne prit en otage les ministres du pétrole dans le bâtiment de l'OPEP . Klein fut condamné en 2001 par une autre cour du tribunal de Francfort pour trois assassinats à neuf années de prison et libéré en 2003. Il obtint une réduction de sa peine, entre autres du fait de ses déclarations contre Sonja Suder. C'est juste après son premier interrogatoire en Allemagne en 1999 qu'un mandat d'amener fut délivré contre elle.

 

Cependant, en 2001 déjà, une autre personne, qui avait été elle aussi lourdement accusée par Klein, a été relaxée. Le tribunal avait constaté dans la motivation de son jugement, que Klein ne disait pas la vérité: il serait arrivé aux limites de ses capacités de se souvenir, il aurait enjolivé ses déclarations et décrit de manière inexacte des événements. Le tribunal émet même l'idée qu'il aurait volontairement menti lors de sa description de l'échange mortel de coups de feu dans le bâtiment de l'OPEP, pour détourner l'attention de sa propre participation.

 

Nouvelles accusations d'un menteur bien connu des tribunaux

 

Trois fois, le tribunal de Francfort en 2001, a constaté  que Klein - alors qu'il n'avait jamais jusque-là dans ses nombreuses déclarations parlé d'une femme -, "brusquement" en juillet et septembre 1999 implique une femme, qu'il identifie comme le sixième membre des RZ, bien qu'il ait parlé jusque là que de cinq membres. Les déclarations de Klein, selon le tribunal, seraient "difficiles à vérifier et contradictoires".

 

Depuis la mi-janvier, Hans-Joachim Klein est entendu en tant que témoin. Il accuse Sonja Suder, d'avoir apporté personnellement des armes dans un appartement clandestin à Vienne, peu avant l'action contre l'OPEP, ce qui ne correspond pas à ses précédentes déclarations. Lorsque le procureur le lui fait remarquer, il continue à s'empêtrer dans des contradictions. C'est pourquoi la défense a déposé une requête demandant la levée du mandat d'arrêt, sur laquelle la juge Stock devra se prononcer prochainement. La décision pourrait laisser présager la peine encourue: ce n'est en effet que si la cour estime que les déclarations actuelles de Klein sont crédibles, qu'une peine élevée pourrait être prononcée, dans ce cas une condamnation à perpétuité.

 

Malgré cela, Sonja Suder donne une impression de gaité et de fermeté durant ce procès. Dans une conversation avec l'hebdomadaire suisse WOZ, elle avait indiqué: "Si tu as décidé auparavant, si quelque chose se passe, de ne rien dire, de ne faire aucune déclaration, alors tu te sens sûre de toi."

 

Elle a vécu 33 ans en exil avec son ami Christian Gauger. En été 78, ils avaient remarqué qu'ils étaient surveillés. Ils sont passés dans la clandestinité à Francfort. Après les déclarations de Klein en 1999 et l'arrestation à Paris en 2000, l'Allemagne réclama leur extradition. La France refusa, les faits étant prescrits en droit français. Le couple put vivre après avoir versé une caution relativement faible, encore 10 ans en liberté en France. C'est seulement avec le nouveau mandat d'arrêt européen entré en vigueur en 2006, que la justice allemande put déposer une demande avec succès.

 

Pas de coopération avec les enquêteurs

 

Suder et Gauger ont refusé début 2000 une proposition informelle des services du procureur  leur promettant une peine avec sursis contre des aveux. Ils utilisent leur droit à refuser de faire des déclarations. Cela leur vaut beaucoup de sympathie de la part de jeunes militants qui ne connaissent les Cellules révolutionnaires et les années 70 qu'à partir des livres ou de récits. C'est pourquoi, il y a des initiatives régulières de solidarité. Un comité et le Secours rouge local observent le procès et informent l'opinion publique. Selon eux, l'accusation a de mauvaises cartes: il n'y a pas à ce jour de preuves tangibles, la crédibilité du témoin serait "complètement remise en question". Cependant, - comme  le montre ce procès aujourd'hui - celui qui, comme ancien militant ne coopère pas avec les autorités et ne trahit personne, celui-ci se trouve confronté à la violence de l'Etat de droit.

 

L'enquête a duré 30 ans, 10 ans l'extradition. Sonja Suder est en détention préventive depuis plus d'un an. La présidente a refusé à ce jour, toutes les demandes de remise en liberté. Il faut bien que finalement elle donne raison à tout cela. La juge doit  condamner. C'est ce que lui dicte la raison d'Etat.


http://www.neues-deutschland.de/artikel/812064.linke-geschichte-auf-der-anklagebank.html

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2