Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 21:49

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

3 jours de rencontres de débats de témoignages sur LA MEMOIRE DES LUTTES

 


QUARTIERS LIBRES #4 : la mémoire est une arme !

13/14/15 DÉCEMBRE 2013 @ ST-ÉTIENNE

mardi 19 novembre 2013

 

Pour la quatrième année consécutive, AVATARIA s’associe à l’organisation collégiale du festival QUARTIERS LIBRES.

AFFICHE QUARTIERS LIBRES #4

EDITO

Militant-es de la scène contre-culturelle stéphanoise, nous [1] avons créé la structure informelle "Quartiers Libres" en 2010 dans le but d’affirmer notre soutien et de montrer l’interconnection évidente que notre combat peut avoir avec celui d’autres collectifs/associations qui luttent (parfois dans l’ombre) contre les mécanismes d’un monde qui ostracise de plus en plus les faibles, les pauvres, les immigré-es...


Concrêtement, nous partageons les mêmes indignations, les mêmes dégoûts, mais aussi, et surtout, la même soif de liberté, la même envie de partager ou de créer des lieux les plus ouverts possibles. Nous avons donc organisé un festival trois années consécutives (au Musée de la Mine, puis à Ursa Minor, La Gueule Noire et la Dérive) qui nous a permis de mettre en avant et de soutenir financièrement et politiquement les gens qui, localement, s’organisent pour résister. Qu’ils soient des collectifs anti-carcéraux ou de soutien aux sans-papiers, des projets de lieux autogérés,une radio associative libre,sauvage et impertinente, une caisse de solidarité... tous font partie d’une lutte globale dans laquelle nous nous retrouvons et que nous défendons. Se rassembler nous permet d’affirmer tout celà en faisant la fête, en discutant, en jouant... et surtout de montrer que nous sommes tous/tes embarqué-es sur le même radeau de la méduse, décidé-es à y accueillir le plus de monde possible, quitte à couler en mettant le dernier coup de boutoir dans les vaisseaux de guerre monstrueux que nous avons face à nous.


À l’instar de Woody Guthrie et sa guitare, nous considérons que ce festival est une arme, que l’on met à disposition pour qui veut bien s’en servir…

 


 

VENDREDI 13 @ LE FRANCE
PROJECTIONS & DÉBATS
18H30 - PRIX LIBRE

LUCIO


Anarchiste, braqueur, falsificateur... mais avant tout maçon
Documentaire basque réalisé d’Aitor Arregi et José Mari Goenaga - 2007 - 1h33


Lucio Urtubia, activiste anarchiste basque, a traversé d’aventure en aventure la seconde partie du siècle passé. Son action contre la dictature de Franco l’a amené à côtoyer et à lutter avec les révolutionnaires des autres pays européens et sud américains. Faussaire, il participa à la confection de papiers d’identité mais aussi de faux dollars à Cuba et des faux travelers de la City Bank pour alimenter les caisses de solidarité et la résistance.


LUCIO

 

 

G.A.R.I.
Documentaire français de Nicolas Réglat - 2012 - 1h23


Espagne, mars 1974. Cinq membres du M.I.L. (Mouvement Ibérique de Libération) risquent d’être condamnés à mort par la justice franquiste. Pour leur éviter le garrot, quatre groupes d’activistes à Paris et à Toulouse décident d’unir leurs forces dans un réseau appelé les G.A.R.I. (Groupe d’Action Révolutionnaire Internationalistes). Ils organisent l’enlèvement de Balthazar Suarez, représentant de la Banque de Bilbao à Paris en échange de la libération de leurs camarades du M.I.L. Les détenus sont épargnés, le banquier est libéré, les G.A.R.I. se séparent et aucun des vrais responsables ne sera jamais arrêté. Quarante ans plus tard, le réalisateur qui a grandi dans le secret de cette aventure profite de la prescription pour donner la parole aux anciens du G.A.R.I. Ce film retrace une histoire subjective et décalée, racontée par des "acteurs" qui ne cuisinent pas que du lapin. Sur un mode humoristique, certaines langues incroyablement déliées nous replongent dans une époque riche d’enseignements.

JPEG - 32.7 ko
                                   G.A.R.I.

VIDEOMATON : Les MOLEX
Documentaire de Marie Raynal - 2012 - 25mn


Ne pas oublier les ouvriers... Quand ils luttent, ils deviennent alors les Conti, les Mital, les Molex... des hommes et des femmes en colère.... L’actrice Marie Raynal est passé derrière la caméra pour nous montrer les visages des méprisés du système de violence sociale. Documentaire répétitif comme les jours perdus devant la machine, un prénom, un nom, une qualification et le nombre d’années dans l’entreprise...

 

ILS ONT REJOINT LE FRONT pour libérer l’Algérie
Documentaire franco-algérien de J. Asselmayer - 2012 - 61mn


Au moment où s’achèvent les commémorations du cinquantième anniversaire de l’indépendance de l’Algérie ce film documentaire nous fait partager d’autres regards sur ces huit années du combat d’un peuple pour se libérer du joug colonial. Archives inédites, et prises de positions de quatre témoins principaux qui contredisent une vision de l’ histoire réductrice qui voudrait faire croire que les colons seraient devenus victimes et qui renvoie dos à dos dans une mascarade d’objectivité deux "violences" et glorifiant les "bienfaits de la colonisation".

JPEG - 41.6 ko
                                            ILS ONT REJOINT LE FRONT

FREEDOM BUS RIDE FOR JUSTICE !
Documentaire d’Anna Riche et Al Mayuk - 2012 - 36mn


Ne pas oublier la Palestine... En septembre 2012, à l’initiative du Freedom Theater de Jénine, des militants et des artistes du monde entier se sont joints aux artistes palestiniens pour une tournée de 9 jours en territoire occupé... Avec le théâtre interactif, une autre façon d’aborder la question de l’occupation colonialiste, le vol de l’eau potable et des terres, les nouvelles colonies, le mur de la honte, la violence sioniste...

JPEG - 34.4 ko
                                            FREEDOM BUS RIDE FOR JUSTICE

SAMEDI 14 @ LA BOURSE DU TRAVAIL
EXPO & DISCUSSIONS

11H30 : VERNISSAGE DE L’EXPOSITION "LES ANNÉES DE PLOMB" DE M.C. CORDAT


Dessins à la mine de plomb sur la thématique de la mémoire des luttes dans les années 70.
Faits en 2012 à partir de photos de presse connues ou inconnues, ces dessins retracent des moments clés de l’histoire de la lutte armée internationale durant les années de plomb. Ces luttes, qu’il s’agisse de l’arrestation de Ulrike Meinhof ou le dessin représentant le policier italien déguisé en clown de l’espace à cause des actions des brigades rouges, montrent bien comment la peur peut changer de camp. Action Directe, la RAF, les BR, les Weathermen et bien d’autres ont oser défier les oligarchies occidentales, redéfinissant les contours de nos libertés face à la violence étatique capitaliste. Il est temps de lever le voile sur cette histoire interdite, passée sous silence par les médias et carrément falsifiée par les sbires des empereurs. Ces combattants rock’n gun ont des visages. Beaucoup sont morts mais d’autres sont dans les geôles de la République ou sous surveillance avec des interdictions de séjour. Il nous appartient d’inscrire cette histoire passionnante dans la grande histoire car ces fabuleux combattants sont nos modestes héros.


JPEG - 170.7 ko
                                    WEATERMEN PAR M.C. CORDAT

A PARTIR DE 14H : DISCUSSIONS SUR LES THEMES "DE LA TRANSMISSION DE LA MEMOIRE", "LA MEMOIRE EST UN COMBAT" ET "LES LUTTES ACTUELLES"


Haut lieu des luttes et des réunions ouvrières stéphanoises, la salle Sacco et Vanzetti de la Bourse du Travail accueille les rencontres internationales autour de la transmission de la mémoire des combats des années 60, 70 et 80. Quartiers Libres organise une confrontation entre de nombreux acteurs de l’ancienne époque et les nouvelles réalités de résistance.


La bourgeoisie rêve d’un adversaire prolétarien sans mémoire et incapable de retrouver le sens historique de son combat. Un militant sans mémoire est un militant pieds et poings liés à un présent sans futur.

SAMEDI 14 @ URSA MINOR
CONCERTS/PERFORMANCE - 20H
20H / PAF : 5€ + adhésion prix libre

JPEG - 40.8 ko
ANNY KASSY

ANNY KASSY
RAP/GUINÉE
"J’ai réfléchi et jai voulu me trouver un nom particulier qui ait une signification profonde... car étant convaincue que je vais dire dans mes chansons des choses qui ne vont pas plaire à certains - et j’ai choisi KASSY, qui signifie la gale en soso, tu vois un peu que la gale dérange... Tu vois, le coté positif de ce nom est qu’il pousse les gens à se parfaire à changer de comportement car personne ne veut avoir la gale."
Anny Kassy est la première rappeuse qui fait du rap en tant que meuf en solo, en Guinée Conakry. Elle a un regard critique sur la société qui l’entoure, mais garde un discours chargé d’espoir et de force. Loin des lamentations plaintives auxquelles certains rap nous ont, hélas, mal habitués, Anny Kassy déclame sa réalité avec rage.

 

CAVALERIE
folK rocK / Sainté
Cavalerie, c’est un cheval lancé au galop sur un lac gelé. Une énergie Punk dans un blouson Folk. Du Rock’n’Roll au banjo. De la percussion et de la brume. Malgré tout, Cavalerie ne se sent pas concerné par la hausse de TVA des centres équestres.

"LE TORTURARIUM DE LA REPUBLIQUE" PAR MARIE-CLAIRE CORDAT
Cet happening place le corps au centre du système carcéral.
M.C. CORDAT : "J’ai mis au point cette action à partir de nombreuses lectures au sujet de la détention et de l’enfermement, notamment les livres de Jann Marc Rouillan. Mon travail s’est toujours articulé autour de l’angoisse et la condition humaine. La performance est un travail sur la limite et contre les normes sociales. Cette action sera exécutée tout spécialement dans un lieu sombre, froid et aura pour décor une porte de prison et des murs. J’exploite physiquement et psychologiquement la tension morbide qui s’exerce entre une personne humaine (livrée à son animalité) face aux murs. Je n’ai jamais été en prison mais je connais les rituels de la désespérance comme le fait de faire les cents pas. J’ai enduré la pauvreté, sœur d’une détérioration totale de l’être car les sans papiers sont des enfermés dehors, la privation de nourriture d’affection de biens personnels est proche de la privation de liberté. J’ai toujours et presque malgré moi travaillé sur la respiration, le cri et le son dans une boite sans air. Le monde est une vaste prison avec ses codes et ses lois. Je trouve révoltant que la société fonctionne encore sur un système punitif et tortionnaire. Que ce système soit maintenu par la violence d’état c’est une chose mais qu’il soit cautionné par tous relève d’un niveau de pensée arriéré. La prison est aussi moyenâgeuse que le choix du nucléaire. Cela est l’expression même d’une société dénuée d’intelligence et de bienveillance, le visage même de la mort, la grande mort. La prison est un système d’aliénation et d’extermination."

JPEG - 25 ko
HEYOKA

 

HEYOKA
anarcho-punk / Dijon
Groupe dijonnais formé initialement en 1991, Heyoka se sont séparés en 1997 avant de se reformer en 2009 et de sortir une compilation rétrospective (Piqure de Rappel) et un album (Etat des Lieux), avec toujours la même ferveur revendicatrice anarcho-punk.
http://heyokapunk.com

THE CHEMIST & THE ACEVITIES
anarcho-surf / Dijon

JPEG - 58.4 ko
THE CHEMIST & THE ACEVITIES

The Chemist & the Acevities c’est un groupe auto-revendiqué d’Anarcho-Surf de laboratoire, qui distille un set instrumental entre garage, surf et punk. Ces scientifiques retranscrivent leurs expériences en une vague d’énergie musicale dévouée à la libération individuelle et l’émancipation collective.
http://thechemistandtheacevities.ba...

MUCKRACKERS
Industrial Harsh Punk / LORRAINE
Depuis plusieurs siècles la vallée de la Fensch vivait au rythme de cette Sainte Trilogie : le fer, la fonte, l’acier. La mise à mort des deux derniers hauts fourneaux d’Hayange signe la fin d’une époque, et du mythe de la sidérurgie toute puissante. Mais les échos des laminoirs et les sirènes des coulées résonnent encore dans toutes les têtes.
"La Lorraine compte quatre départements plus un cinquième qui s’appelle la Sidérurgie" : Tel est le leitmotiv de Muckrackers, groupe formé dans le Nord de la Lorraine en 1998 sur les cendres de Drafts Poets. Après avoir sorti quelques albums autoproduits dans le début des années 2000, Muckrackers a lancé sérieusement sa carrière en 2004 avec le single Rot_Front_36, single qui marquera l’affirmation de leur style de "Rock industriel lourd, massif et sans concession" autoproclamé "Industrial Harsh Punk", dans la continuité de leur Metal-Indus teinté de Powernoise des débuts.

JPEG - 50.5 ko
                                                           MUCKRACKERS

C’est aussi à partir de ce single et surtout à partir du véritable premier album du groupe Bis Zum Tod (2006) que les Muckrackers ont pris fait et cause pour l’histoire et le devenir de la sidérurgie lorraine, rongée et meurtrie par les licenciements au fil des années, dus au capitalisme outrancier et à la mondialisation, qui ont mis à mal les emplois et les vies des sidérurgistes, ouvriers et mineurs lorrains. Ce sont ainsi les revendications syndicalistes et les appels à l’action, à ne pas laisser une région mourir à petit feu, qui constituent le fil directeur de la musique de Muckrackers, qui lutte pour que la Lorraine vive (car comme le dit le slogan sidérurgiste, "ceux qui luttent sont ceux qui vivent"). Un concept engagé et assumé, qui se retrouve surtout dans les nombreux samples historiques, qui sont une composante principale de l’assaut sonore des fiers Lorrains.


http://www.muckrackers.org/


 

DIMANCHE 15 @ LA GUEULE NOIRE
REPAS & PROJECTIONS
PRIX LIBRE + adhésion prix libre

13h : BOUFFE INTERNATIONALISTE + INTERVENTIONS & POESIES


Jérôme Bertin est né en 1975 à Limoges et vit et travaille aujourd’hui à Marseille. Cofondateur avec Sylvain Courtoux et Charles Pennequin des éditions Poésie express, il a publié dans les revues Nioques, Java, Plastiq, Fusée, ExistenZ, Le Jardin ouvrier, Avis de passage, Doc(k)s, Action poétique, Boxon. Son premier livre, Babylone-centre, a été publié en mars 2003 aux éditions Le Corridor Bleu. Depuis il a publié chez Al Dante, Round 99, Bâtard du vide, Pute et prochainement Première ligne.


17h : PROJECTION "WHEN THE WAR END"

 
Film hollandais de Thijs Schreuder - 2011 - 36mn
Chaque jour, Robert McClenaghan fait face à son passé : en 1974, il a rejoint l’IRA à l’âge de 17 ans. Il a vu tomber ses amis, et participé activement à des attentats... À la prison de Long Kesh, il est régulièrement battu, mais ses amis, dont Bobby Sands, l’aident à s’en sortir.
Aujourd’hui, Robert parle de son passé comme il le ferait d’une lointaine connaissance. Mais, alors qu’approche la nuit de Noël, les démons du passé, tapis dans l’ombre, s’apprêtent à revenir dans la lumière.

JPEG - 63 ko
                      When the war end

LES LIEUX QUARTIERS LIBRES

  • LA BOURSE DU TRAVAIL, 10 cours Victor Hugo, Saint-Étienne
  • URSA MINOR, 11bis rue de l’Égalerie, Site Mosser, Saint-Étienne
  • LA GUEULE NOIRE, 16 rue du Mont, Saint-Étienne
  • LE FRANCE, 8 rue de la Valse, Saint-Étienne

Notes

[1Dans le rôle des cartouches, jusqu’à présent : Avataria, Univers Soul, La France Pue, Les Créations du Crâne, Les Arts du Forez, La Vieille au Balcon, Petits Travaux, La Gueule Noire, Le Collectif 100 Papiers, La Dérive, Radio Dio, Le Numéro Zéro et le soutien des ami-es de Red Bong, Binaire, Drowning Dog & DJ Malatesta, Hell Division, Ariel Kyrou, Hophophop et Père Bruno, Broadway, The Hiddentracks, Rature, Mans, Romstick et Dj Oleg, Unlogistic, Première Ligne, La Fraction, Disco Mobile, Tortilla Flat, Solar, Pied Gauche, La Barricade, Usinette, Total Eclipse, Die Grosse Stille, Moshe/Brzowski, Nose in the Nose, Medef Inna Babylone, DJ Lord Spydaman.

Partager cet article

Repost 0
Published by luxemb
commenter cet article

commentaires

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2