Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

16 février 2009 1 16 /02 /février /2009 19:24
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com



Sur le site caribcreole1

 
LKP
Par Danik I. ZANDWONIS    
Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, ce qui se passe en Gwadloup aujourd’hui est tout simplement révolutionnaire !

Hier soir, quand j’ai entendu des syndicalistes martiniquais, guyanais à la tribune du «meeting international» venir témoigner de leur soutien à la lutte de LKP, et donc du peuple guadeloupéen, devant une foule très attentive, j’ai saisi, et je n’ai surement pas été le seul, que nous étions dans notre (petite) Guadeloupe en train de faire une vraie et une belle révolution.
Jour après jour, cette révolution avance, progresse et contamine positivement ainsi TOUTES les couches de notre société. Certains ont encore du mal sans doute à comprendre, voire à concevoir ce qui se passe. Il leur faudra encore du temps, car mentalement, ils n’étaient pas prêts à recevoir ni à accepter ce qui leur arrive. La révolution LKP est en train de remettre en cause toutes le structures et bases du système colonial. Ce que des dizaines d’années de luttes politiques, y compris dans le camp du nationaliste, n’avaient pas réussi, LKP l’accomplit, presque tranquillement.

Prenons des repères historiques.

En mai 1802, le peuple guadeloupéen, des esclaves «libres» depuis 1794, se soulève, les armes à la main, contre le rétablissement de l’esclavage. Cette guerre contre le pouvoir esclavagiste français, la plus sanglante qu’ait connue notre pays, sera perdue. Après le sacrifice de Delgrès et la mort d’Ignace, la répression sera terrible contre les combattants de la liberté. Ils seront des milliers à être guillotinées ou déportés. L’esclavage sera rétabli.

En mai 1967, la grève des ouvriers du bâtiment, cri de colère contre la misère et l’exploitation sera elle aussi sévèrement réprimée dans le sang .Des dizaines, et des dizaines de Guadeloupéens seront ainsi abattus par les militaires français. Des Guadeloupéens seront traduits devant la « Cour de sûreté de l’Etat français » et emprisonnés.

En juillet 1985, le militant nationaliste Georges Faisans est arrêté. Il lui est reproché d’avoir agressé un enseignant français, coupable lui, d’avoir administré un coup de pied à un élève. Le peuple se révolte et pendant trois jours, la Guadeloupe est bloquée par les indépendantistes guadeloupéens qui réclament et obtiennent la libération de Georges Faisans.

A ces événements politiques, il faudrait sans doute ajouter d’autres d’ordre climatique et géologique, telle la crise volcanique de 1976 et le cyclone Hugo de 1989, pour être complet.

On le voit bien, notre peuple a déjà, au cours de son histoire récente ou ancienne, eu a subir et à faire face à des a des épreuves qui ont laissé de traces profondes dans son vécu, mais qui ont forgé son expérience de la vie et de lutte et développé sa créativité.

Revenons à ce qui se passe aujourd’hui, à ce que nous pouvons désormais appeler « la révolution Lyannaj kont pwofitasyon ».

D’un seul point de vue sémantique « Lyannaj kont pwofitasyon » est d’une extrême richesse et d’une grande créativité. Il faut savoir que le terme « Lyannaj » est très récent. Il n’est d’ailleurs même pas répertorié dans le « Dictionnaire créole-français » de Poullet (Jasor 1990) ni même dans le «Dictionnaire créole martiniquais » de Confiant (Ibis rouge 2007), les deux principales références lexicographiques de nos créoles.

« Lyannaj » qui est une dérivation néologique du mot « lyann ». (Lien, liane)

Lyannaj désigne alors toute démarche dynamique positive, visant à rapprocher, souder, établir une connexion entre des personnes ou des choses.

« Pwofitasyon » est au contraire plus ancien. Poullet (1980) le traduit par « exploitation, tyrannie, abus de pouvoir ». C’est un mot que tout Cari-Guadeloupéen ou tout Cari -Martiniquais connaît. Car il est historiquement et culturellement « connoté. ». Pour aller vite, on pourrait dire que l’esclavage a été une pwofitasyon, comme la situation post coloniale actuelle l’est encore. C’est dire que «pwofitasyon» est un mot qui parle au conscient et à l’inconscient de tous les colonisés caribéens.

Quand donc, les organisations du LKP créent cette expression originale pour designer leur mouvement, ils font «tilt», car tout est dit et chacun comprend le message explicite et surtout implicite d’une telle expression.

La révolution Lyannaj Kont Pwofitasyon, est donc en quelques jours devenue un état d’esprit nouveau qui est en train de faire bouger les rapports de la société postcoloniale guadeloupéenne.
Sans qu’un seul coup de feu ne soit tiré, sans violences, la révolution LKP agit au quotidien. Depuis une dizaine de jours.

Les Cari-Guadeloupéens les plus défavorisés ont compris, qu’avec le LKP, ils pouvaient être actifs dans les prises de décision.

Les directs radios télé du WTC ont permis à l’ensemble du peuple de «voir» et de bien voir qui sont ces gens, socio professionnels, élus et administration française, qui ont le «pouvoir». Et face à eux, les Guadeloupéens ont immédiatement choisi le LKP qui s’est imposé grâce à Élie Domota, comme étant la voix et la voie de ce peuple.

Ainsi donc, la révolution LKP est en marche. Elle oblige les élus guadeloupéens à mériter de leurs électeurs. La révolution LKP oblige les socio-professionnels, à plus de justice. La révolution LKP a fait fuir le Préfet, qui s’est subitement trouvé muet, privé de parole, car il n’avait plus rien à dire.

Mais la révolution LKP ira sans doute plus loin, car les organisations politiques anti colonialistes, qui sont au sein du LKP, n’ont plus le droit à l’erreur. Elles devraient, au même titre que les organisations syndicales, participer à un projet politique nouveau pour ce pays. Il faut en finir avec les «chiraj» et les querelles de chapelle. La révolution LKP oblige chacun à revoir sa copie, car le peuple uni qui marche avec LKP ne pourra plus souffrir la désunion.

La révolution LKP continue et se renforce…

Partager cet article
Repost0
13 février 2009 5 13 /02 /février /2009 20:00
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

La RAF a fait partie de ces groupes qui ont lutté contre l'impérialisme dans les années 70. Dès cette époque, elle a dénoncé le rôle de l'Allemagne dans l'OTAN. Alors que la France va entrer officiellement dans la structure - qu'elle n'avait pas cessé en fait de soutenir dans les faits -, il n'est pas inutile de relire ces documents qui ont accompagné les luttes et qui aujourd'hui peuvent nous accompagner dans nos réflexions et nos combats.

Ce qu'est l'Allemagne de l'époque pour les militants de la RAF, ils le disent en réponse à une question d'un journaliste en 1975:

Centre impérialiste.

Colonie américaine.

Base militaire américaine.

Puissance dirigeante impérialiste en Europe et dans le Marché commun.

Deuxième puissance militaire de l'OTAN.

Représentant patenté des intérêts de l'impérialisme américain en Europe de l'Ouest.

 


Cela a-t-il profondément changé pour tous les pays qui appartiennent à l'OTAN? Sont-ils autre chose que les outils de l'impérialisme?

SPIEGEL : " Quel est le point de départ de votre analyse de la situation en République fédérale allemande ? 


R.A.F. :


" Centre impérialiste.

Colonie américaine.

Base militaire américaine.

Puissance dirigeante impérialiste en Europe et dans le Marché commun.

Deuxième puissance militaire de l'OTAN.

Représentant patenté des intérêts de l'impérialisme américain en Europe de l'Ouest."


" La fusion de l'impérialisme ouest-allemand (politiquement, économiquement, militairement, idéologiquement fondé sur les mêmes intérêts d'exploitation du Tiers-Monde, ainsi que sur l'homogénéité des structures sociales au moyen de la concentration des capitaux et de la culture de consommation) avec l'impérialisme américain caractérise la position de la République fédérale vis-à-vis des pays du Tiers-Monde : en tant que parti dans les guerres conduites contre eux par l'impérialisme américain, en tant que " ville " dans le processus révolutionnaire mondial d'encerclement des villes par les villages.


" Dans cette mesure, la guérilla dans les métropoles est une guérilla urbaine aux deux sens du terme : géographiquement, elle surgit, opère et se développe dans les grandes villes, et au sens stratégique et politico-militaire elle est une guérilla urbaine car elle s'attaque de l'intérieur à la machine répressive de l'impérialisme dans les métropoles, elle combat comme unité de partisans sur les arrières de l'ennemi.

" C'est ce que nous entendons aujourd'hui par internationalisme prolétarien.


En un mot : la République fédérale faisant partie du système étatique de l'impérialisme américain, n'est pas une Nation opprimée mais une Nation qui opprime.


" Dans un tel Etat, le développement du contre-pouvoir prolétarien et de sa lutte de libération, le démantèlement complet des structures dominantes, de pouvoir, ne peuvent être, dès leurs débuts, qu'internationalistes, ne sont possibles qu'en relation tactique et stratégique avec les luttes de libération des Nations opprimées.


" Historiquement : depuis 1918-1919, la bourgeoisie impérialiste - son Etat - possède l'initiative dans le déroulement des luttes de classe en Allemagne et est à l'offensive contre le peuple ;

et cela jusqu'à ce que les organisations du prolétariat se soient trouvées totalement défaites dans le fascisme jusqu'à la défaite de l'ancien fascisme, défaite due non pas à la lutte armée, mais aux alliés occidentaux et à l'armée soviétique.


Dans les années 20, il y a eu la trahison de la Troisième Internationale : alignement total des partis communistes sur l'Union soviétique, qui se trouve à l'origine de l'incapacité du K.P.D. (parti communiste d'Allemagne) d'en venir à une politique orientée vers la révolution par la lutte armée et la conquête prolétarienne du pouvoir politique.


" Après 1945, il y a eu l'offensive lavage de cerveau de l'impérialisme américain contre le peuple au moyen de l'anticommunisme, de la culture de consommation, de la restauration-refascisation politique, idéologique, et finalement militaire sous la forme de guerre froide et d'une R.D.A. (République démocratique allemande) qui n'a pas développé la politique communiste comme guerre de libération.

Il n'y a pas eu ici de résistance antifasciste, de masses armées comme en France, Italie, Yougoslavie, Grèce, Espagne, même Hollande.


Les conditions pour cela ont été immédiatement brisées par les alliés occidentaux après 1945.

" Tout cela signifie pour nous et pour la gauche légale, ici : il n'y a rien à quoi nous rattacher, sur quoi nous appuyer historiquement, il n'y a rien que nous puissons présupposer d'une manière ou d'une autre en termes organisationnels ou de conscience prolétarienne, pas même des traditions démocratiques pu républicaines.

Au plan de la politique intérieure, il s'agit là d'un des motifs qui rend possible sans retenue le processus de fascisation, la surcroissance et l'excroissance de l'appareil policier, de la machine de sûreté de l'Etat comme police de l'Etat dans l'Etat, la suppression factice de la division des pouvoirs, la promulgation de lois d'exception fascistes dans le cadre du programme de " sécurité interne "


- depuis les lois d'urgence jusqu'aux lois d'exception actuelles qui permettent le déroulement de procès sans accusés ni défenseurs, comme pure entreprise de spectacle, mais également l'exclusion de "radicaux " des services publics, l'élargissement des compétences de l'Office de police criminelle.


" Une démocratie qui n'a pas été conquise, qui n'est pour le peuple qu'un bourrage de crâne et n'a pas de base de masse, ne peut pas être défendue et ne l'est pas non plus. Tout cela, ce sont des conditions spécifiques au territoire politique de la République fédérale. "

Partager cet article
Repost0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 19:41
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

  
Merci au camarade pour la transmission de l'information
Merci au camarade auteur de cet acte hautement symbolique et extrêmement ravigorant
Et merci pour ces photos.

Et continuons à briser le silence
A nous informer et nous transmettre les infos
Ils n'imposeront pas le silence


Palestine: surtout continuer à informer - article publié le 06.02.2009

Opération Keffieh à Orléans



 A mes vrais amis, frères et soeurs, suite à un acte symbolique 
et fort en faveur des frères Palestiniens qui souffrent
sous le silence assourdissant de tous les pouvoirs et autres merdias.
J'ai commis l'agression suprême d'aller interpeller tous élus de tous bords
de France et de Navarre et troubler les consciences
lors du conseil municipal d'Orléans
le vendredi 30 janvier 2009 vers 20h 30. Très fraternellement avec mes pensées fidèles.
Le combat doit continuer sans relâche.
MAHO
 

Autre photo
  
Partager cet article
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 10:01
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Notre premier devoir aujourd'hui est de continuer à informer. Ne pas nous soumettre au calendrier imposé par l'impérialisme qui deux jours  avant "l'intronisation" d'Obama a décidé en fait le black out sur Gaza. Depuis, plus de reportages, plus d'infos.  Comme si rien ne s'était passé.

Le reportage sur la manifestation du samedi 24 janvier. Adressé par une amie palestinienne.
Face à la censure des médias qui n’ont diffusé aucune image des mobilisations de solidarité avec le peuple palestinien de ce week-end, nous vous proposons de voir en exclusivité sur Oummatv le reportage sur la manifestation du samedi 24 janvier qui a réuni à Paris plus de 30 000 personnes. Un reportage dans lequel figurent des témoignages de personnes revenues de Gaza qui témoignent de la barbarie et des crimes de guerre de l’armée israélienne qui s’est acharnée sans merci sur les populations civiles.

ecouter-voir

Concert exceptionnel à l’IMA

DIMANCHE 1er FEVRIER 2009.
A partir de 18h

AU PROFIT DE L’AIDE MEDICALE POUR LES VICTIMES DE GAZA

Grâce à la participation de ces artistes, l’intégralité des recettes de la billetterie sera reversée au Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens. Les recettes permettront l’achat de matériel médical destiné aux hôpitaux de Gaza.

Les places sont disponibles au tarif unique de 20 Euros.

INSTITUT DU MONDE ARABE
1 rue des Fossés St Bernard 75005 Paris
Vente des billets au : 01 40 51 38 14
(ou sur place en fonction des places disponibles)

Infos CCIPPP : http://www.protection-palestine.org
(voir rubrique : Mobilisations :  Appels, soutiens)
Partager cet article
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 13:03
Pour consulmter le blog: linter.over-blog.com

1 heure par mois, partout en France et dans le monde !

En 2009, la Justice des USA doit libérer les 5 patriotes cubains!

 

1 heure de notre temps, chaque 1er vendredi du mois, pour exiger la libération des 5 patriotes cubains, incarcérés depuis 1998 dans les prisons des USA.

 

1 heure par mois, pour informer et sensibiliser la population sur la situation intolérable vécue par ces 5 cubains dont la mission était de lutter contre le terrorisme.

 

1 heure par mois pour qu’enfin les média abordent cette scandaleuse injustice, pourtant ignorée du plus grand nombre.

 

2009, doit être l’année de la libération des 5 prisonniers cubains, qui depuis 10 années subissent les décisions d’une Justice étasunienne qui a pris fait et cause pour le lobby mafieux-cubain qui terrorise l’ile de Cuba depuis 50 ans. 10 ans de prison, effectuées à ce jour pour avoir lutter contre le terrorisme, 10 ans effectuées à ce jour après avoir été accusés de conspiration par des juges partiaux,  dans un procès truqué d’avance.

 

2009, devra être l’année des efforts surmultipliés pour rendre efficace la mobilisation internationale pour la libération des 5 patriotes cubains.

 

Qui peut admettre que des hommes soient jugés, emprisonnés, et pour 3 d’entres eux avec des peines à perpétuité, pour avoir osé lutter contre les machinations terroristes venues d’un pays, les USA, qui entend donner des leçons de démocratie au monde entier ?

 

Partout organisons, 1, 2, 1000 rassemblements de solidarité avec les 5 patriotes cubains !

 

Pour les 5 : 5ème RASSEMBLEMENT à ARRAS

Vendredi 6 Février 2009 de 18h à 19h sous le Beffroi

 

Partout le même jour, 1er vendredi du mois, à la même heure, de 18 à 19 heure, sortons les drapeaux, les tracts, les panneaux, les banderoles et les sonos, devant un lieu symbolique, afin qu’une seule voix s’élève pour exiger la libération de Gerardo, de René, d’Antonio, de Fernando et de Ramon.

 

Partout, notre tâche de solidarité est d’informer, de sensibiliser population et politiques, de mettre les média face à cette loi du silence depuis 10 ans. Nous espérons mais nous n’attendrons pas que le nouveau président des USA dise : « Yes we can give freedom to the 5 Cubans »

 

Si ces 5 camarades, ces 5 patriotes cubains, ces 5 pères de famille, ces 5 combattants de l’antiterrorisme, méritent une chose, c’est que le monde entier connaisse leur situation inqualifiable.

 

Ainsi, personne ne fera à notre place, nous devons investir la rue pour être entendus, pour que la cause des 5 soit défendue, pour que cesse cette brutalité qu’est l’enfermement à vie pour des actes qui sont pacifiques, des actes de renseignements pour le bien être de l’humanité.

 

Ici pas de sang, pas de meurtres, pas d’attentats, à contrario de la population cubaine qui a subit les attentats à la bombe fomentés depuis les USA, mais des patriotes qui ont décortiqués la machine à tuer des innocents et donnés les informations aux services étasuniens de lutte contre le terrorisme international. Condamnés pour avoir tenter de déjouer la préparation d’une  nouvelle campagne d’actions meurtrières sur l’Ile de Cuba et contre les intérêts de la population cubaine. 

 

 

Dans chaque ville, chaque 1er vendredi du mois !

De 18 à 19h00 !

Pour les 5 ! La solidarité est notre arme !

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 07:28
Pour consulter le blog : linter.over-blog.com

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2009 5 23 /01 /janvier /2009 07:01
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Sur le site de Micel Collon

Eduardo Galenai - Plomb impuni

   
 
Pour se justifier, le terrorisme d'Etat fabrique des terroristes: il sème la haine et récolte des alibis. Tout indique que cette boucherie de Gaza, qui a pour but, selon ses auteurs, d'en finir avec les terroristes, va réussir à les multiplier.
 

Depuis 1948, les palestiniens vivent condamnés à l'humiliation perpétuelle. Ils ne peuvent même pas respirer sans autorisation. Ils ont perdu leur patrie, leurs terres, leur eau, leur liberté, leur tout. Ils n'ont même pas le droit d'élire leurs dirigeants. Quand ils élisent ceux qu'ils ne doivent pas élire, ils sont punis. Gaza est punie. Elle est devenue une souricière sans issue, où le Hamas avait gagné démocratiquement les élections de 2006. Quelque chose de similaire s’est passé en 1932, quand le Parti communiste a gagné les élections au Salvador. Baignés dans le sang, les salvadoriens ont dû expier de leur mauvaise conduite et depuis lors ils ont vécu soumis à des dictatures militaires. La démocratie est un luxe que tout le monde ne mérite pas.

Ces sont les fruits de l'impuissance ces missiles faits-maison que les militants du Hamas, coincés à Gaza, tirent à l’aveuglette sur ces terres qui étaient palestiniennes et qui sont usurpées par l'occupation israélienne. Et le désespoir, à la limite de la folie suicidaire, est la mère des bravades qui nient le droit à l'existence d'Israël, des cris sans efficacité aucune, tandis que la guerre d'extermination la plus efficace nie, depuis des années, le droit à l'existence de la Palestine.

De la Palestine, il reste peu déjà. Israël l'a rayée de la carte, pas à pas. Les colons envahissent, et derrières eux, les soldats corrigent les frontières. Les balles sacralisent le dépouillement, en légitime défense.


Il n’existe pas de guerre offensive qui ne se dise défensive. Hitler a envahi la Pologne pour éviter que la Pologne envahisse l’Allemagne. Bush a envahi l’Irak pour éviter que l’Irak envahisse le monde. Lors de chacune de ses guerres défensives, Israël a avalé un autre morceau de la Palestine, et les festins continuent. La dévoration est justifiée par les titres de propriété que la Bible a attribué, par les deux mil ans de persécution que le peuple juif a souffert, et par la panique provoquée par les palestiniens aux aguets.

Israël est le pays qui n’exécute jamais les résolutions des Nations-unies, celui qui ne respecte jamais les sentences des tribunaux internationaux, et c’est le seul pays qui a légalisé la torture de prisonniers.

Qui lui a donné le droit de nier tous les droits ¿ D’où vient l’impunité avec laquelle Israël exécute le massacre de Gaza ? Le gouvernement espagnol ne pourrait pas bombarder impunément le Pays basque pour en finir avec l’ETA, et le gouvernement britannique n’aurait pas pu raser l’Irlande pour en finir avec l’IRA. Est-ce que la tragédie de l’Holocauste qui fournit une assurance d’impunité éternelle ? Ou ce feu vert provient-il de la toute puissance dominante dont Israël est le plus inconditionnel vassal ?


L’armée d’Israël, la plus moderne et sophistiquée du monde, sait qui elle tue. Elle ne tue pas par erreur. Elle tue par horreur. Les victimes civiles s’appellent dommages collatéraux, selon le dictionnaire d’autres guerres impériales. A Gaza, de trois dommages collatéraux, deux sont des enfants. Et il faut ajouter les milliers de mutilés, les victimes des technologies d’écartèlement humain, que l’industrie militaire essaie, avec réussite, au cours de cette opération de nettoyage ethnique.

Et comme toujours, toujours a même chose: A Gaza, à 100 contre un. Pour chaque cent palestiniens mort, un israélien.

Des gens dangereux, nous avertit l’autre bombardement, celui dont se chargent les moyens de manipulation de masse, qui nous invitent à croire que la vie d’un israélien vaut autant que celle de cent palestiniens. Et les médias nous invitent aussi à croire qu’elles sont humanitaires, les deux cent bombes atomique d’Israël, et qu’une puissance nucléaire appelée Iran est celle qui a rasé Hiroshima et Nagasaki.

Celle que l’on appelle la communauté internationale, existe-t-elle ?

Est-ce autre chose qu’un club de marchands, de banquiers et de guerriers ? Est-ce un peu plus que le nom artistique qu’utilisent les Etats-unis lorsqu’il font du théâtre

Face à la tragédie de Gaza, l’hypocrisie mondiale se distingue à nouveau. Comme toujours, l’indifférence, les discours creux, les déclarations vides, les déclamations résonantes, les prises de position ambigües, rendent leur tribut à l’impunité sacrée.

Face à la tragédie de Gaza, les pays arabes se lavent les mains. Comme toujours. Et comme toujours les pays européens se frottent les mains.

La vieille Europe, capable de tant de beautés et tant de perversités, verse l’une et l’autre larme tandis qu’elle célèbre secrètement ce coup de maître. Parce que la chasse aux juifs a toujours été une habitude européenne, mais depuis un demi siècle c’est aux palestiniens qu’on en passe la note, eux qui sont aussi sémites et qui n’ont jamais été, et ne sont pas, antisémites. Ils paient, en sang comptant et trébuchant, une facture qui n’est pas la leur.


(Cet article est dédié à mes amis juifs, assassinés par les dictatures latino-américaines qu’Israël a conseillées)

Traduction : Paul-Emile Dupret

Noami Klein . Trop c’est trop. Il faut maintenant passer au boycott
 
 
Il est temps. Il est grand temps. La meilleure stratégie pour mettre fin à l’occupation de plus en plus sanglante est de faire en sorte qu’Israël fasse l’objet d’un mouvement comme celui qui mit fin à l’apartheid en Afrique du Sud. En juillet 2005 un tel plan fut proposé par une très large coalition de groupes pro-palestiniens. Il firent appel « aux personnes de conscience du monde entier pour imposer un large boycott et lancer des initiatives contre Israel similaires à celles appliquées à l’Afrique du Sud du temps de l’apartheid. » Ainsi est née la campagne « Boycott, Divestment and Sanctions » (BDS) (*)
 
Spurce: www.legransoir.info

http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/jan/10/naomi-klein-boycott-israel

Pour chaque jour de bombardements sur Gaza qui passe, de plus en plus de gens se rallient à la cause BDS, y compris chez les juifs israéliens. Pendant l’assaut, environ 500 israéliens, dont plusieurs dizaines sont d’éminents artistes et universitaires, ont envoyé une lettre aux ambassadeurs étrangers en poste en Israël. La lettre demandait « l’adoption immédiate de mesures restrictives et de sanctions » et faisant référence à la lutte contre l’apartheid. « Le boycott de l’Afrique du sud fut efficace, mais Israël bénéficie d’un traitement de faveur... Le soutien international doit cesser. »

Malgré ces appels, nombreux sont ceux qui hésitent à franchir la ligne. Les raisons sont complexes, d’ordre émotionnelle et compréhensibles. Mais elles sont insuffisantes. Les sanctions économiques constituent l’outil le plus efficace de l’arsenal non violent : ne pas les appliquer relève de la complicité. Voici les quatre principales objections à la stratégie BDS, suivies de contre arguments.

Les mesures punitives radicaliseraient les Israéliens au lieu de les convaincre.

Le monde a déjà tenté le « dialogue constructif ». Ce fut un échec total. Depuis 2006, Israël s’est régulièrement enfoncé dans la criminalité : extension des colonies, une guerre scandaleuse contre le Liban, une punition collective contre Gaza via un blocus brutal. Malgré cette escalade, Israël n’a subit aucune mesure de représailles, au contraire. Les armes et les 3 milliards d’aide annuelle dispensées par les Etats-Unis ne sont qu’une partie. Pendant toute cette période charnière, Israël a grandement renforcé ses relations diplomatiques, culturelles et commerciales avec divers autres alliés. Par exemple, en 2007 Israël est devenu le premier pays en dehors de l’Amérique latine à signer un accord de libre-échange avec le bloc Mercosur. Au cours des neuf premiers mois de 2008, les exportations vers le Canada ont augmenté de 45%. Un nouvel accord avec l’Union Européenne prévoit le doublement des exportations d’aliments israéliens. Et au mois de Décembre (2008), les ministres européens ont « renforcé » les accords entre l’UE et Israël, une mesure longtemps attendue par Israël.

C’est dans ce contexte que les dirigeants israéliens ont lancé leur dernière guerre : confiants qu’il n’y aurait pas de prix à payer significatif. Il est remarquable de constater qu’après sept jours de guerre, l’indice de la bourse de Tel Aviv a grimpé de 10,7%. Lorsque les carottes sont inefficaces, il faut employer le bâton.

Israel n’est pas l’Afrique du sud

Evidemment que non. Mais la référence à l’Afrique du sud sert à démontrer que les tactiques BDS peuvent se révéler efficaces lorsque des mesures faibles (manifestations, pétitions, lobbying) ont échoué. De plus, dans les territoires occupés, il y a des éléments qui rappellent tristement l’apartheid : les pièces d’identité de couleurs différentes et les permis de voyager, les maisons détruites au bulldozer et les déplacements forcés, les routes réservées aux colons. Ronnie Kasrils, un éminent politicien Sud africain, a dit que le modèle de ségrégation qu’il avait vu en Cisjordanie et à Gaza était « infiniment pire que l’apartheid ». C’était en 2007, avant qu’Israël ne lance sa guerre ouverte contre cette prison en plein air qu’est Gaza.

Pourquoi s’en prendre à Israël alors que les Etats-Unis, la Grande Bretagne et d’autres pays occidentaux font la même chose en Irak et en Afghanistan ?

Le boycott n’est pas un dogme mais une tactique. La raison de le tenter est d’ordre pratique : pour un pays si petit et dépendent de son commerce extérieur, cela pourrait se révéler efficace.

Le boycott coupe les communications alors qu’il en faudrait plus et pas moins.

J’y répondrai pas une anecdote personnelle. Pendant 8 ans, mes livres ont été publiés en Israël par une maison d’édition appelée Babel. Lorsque j’ai publié la Stratégie du Choc, je voulais respecter le boycott. Sur le conseil de militants BDS, dont le magnifique écrivain John Burger, j’ai pris contact avec un petit éditeur militant appelé Andalus, trés engagé dans le mouvement contre l’occupation et le seul éditeur israélien qui se consacre exclusivement à publier des traductions de l’arabe à l’hébreu. Nous avons rédigé un contrat qui stipule qu’Andalus touche tous les droits d’auteurs, je ne touche rien. Ainsi, je boycott l’économie israélienne mais pas les Israéliens.

Notre modeste plan a provoqué des dizaines d’appels téléphoniques, des courriers électroniques et des messages entre Tel Aviv, Ramallah, Paris, Toronto et la ville de Gaza. Ce que je veux dire est ceci : dés que l’on se lance une stratégie de boycott, le dialogue s’intensifie. L’argument qui consiste à dire que les boycotts couperaient les communications est particulièrement spécieux dans la mesure où bon nombre de moyens de communications modernes et bon marché sont à notre disposition. Les moyens pour communiquer à travers les frontières existent. Aucun boycott ne nous en empêchera.

(...)

Traduction VD pour le Grand Soir http://www.legrandsoir.info
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2009 4 22 /01 /janvier /2009 20:40
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Voir sur bellaciao, le compte-rendu de la visite à Mumia Abu Jamal.

(Collage de Joëlle Aubron)

Mumia Abu Jamal avoue travailler sans répit et réfléchir au monde dans lequel il vit et s’inscrit pleinement. A l’inévitable question concernant l’élection de Barack Obama, il se montre sévère et critique à l’égard du nouveau président des Etats-unis, n’en attendant aucun changement ou tellement à la marge que cela risque de passer inaperçu. Il remarque qu’en fait Obama est trop formaté par les représentations construites par et à partir de celles données et imposées par le modèle dominant capitaliste. Sa profession de travailleur social ne lui a pas donné l’opportunité de se poser les bonnes questions. D’ailleurs, le choix de son équipe gouvernementale en dit long sur le chemin qu’il compte prendre. Il s’inscrit dans la droite ligne de ce qu’a fait Bill Clinton qui, pour Mumia, a pris les pires décisions politiques contre les marginalisés, les populations précarisées et exclues pour raisons de «race» et y compris en termes de politique étrangère. Citant Frantz Fanon, Mumia considère que Obama a acquis un «masque blanc». Dès lors, il est fort sceptique sur les réelles intentions d’Obama.
Partager cet article
Repost0
21 janvier 2009 3 21 /01 /janvier /2009 21:27
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Les armes "se sont tues"(!), il fallait pour Israel qu'elles se taisent pour ne pas obliger le nouveau héros du monde libre à se démasquer trop vite et trop fort.

Tout a été si bien calculé dans le temps, l'invasion, les combats dans Gaza et un pseudo cessez-le-feu. Calculé au jour près. Silence, on investit!

Et tous les médias comme un seul homme de faire silence sur la Palestine et de se précipiter aux basques du président américain. Sans aucune décence. Mais en ont-ils jamais?

Ce ballet des médias, toujours le même, hurlant comme un seul homme quand le pouvoir, les pouvoirs, le décident. Et muets comme des tombes quand le pouvoir, les pouvoirs, le commandent.

C'est ce que nous avons vu avec Jean-Marc Rouillan, que nous voyons autour des prisonniers révolutionnaires - il y a ceux sur lesquels les médias informent et ceux qu'ils enterrent.

On le voit aujourd'hui en Palestine et avec Obama. Où l'on pense pouvoir faire passer à la trappe,
invasion, destruction, massacres.

Mais ces morts existent, l'invasion est bien là.

A nous de ne pas nous plier au silence.
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 18:22
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Le plus grand risque maintenant? Laisser croire que la guerre est finie. Laisser tomber dans l'oubli ces trois dernières semaines d'horreur. Alors il faut surtout continuer à informer.

Trois contributions:

Un article de Nabil El-Haggar transmis par liberez-les!
Un appel à manifester, Arras 23 janvier.
Et "Quand Arthur et Albanel sont dans un bateau de guerre" sur resistons rezo.

Gaza, Permis de tuer (2)! lu sur  http://www.liberez-les.info/

Quand le Monde regarde les pays arabes

Par Nabil El-Haggar, Universitaire, Nabil.el-haggar@hotmail.fr

"Quand la vérité n’est pas libre, la liberté n’est pas vraie" Prévert

Aujourd’hui, samedi 17 janvier, 21ème jour du massacre, 1199 morts, 5600 blessés ! Rien que de l’ordinaire à Beit Lahia, une maison, bombardée et détruite sur la tête de ses habitants, une famille entière a été décimée. Jabalia, même scénario, 6 morts, la mère et ses 5 enfants viennent de disparaître dans l’enfer israélien. Une école de l’UNRWA qui abritait 1600 personnes ayant cru pouvoir échapper à l’horreur. Erreur, l’Ecole de l’ONU vient d’être bombardée, à 10h30 ce matin, des morts et de blessés, combien ? on ne le sait pas encore !

Etant donné qu’Israël nous a habitué à un certain génie de la manipulation du symbolique, beaucoup d’observateurs moyen-orientaux pensaient qu’Israël allait arrêter le massacre avant d’atteindre la barre des 1000 morts. Erreur, Israël a choisi cette fois de mettre l’accent sur une symbolique bien plus fondatrice: Israël est le Maître du Moyen-Orient !

La quasi totalité des pays arabes lui ont accordé leur totale soumission, l’Occident et l’Orient asiatique, y compris la Chine, lui ont accordé leur totale complicité et donc un soutien sans faille.

Il ne reste à Israël qu’à affirmer sa totale détermination à tracer des lignes politiques nouvelles et symboliques de cet agréable mélange de soumission et de complicité des uns et des autres. Il arrêtera le massacre lorsqu’il le décidera.

Un autre symbole

Par ailleurs, une autre barre symbolique à été franchie : 21 jours pendant lesquels la puissance destructrice israélienne est parvenue à détruire infrastructures, habitations, écoles, université et ôter la vie à plus de 1100 Palestiniens, blesser près de 4000 autres dont au moins 600 en état critique. Une puissance de feu inégalée, un massacre méthodiquement exécuté, un enfer qui fait penser à l’éternité !

Mais, les Gazaouis et la résistance ne se sont pas rendus ! Pas un seul d’entre eux n’a cherché à fuir durant les courts moments où le passage avec l’Egypte a été ouvert. Plus extraordinaire, les Palestiniens coincés en Egypte depuis que le blocus est imposé à la Bande de Gaza, ont profité de cette courte ouverture du passage de Rafah pour rejoindre les leurs. La leçon de la Nakba est prise et le symbole est grand : les Palestiniens ne quitteront plus leur terre même s’ils doivent en perdre la vie !

Que faut-il en déduire ? 21 jours de résistance, ce sont 15 jours de plus que ce qui a été nécessaire à l’armée israélienne, en 1967, pour détruire les armées de l’Egypte, de la Syrie, de la Jordanie et de l’Irak et occuper la Cisjordanie et la bande de Gaza (22% restante de la Palestine dont 78% a été occupé en 1948), le Sinaï en Egypte et le Golan en Syrie.
Je pense qu’il est important de rappeler au monde que résister est possible.

Il n’y a pas de limite au fond !

On croyait que les régimes arabes avaient touché le fond, erreur, ils ont trouver les moyens de creuser le fond pour descendre encore plus bas. Depuis la défaite de 1967, quarante ans sont passés, le nationalisme arabe s’est affaibli, les régimes autoritaires et archaïques ont su se protéger et rester en place. Oslo a eu lieu et a engendré l’interminable comédie dite « processus de paix entre Israéliens et Palestiniens ». C’est ainsi que par la reconnaissance offerte à Israël par les représentants des palestiniens, en échange d’un « processus », le monstre israélien arrache sa deuxième plus grande victoire depuis sa naissance en 1948 !

En effet c’est bien ce dit processus qui a permis à Israël de retrouver sa respectabilité là où il l’avait perdue grâce à la résistance palestinienne durant les décennies qui ont précédés Oslo.
Le président égyptien et plusieurs chefs d’état arabes et européens ont été informés par les Israéliens de l’offensive qui allait avoir lieu. Il n’y a pas de doute que le feu vert a été donné à Israël , bien qu’Israël n’ait besoin que d’un seul feu vert, celui des Américains.

Amro Mussa, secrétaire général de la Ligue arabe, ancien ministre des affaires étrangères d’Egypte, activiste acharné dans les négociations d’Oslo, a convoqué une réunion des ministres des affaires étrangères ! Cette réunion, censée préparer un sommet arabe, n’a abouti qu’à l’envoi d’une délégation à New York afin de demander au Conseil de sécurité de condamner l’agression israélienne et prier Israël d’accepter une trêve humanitaire ! Une dizaine de jours sont passés avant que le Conseil de sécurité ne se réunisse et invite les deux parties à cesser le feu !

Quand on a demandé à A.Moussa ce qu’il comptait faire pour que les Arabes réagissent, il a répondu : « Je n’ai pas de baguette magique ».

L’Egypte, surnommée « le cœur battant de la nation arabe » dont la principale préoccupation nationale, ces dernières années, est d’assurer l’héritage de la présidence du pays au fils Mobarak, considère que le Hamas est responsable de ce qui arrive à Gaza. Elle considère aussi que le problème essentiel à régler de suite est celui de la réconciliation entre Palestiniens ! Elle ne prendra aucune mesure contre l’agression israélienne, elle n’arrêtera pas sa fourniture du Gaz à Israël à des prix privilégiés. Elle mettra plusieurs jours avant d’autoriser épisodiquement l’entrée des secours par le passage de Rafah sur lequel elle est souveraine.

Les autres chefs arabes ne feront pas mieux, c’est-à-dire rien, mise à part la classique indignation de forme. Ils s’avèrent incapables de se parler et encore moins de faire une déclaration commune.
A défaut d’une initiative arabe, c’est la Turquie qui s’active! Grande alliée d’Israël, elle se charge en sa qualité d’héritière de l’empire Ottoman, de concilier les Arabes et de raisonner Israël. Ce dernier renvoie à Istanbul le Premier Ministre Erdogan les mains vides. lequel dit avoir été humilié !

Le 16 janvier, Une dizaine de pays décident de se réunir à l’invitation du Qatar. Ils présenteront leur délibération au sommet économique arabe qui se réunira dans quelques jours au Koweït. Le président de l’Autorité palestinienne s’excusera de ne pas pouvoir se rendre à Qatar ! Le ministre des affaires étrangères qatari déclare qu’Abbas a subi « des pressions » pour ne pas participer au sommet Gaza de Qatar.

Le diable est diable parce qu’il se croit bon !
Les peuples arabes bouillonnent, le massacre se déroule sous leurs yeux en direct sur les écrans ! ils se sentent impuissants, trompés, humiliés, trahis… Ils ont l’habitude, ce n’est pas le premier massacre ni la première humiliation, mais que faire ? Les peuples ne demandent pas à leurs gouvernements d’aller à la guerre contre Israël, ils savent que les pays arabes n’en sont pas capables. Ils attendent un geste, un peu de colère, un semblant de dignité, un peu de solidarité… Par exemple, rien que menacer de couper leurs relations diplomatiques avec Israël, suspendre « l’Initiative arabe de paix » ou menacer de traduire les responsables du massacre devant la justice internationale…rien de tout cela n’a été fait ! Nous verrons si le président de l’Autorité palestinienne signera la demande présentée par différentes associations et organisations de porter plainte contre Israël devant les tribunaux internationaux !

Il ne reste aux peuples arabes que la manifestation qui leur sera autorisée. C’est bon pour se donner une image démocratique et surtout les manifestations sont des excellents exutoires thérapeutiques ! Décidément, ces régimes ne semblent pas avoir compris que la seule soumission à Washington ne suffira pas à leur survie.

D’ailleurs, leurs propres « maîtres » les méprisent. Vendredi 23 janvier pendant que l’Egypte défend son plan comme le seul possible et efficace, Israël et les Etats-Unis signent un accord à Washington pour garantir l’arrêt des trafics d’armes vers Gaza par les frontières égyptiennes !

Hallucinant. S’agirait-il d’une pure stupidité ou plutôt d’un simple oubli ? Les « maîtres » auraient-ils pu oublier les premiers concernés : l’Egypte et son président leur fidèle porte-parole dans la région? Auraient-ils considéré que la souveraineté de l’Egypte leur revient ? Cet « incident », particulièrement humiliant pour le plus grand pays arabe, a obligé Mobarak à improviser un discours dans lequel il a essayé de jouer le rôle d’un président exigeant vis-à-vis d’Israël. L’écouter donnait envie de rire, mais ce n’était pas drôle !

Quant aux élites arabes, elles ont oublié que le monde se pense, l’avenir se prépare et la résistance ça se réfléchit…On comprendra pourquoi elles sont si silencieuses !

En effet, des millions d’Arabes descendront dans les rues, ils contesteront, hurleront, accuseront leurs dirigeants de trahison. L’Islam radical récoltera les bénéfices, c’est normal, ce sont les siens ! Seuls les islamistes sont en résistance !

Plus le monstre israélien est monstrueux avec les Palestiniens, plus les islamistes radicaux se renforceront, plus Israël aura la complicité du monde arabe et non arabe, plus il aura les mains libres de continuer sa colonisation de la Palestine, imposer des faits accomplis et rendre impossible la création d’un Etat palestinien.

Il est vrai que le diable est diable parce qu’il se croit bon !

A Arras, le 23 janvier à 18h00, Place de la gare
4ème Manifestation en soutien à la Palestine, le combat continue !

GAZA-ARRAS :

NOUS SOMMES TOUS DES PALESTINIENS !

 

Malgré l’arrêt momentané des combats et des bombardements…

Notre combat continue !


En mémoire :

 

des 1300 MORTS PALESTINIENS EN 22 JOURS DONT 350 ENFANTS,

 des 5500 BLESSES, DONT + DE 1500 ENFANTS et 3000 CIVILS…


En hommage :

à la résistance palestinienne, à toutes celles et ceux qui ont sauvés des vies à Gaza, à toutes celles et ceux qui ont apportés la solidarité internationaliste...

 

HALTE A LA GUERRE AU PEUPLE PALESTINIEN !


Nous, organisations, exigeons:

 

- Le retrait immédiat de toutes les troupes israéliennes de la bande de Gaza.

 

- La levée immédiate du blocus des territoires et l’ouverture des frontières pour les vivres.

 

- La protection immédiate de la population de Gaza et de tout le peuple palestinien,

 

- L’envoi immédiat de médecins, d’infirmiers-es, de matériel médical et de médicaments.

 

- La reconnaissance des droits nationaux des Palestiniens et une non ingérence d’Israël et des puissances occidentales dans les territoires Palestiniens.

 

- Le droit de retour de la diaspora palestinienne sur ses terres historiques de 1967.

 

- Le respect de la souveraineté et des choix démocratiques du Peuple Palestinien.

 

- La libération des 11 000 prisonniers palestiniens des geôles israéliennes.

 

- L’application de la Justice contre les criminels de guerre sionistes.

 

 

4ème Manifestation à ARRAS

Vendredi 23 Janvier 2009,

à 18h00 Place de la Gare à Arras

 

D’ARRAS à GAZA, SOLIDARITE SANS FRONTIERE !

 

Les 1ers Signataires : Libérez-les !, UL CGT Arras, CSB Lille, Alliance Rouge et Noire, Associations du Culte Musulman,

 


Le syndicat SYNPTAC-CGT de la Comédie de Valence (Centre Dramatique National Drôme-Ardèche tient à réagir aux déclarations de Christine Albanel ministre de la Culture concernant ses interventions suite à l’annulation du show de l’animateur Arthur à Vals les Bains vendredi 16 janvier 2009.


Les raisons apportées à son soutien sont fausses :

- le spectacle à été annulé par l’animateur et non sur la pression des manifestants qui avaient demandé juste un droit de parole (avant le début du show) concernant l’offensive israélienne sur Gaza : Arthur ayant pris publiquement position pour soutenir l’Etat d’Israël.


La prise de parole avant le début d’une représentation publique est une liberté politique nécessaire au bon fonctionnement d’une démocratie ; celle-ci avait été acceptée par les forces de l’ordre chargées d’assurer la sécurité de l’animateur.


- l’argument invoqué de l’antisémitisme est lui aussi erroné la personne devant prendre la parole est Juive et militante de l’organisation Union Juive Française pour la Paix. De plus, cette argumentation est dangereuse, assimilant Juifs et sionistes, elle risque d’accentuer les tentions communautaires. C’est pour ces raisons que le SYNPTAC-CGT de la Comédie de Valence apporte son non-soutien à Arthur et dénonce les propos tenu par la ministre.


Contact SYNPTAC-CGT : Simon 0650340454


Ci -dessous le communiqué de l’UJFP.. Ce message vous est envoyé par le secretariat de l'UJFP (Pierre Stambul). tel: 06 25 36 63 70. site: www.ujfp.org


Albanel et Arthur sont dans un bateau de guerre,
Arthur tombe à l'eau …


Selon les informations que nous avons reçues, Arthur, comique de son état, connu pour son soutien militant à un Etat criminel de guerre en exercice, a été, dans une commune de l'Ardèche, invité avant son spectacle à s'expliquer. Il a été interpellé par des militant-e-s défendant les droits humains dont une militante de l'Union Juive Française pour la Paix, enfant cachée pendant la guerre et petite-fille de déportés.


Désemparé, Arthur a déclaré ne plus avoir envie de faire rire et il a choisi d'annuler son spectacle. La ministre de la Culture en est, semble-t-il, très affectée. Elle ne semble pas avoir été affectée par les images reçues de
Gaza. Madame Albanel appartient à un gouvernement qui interdit les manifestations de soutien au peuple palestinien à Nice mais qui tolère les réunions de soutien à Magav, la police des frontières israélienne, qui a
commis de nombreux crimes.


Madame Albanel doit s'attendre à devoir renouveler ses communiqués émus. La dénonciation des crimes de guerre et crimes contre l'humanité commis par Israël, la dénonciation de la complicité du gouvernement auquel elle participe et du président de la république, la dénonciation de celles et ceux qui soutiennent de tels crimes ne va pas s'arrêter.


Le Bureau National de l'Ujfp

  

Partager cet article
Repost0

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2