Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 20:05

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Le collectif Coup Pour Coup 31 vous invite à une présentation du livre "Georges Ibrahim Abdallah", en présence de Jean-Marc Rouillan (pour les éditions Al-Dante).

 

Cette conférence aura lieu le Mardi 30 Octobre à 19h à la librairie Terra Nova (18 rue Gambetta).

Rejoignez l'évènement Facebook : ICI


Venez nombreuses et nombreux !

 

Affiche-Coup-Pour-Coup-31.jpg

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 15:55

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

pochoir couleur

 

GEORGES

IBRAHIM

ABDALLAH

DOIT ÊTRE

LIBÉRÉ !

 

 

 

Cette année encore, le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah sera présent à la fête de l'Humanité dans le Parc de la Courneuve. Vous pourrez le rencontrer au Village du Monde, les vendredi 14, samedi 15 et dimanche 16 septembre 2012.

A votre disposition : 

- un quatre pages sur la situation actuelle de Georges Abdallah, un tour d'horizon des initiatives solidaires et la parole par-delà les murs de notre camarade. Lire ici

- le livre "Georges Ibrahim Abdallah" par le collectif International ✭ aux éditions Al Dante

- le dossier "Libérez Georges Abdallah", des affiches, des cartes, des auto-collants...

 

Georges Abdallah, après 28 ans de prison, sept refus de libération, deux passages au Centre d'évaluation de Fresnes, attend cette année encore la suite de la procédure judiciaire concernant sa dernière demande de libération déposée en janvier 2012.

La commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté, constatant que "son engagement politique demeure intact", a dernièrement émis un avis défavorable à sa demande de libération.

 

Le 24 octobre prochain, Georges Abdallah entrera dans sa 29e année de détention...

 

Partager cet article
Repost0
26 août 2012 7 26 /08 /août /2012 12:09

Pour consulter le blog :linter.over-blog.com


pochoir george-ibrahim-abdallah


La commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté a motivé son avis négatif,


- parce que Georges Abdallah, qui reconnaît la gravité des faits, les revendiquent comme des actes de guerre et de résistance...

la l

Rappelons que pendant la seconde guerre mondiale, nos résistants à l'occupation de notre pays étaient appelés "terroristes" par le gouvernement pétainiste. Certains d'entre eux avaient même leur portrait placardé sur les murs de la ville...

 

Rappelons également les termes employés par Yves Bonnet, responsable de la DST à l'époque de l'arrestation de Georges Abdallah, dans une interview donnée par la Dépêche du Midi le 7 janvier 2012 :  "Je considère qu'il avait le droit de revendiquer les actes commis par les FARL comme des actes de résistance."


- parce que son engagement demeure intact...

 

Rappelons-le, Georges Abdallah est un résistant.

 

Sur le terrain des luttes, son engagement n'a pas failli et 28 ans d'incarcération n'ont pas ébranlé ses convictions. Sa solidarité avec les peuples en lutte et les prisonniers politiques s'est toujours exprimée.

 

- parce que la commission estime que la force de ses convictions et de son engagement peuvent, si le contexte politique s’y prêtait, conduire Georges Ibrahim ABDALLAH à se comporter à nouveau en activiste résolu et implacable...

 

Faudrait-il, si de nouveau son pays est agressé, qu'il reste les bras croisés ?

 

Faut-il donc rappeler les 25 000 morts tombés au Liban lors de l'invasion impérialo-sioniste de 1982 ?

 

D'autre part, les détenus seraient jugés sur un potentiel d'intention ???

Rappelons qu'en 2008, suite au vote de la loi Dati sur la rétention de sûreté, le syndicat de la magistrature s'était élevé contre et une pétition contre "la perpétuité sur ordonnance" avait été signée à l'époque. Extrait...pour la première fois dans notre droit, des individus pourront être enfermés sur décision judiciaire non pour sanctionner des actes délictueux ou criminels, mais pour anticiper des actes qu’ils n’ont pas commis !


La commission émet, en conséquence, un avis défavorable à la demande de libération conditionnelle de Georges Ibrahim ABDALLAH.


En 2009, cette commission, avait également formulé un avis négatif donnant exactement les mêmes raisons...

Rappelons la composition de cette commission :


Selon l’article R. 61-8. la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté est composée : d'un président de chambre à la cour d'appel, d’un représentant du préfet de région, d’un représentant du directeur interrégional des services pénitentiaires, d'un expert psychiatre, d'un expert psychologue, d'un représentant d'une association nationale d'aide aux victimes et d'un avocat, membre du conseil de l'ordre.


Et la question se pose : l'avis de cette commission n'est-elle pas aux ordres de l'État, et/ou à ceux de la partie civile, c'est-à-dire des États-unis ? 


L'avis consultatif de cette commission pluridisciplinaire est obligatoire, les juridictions de l'application des peines ne pouvant pas accorder une libération conditionnelle sans l'avoir préalablement recueilli.


Le tribunal d'application des peines audiencera le dossier dans les mois qui viennent.


Ne lâchons pas notre mobilisation.


Ne lâchons rien !


 Georges Abdallah doit être libéré !

 


Acharnement contre un militant basque. Georges Abdallah solidaire.

Yl6ot42XW6yh5LjlLBIcXDl72eJkfbmt4t8yenImKBVaiQDB_Rd1H6kmuB.jpeg

Iosu URIBETXEBARRIA, militant basque embastillé dans les geôles espagnoles, atteint d'un cancer depuis 2005 et en phase critique ces derniers mois, est en grève de la faim depuis 15 jours. Il réclame à partager les derniers jours de sa vie auprès des siens. Ce qui lui a été jusqu'à présent refusé.


En France et en Espagne, des centaines de détenus basques expriment leur solidarité pour dénoncer la situation de leur camarade. De nombreux établissements pénitentiaires sont affectés par des grèves de la faim « tournantes » ou illimitées, des refus de plateaux ou des mouvements de protestation. 


 Georges ABDALLAH s'est joint à eux depuis le 10 août.


Quatorze prisonniers basques, détenus dans les prisons espagnoles, sont gravement malades. 

Plus de détails ici


Selon le réglement pénitentiaire espagnol, la liberté conditionnelle devrait être accordée pour motif de santé aux détenus gravement malades. Iosu URIBETXEBARRIA pourrait bénéficier du "troisième degré" pénitentiaire au terme duquel il serait en semi-liberté, étape indispensable pour une éventuelle remise en liberté conditionnelle. 



Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 21:36

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Georges Ibrahim Abdallah - 

Communiqué du comité  « Libérez – Les ! » (59 - 62) et « Solidarité Georges Lille »

La commission pluridisciplinaire de l’instance carcérale chargée du dossier d’évaluation de Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais de la Cause palestinienne, vient de rendre une décision négative, considérant que le militant libanais des Fractions armées révolutionnaires libanaises (FARL) Georges Abdallah resterait un « danger » puisqu’après 28 années derrière les barreaux des prisons françaises, il ne renie pas son passé, ni ses idées révolutionnaires.

Bien entendu, le Comité « Libérez-les » de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59 – 62) ainsi que « Solidarité Georges Lille » considèrent cette décision comme une décision politique qui a pour but de contenter les partenaires de la France : les impérialistes guerriers des États-Unis d’Amérique et l’État colonial et raciste d’Israël.

En fait, la « justice » impartiale et indépendante de l’État Français est une « justice » aux ordres et sous la coupe des État parmi les plus haineux de ce monde...

Tous les éléments et pièces apportés au dossier de Georges Abdallah par Maître Jacques Vergès, son avocat, démontrent l’implication des services secrets que sont l’ex-DST, la CIA et le Mossad et la « cabale » montée contre les membres des FARL et Georges Abdallah , « forcément coupables ».

Coupables parce que résistants aux exactions idéologiques et guerrières menées par lesultras catholiques et sionistes qui manipulent l’opinion publique pour défendre leurs intérêts financiers de par le monde.

De l’Irak à la Lybie hier, etaujourd'hui la Syrie, en attendant demain de nouveau le Liban peut être, et certainement l’Iran, i s'agit avant tout de déstabiliser des États souverains considérés non alignés aux volontés du camp occidental impérialiste incarné par les Etats-Unis, Israël mais aussi l’État français qui reste aujourd'hui le principal responsable du maintien en détention de Georges Abdallah. 

Comme l’État français et la « Justice » de ce pays, veulent ignorer tous les pièces et éléments produits, même par l’ancien chef de la DST Yves Bonnet, et restent insensibles aux demandes répétées de libération de Georges Abdallah , la solution semble donc être ailleurs et en dehors des frontières, afin que la France réagisse à ce scandale du plus vieux prisonnier politique détenu dans ce pays qui entend donner des leçons de « droitdelhommisme » au monde entier.

Aujourd'hui avec l’avis négatif de la commission pluridisciplinaire, qui a un caractère immonde quand on sait que Georges Ibrahim Abdallah est juridiquement libérable depuis maintenant 13 ans (1999), nous pouvons imaginer que c’est au Liban que cette situation pourrait se régler par tous les moyens que ses soutiens sur place jugeront utiles.

Tout ce qui sera entrepris en sa faveur aura notre soutien, sachant qu’ici ici en France, nous allons continuer à manifester notre exigence de libération de Georges Abdallah à travers des actions visibles de sensibilisation, d’informations.

Plus que jamais, nous sommes déterminés à continuer le combat pour exiger la libération immédiate de notre camarade révolutionnaire Georges  Abdallah, qui est à la France, ce que le héros noir Nelson Mandela est à l'Afrique du Sud du temps de l’apartheid, ce que la martyr afro-américain Mumia Abu Jamal est aux États-Unis, ce que le combattant pour la liberté Ahmad Saa'dat est à Israël. Des noms qui marqueront à jamais l'histoire des peuples en lutte contre l'oppression.

Le comité « Libérez-Les ! » (59 – 62) et « Solidarité Georges Lille » lancent un appel urgent à  toutes les structures militantes, représentants politiques et personnalités ayant exprimé et  manifesté leur soutien à Georges Abdallah à faire de sa libération une priorité absolue.

 Le vendredi 3 Août 2012

 

Contacts :

liberez.les@gmail.com ou solidaritegeorgeslille@aol.fr

http://www.liberez-les.info/

Partager cet article
Repost0
5 août 2012 7 05 /08 /août /2012 19:47

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Sur le blog liberonsgeorges

A voir: vidéo, réalisée par Chris Den Hond,

sur le rassemblement devant la résidence de l'ambassadeur de France,

organisé par le comité libanais de la Campagne internationale

pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

à Beyrouth le 14 juillet 2012.

 

  http://www.youtube.com/watch?v=EG4owo3iUu0&feature=player_embedded

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 17:18

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Madame Taubira, Georges Abdallah va-t-il enfin être libéré ?
Vendredi 20 juillet 2012, à 18 heures,
Au ministère de la justice,  place Vendôme à Paris
Nous viendrons vous le demander!
En ce mois de juillet 2012, Georges Ibrahim Abdallah, résistant communiste libanais, est toujours en prison en France, où il est incarcéré depuis près de 28 ans. Il est le plus ancien prisonnier politique détenu actuellement dans notre pays. Depuis 1999 il a terminé la peine de sûreté assortie à sa condamnation et il est donc légalement libérable. Madame Taubira, allez-vous le garder indéfiniment captif de l’État français ?
En 2003, la juridiction régionale de Pau avait d’ailleurs ordonné sa remise en liberté, à condition qu’il quitte définitivement le territoire français. Mais, à la suite de pressions du gouvernement étatsunien, le ministre de la Justice de l’époque est intervenu pour faire appel de la décision de libération et maintenir ainsi Georges Abdallah en prison. Madame Taubira, allez-vous continuer à céder aux ingérences étrangères dans ce dossier ?
Le 6 juin dernier, le Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah a écrit à Chritiane Taubira, nouvelle ministre de la justice, demandant une entrevue afin de faire le point sur l’avancée du dossier de libération de Georges Abdallah. Ce courrier rappelait entre autres comment une machination politico-policière avait abouti en 1987 à la condamnation de Georges Abdallah à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d’assises spéciale ;
 
Que le consul libanais de France a réaffirmé en novembre 2011 l’accord des autorités libanaises autorisant la résidence de Georges Abdallah sur son territoire, comme il l’avait déjà officiellement confirmé en juin 2007, et que le premier ministre libanais lui-même s’est entretenu sur ce dossier avec Nicolas Sarkozy lors de sa visite officielle en France en février 2012 ;
Qu’Yves Bonnet, directeur de la DST lors de l’arrestation de Georges Abdallah, récemment entendu par le juge chargé du dossier, considère qu’il est "anormal et scandaleux de maintenir Georges Ibrahim Abdallah en prison".
Georges Abdallah a déposé en janvier dernier une nouvelle demande de libération. Une fois de plus, il a subi les dispositions de l’inique loi Sarkozy-Dati sur la rétention de sûreté (qu’un gouvernement réellement de gauche devrait abolir, comme toutes les lois sécuritaires et répressives), loi que le militant politique Georges Abdallah avait déjà expérimentée de façon rétroactive en 2008, alors qu’elle avait été présentée comme devant prévenir la récidive des seuls criminels sexuels.
En avril-mai 2012, il lui a donc été imposé, durant six semaines, un nouveau séjour éprouvant au Centre national d’évaluation de Fresnes, au cours duquel administration pénitentiaire, médecins, psychologues et psychiatres ont prétendu évaluer la "dangerosité" (notion absente du code pénal et qui renvoie à la conception réactionnaire du "risque zéro") de son engagement politique.
Deux mois plus tard, la commission pluridisciplinaire des mesures de sûreté n’a toujours pas rendu son avis, indispensable pour la procédure de libération. Nous dénonçons fermement ce blocage inadmissible. Madame Taubira, allez-vous débloquer l’affaire Georges Abdallah ?
L’avancée du dossier de libération de Georges Abdallah ne doit pas être suspendue à la décision de pseudo-experts en maladie mentale chargés de vérifier si Georges Abdallah est guéri de son engagement politique. Rappelons d’ailleurs que ces "experts" ont déjà été désavoués dans le cas du militant d’Action directe, Georges Cipriani, lorsque la cour d’appel avait jugé en 2010 qu’ils avaient outrepassé leur mission en émettant un avis défavorable à la libération conditionnelle en se fondant sur de douteuses considérations d’ordre moral.
A son courrier du 6 juin à la ministre, envoyé de nouveau le 6 juillet, le Collectif pour la libération de Georges Abdallah n’a pas reçu de réponse.
Vendredi 20 juillet 2012, à 18 heures, nous retournerons donc – accompagnés par tous les soutiens de Georges Abdallah qui pourront appuyer cette démarche - au ministère de la justice, place Vendôme à Paris, où nous avions été reçus par le prédécesseur de Madame Taubira, en décembre 2011, et nous protesterons contre le mépris affiché par la nouvelle ministre dans ce dossier.
Nous demanderons des comptes à l’État français et au nouveau gouvernement, nous exigerons des engagements concernant les prochaines échéances qui doivent permettre à Georges Abdallah de quitter enfin la prison et de retourner dans son pays.
Libérez Georges Ibrahim Abdallah !
Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah
Paris, le 14 juillet 2012
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 20:25

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

 

SESSION DES 25 JUIN 2012

Motion pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

Déposée par le Groupe Communiste

Georges Ibrahim Abdallah est le plus ancien prisonnier politique de l’Etat français. Arrêté en 1984, cet ancien professeur, militant libanais de la Cause Palestinienne a été condamné à la prison à perpétuité, accusé d’avoir porté atteinte aux intérêts israéliens et américains en France.

Aujourd’hui, malgré la fin de la période de sûreté assortie à sa peine en 1999, il est toujours derrière les barreaux. Incarcéré à Lannemezan dans les Pyrénées, Georges Ibrahim Abdallah a déposé déjà sept demandes de libération conditionnelle toutes rejetées. Son maintien en détention s’avère très arbitraire, alors qu’une décision de la cour d’appel de Pau en novembre 2003 aurait permis sa libération.

Son avocat, Maitre Vergès a par ailleurs dénoncé l’ingérence des Etats Unis dans cette affaire et la soumission jusqu’alors du pouvoir politique français au véto américain à la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

Yves Bonnet, lui-même, ancien Directeur de la DST au moment de l’arrestation et du jugement de Georges Ibrahim Abdallah se prononce pour sa libération. Il a rappelé que la France n’avait pas respecté l’accord passé avec les FARL (Fractions armées révolutionnaires libanaises) d’expulser en Algérie Georges Ibrahim Abdallah contre la libération du diplomate français Gilles Peyrolles.

Il est temps que la justice française résiste aux pressions diplomatiques venant régulièrement de Washington et de Tel Aviv et fasse cesser le scandale du maintien en détention de Georges Ibrahim Abdallah.

Les Conseillers Généraux soussignés

  • Apportent leur soutien à la démarche de demande de libération conditionnelle menée depuis plus de dix ans par Georges Ibrahim Abdallah, son avocat et ses amis.

  • Demandent à la Garde des Sceaux de se saisir de ce dossier et de faire cesser cet acharnement judiciaire contre le plus vieux prisonnier politique incarcéré en France

 

Lucien ANDRIES – André DELCOURT – Daniel DEWALLE –

Yvan DRUON – René HOCQ – Jean-Claude JUDA –

Marcel LEVAILLANT – Martial STIENNE – Jean-Marc TELLIER

Bruno TRONI – Dominique WATRIN

Partager cet article
Repost0
24 juin 2012 7 24 /06 /juin /2012 23:25

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Compte rendu adressé à linter.


Georges Ibrahim Abdallah « citoyen d’honneur » 

Grenay l’anti-impérialiste honore un résistant


Après Calonne-Ricouart, c’est au tour de la municipalité communiste de Grenay au cœur du Bassin minier du Pas-de-Calais d’élever  Georges Ibrahim Abdallah au rang de « citoyen d’honneur ».

 

Il est 19h ce mardi 19 juin en cette Journée internationale des Prisonniers révolutionnaires. La municipalité de Grenay (Pas-de-Calais) qui a élevé Georges Ibrahim Abdallah  au rang de  « citoyen d’honneur » s’apprête à remettre la Médaille de la Ville à Suzanne Le Manceau. Cette dernière, militante du Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA), la lui transmettra lors d’un parloir, dans le courant de la semaine prochaine. L’instant est solennel. Le maire communiste, Christian Champiré convoque alors des figures qui  ont payé, parfois de leur vie, leur engagement anti-impérialiste. Leur nom résonne toujours aussi fort au cœur de cette commune du Bassin minier. Jean Jaurès, député de Carmaux dont le buste trône au cœur de la salle des mariages.  Norbert Gilmez, mineur de charbon grenaysien emprisonné en 1948 pour fait de grève, Edouard Vandoorne, partisan FTP, déporté à Sachsenhausen...

 

Résistants ou terroristes ?

 

Des « résistants » qui ont pu être considérés comme des « terroristes ». Le lien avec Georges Ibrahim Abdallah saute aux yeux de l’assistance nombreuse à avoir fait le déplacement jusqu’à l’hôtel de ville (1). Communiste, ardent défenseur de la Cause palestinienne, le plus ancien prisonnier politique de l’Hexagone est lui aussi un résistant à l’occupation de son pays, le Liban (2). Lui aussi est considéré comme un « terroriste » par les forces impérialistes et sionistes, les Etats-Unis, Israël contre lesquelles il a combattu. Georges Ibrahim Abdallah continue de se battre... Le message de remerciements qu’il devait enregistrer  pour l’occasion n’a pas pu l’être. Et pour cause ! Au centre de détention de Lannemezan où il a entamé sa 28e année d’emprisonnement, Georges Ibrahim Abdallah était, ces derniers jours, engagé dans une action de solidarité avec Ibon Fernandez Iradi, un autre prisonnier politique, basque celui-là... L’occasion pour Stéphane Hardy du Comité Solidarité basque de Lille d’évoquer le sort des 700 prisonniers politiques d’Euskadi (dont 160 détenus dans les prisons françaises), mais aussi de féliciter le premier magistrat de Grenay pour le « contenu politique » de son intervention.

 

Au nom de la solidarité internationaliste ! 

 

Même son de cloche du côté de Suzanne Le Manceau qui, interpellant Christian Champiré, se félicite d’une «  solidarité qui s’inscrit bien évidemment dans le cadre global d’un combat anticapitaliste ; celui que vous menez vous-même depuis de nombreuses années. Bien au-delà de la distinction dont vous gratifiez un prisonnier révolutionnaire, vous honorez ainsi tous les combats progressistes des peuples en lutte contre les forces réactionnaires et leurs représentants, en Europe comme dans le reste du monde, d’une même bourgeoisie au service des intérêts impérialistes ». Nicola Sacco, Bartolomeo Vanzetti, Ernst Thälmann, Julius et Rethel Rosenberg ou encore Nelson Mandela, Jacques Kmieciak évoque d’autres personnages marquants du mouvement ouvrier en proie à l’hostilité de la bourgeoisie. Des martyrs  et résistants qui, tout au long du dernier siècle, ont fait l’objet d’intenses campagnes de mobilisation en leur faveur, souvent animées par des militants communistes.  « La solidarité internationaliste est constitutive de l’identité communiste », rappelle-t-il au nom du comité « Libérez-les ! » de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59 – 62) avant d’inviter d’autres élus au cœur de ce « Bassin minier pétri d’internationalisme » à suivre l’exemple de Calonne-Ricouart et de Grenay. Christian Champiré acquiesce : « Cette situation n’a que trop duré. Il faut mettre fin à cette injustice. La France n’a rien à gagner à créer des martyrs. Il faut jouer de la pression des élus pour faire bouger les choses ! Déjà le député socialiste Serge Janquin a réagi positivement. » Et le premier magistrat de dénoncer un « entêtement criminel » avant d’indiquer qu’ « il écrira dès demain à François Hollande, le président de la République, et Christiane Taubira, la ministre de la Justice »... Alain Pojolat du CLGIA dit alors toute son émotion « d’être là pour ce moment fort de solidarité ». Et sa satisfaction que ce « sursaut vienne de la base » !

 

Sortir Georges Ibrahim Abdallah des griffes de l’impérialisme est une priorité de l’engagement militant...

Que mille initiatives fleurissent !

 

(1)     Outre la population grenaysienne, ses élus, des militants du PCF et des syndicalistes de la CGT du Pas-de-Calais assistaient également à la cérémonie des représentants du Comité Solidarité Georges de Lille, du Comité des Sans Papiers 59, du Comité Solidarité Basque de Lille mais aussi des militants progressistes du Bruaysis et du Liévinois à l’initiative, ce samedi 23 juin 2012, d’une action de solidarité au Mur des Fusillés de la citadelle d’Arras.

(2)     Le Liban a été envahi par l’armée israélienne en 1978 et de nouveau le 6 juin 1982. 100.000 soldats israéliens agressèrent les Palestiniens dans le sud du pays avant d’atteindre Beyrouth le 14 juin pour y rejoindre  les troupes des Forces libanaises, des milices chrétiennes tenues pour  responsables  de nombreux massacres de civils dont ceux des camps palestiniens de Sabra et Chatila les 17 et 18 septembre 1982  ( 800 morts ).

Partager cet article
Repost0
17 mai 2012 4 17 /05 /mai /2012 17:01

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Le peuple des corons solidaire de Georges Ibrahim Abdallah


Au cœur du Bassin minier du Pas-de-Calais, sur le monumental terril de la fosse 6 d’Haillicourt, témoin de l’exploitation des mineurs de charbon, sacrifiés sur l’autel de la rentabilité capitaliste, en lettres blanches s’affiche l’exigence de la libération du plus ancien prisonnier politique incarcéré en France : Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais de la Cause palestinienne.

Terril-Abdallah.png

 

Il est 21h 30 ce mercredi 16 mai 2012 en cette Journée internationale de mobilisation décrétée par le Secours rouge arabe. L’opération « ATIA » est un succès ! Le message d’espérance illumine les collines de l’Artois et rayonne sur la très fréquentée rocade minière en contre-bas.

 

Ils sont venus en nombre ces militants de l’Union locale des Syndicats CGT du Bruaysis, du PCF de Bruay-la-Buissière, Calonne-Ricouart ou Divion, du comité « Libérez-les ! » de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59 – 62), de la Fédération anarchiste, ces syndicalistes du Liévinois aussi, porter l’exigence de la libération de Georges Ibrahim Abdallah, otage depuis 28 ans de l’Etat français à genoux devant les prétentions américaines et sionistes ! Georges Ibrahim Abdallah « a simplement lutté pour la libération de son pays envahi par Israël. C’est scandaleux. C’est comme-ci, on avait mis Jean Moulin en prison à la Libération », commente l’un d’eux. « Il a lutté aussi pour une paix juste et durable en Palestine », souligne un autre…

 

Terril-Abdallah-2.png

Partager cet article
Repost0
16 avril 2012 1 16 /04 /avril /2012 22:24

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Cher(e)s ami(e)s et camarades

La campagne en faveur de la libération de Georges Ibrahim Abdallah s'intensifie. Après Calonne-Ricouart, c'était, ce mercredi, au tour de Grenay (Pas-de-Calais) d'élever ce militant libanais et communiste de la Cause palestinienne, plus ancien prisonnier politique incarcéré dans l'Hexagone, au rang de "citoyen d'honneur de la commune".

Ce samedi 14 avril, une délégation de "Libérez-les !" et du Comité Solidarité Georges de Lille a manifesté à Fresnes pour exiger sa libération.

Jusqu'à la mi-mai, Georges Ibrahim est à la prison de Fresnes où il fait l'objet de toute l'attention du Centre national d'Evaluation qui se prononcera sur sa "dangerosité" (sic !).

Le comité "Libérez-les !" invite la population à écrire à Georges Ibrahim pour lui signifier sa solidairité.

Merci de faire suivre ce message.

Bien fraternellement

Comité "Libérez-les !" de soutien aux prisonniers et réfugiés politiques (59 - 62)
22, rue nationale
62 150 Rebreuve-Ranchicourt
http://www.liberez-les.info/

Partager cet article
Repost0

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2