Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 23:00
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Il fallait terminer cette guerre. Tout a été pensé, planifié. L'impérialisme ne laisse rien au hasard.

Le nombre de morts.
1200, ça va!
C'est un chiffre qui marque,
C'est un chiffre presque rond.
Plus, cela ferait peut-être trop.

On en a profité pour occuper, terroriser. Il y aura plein d'acquis c'est sûr pour Israel. L'Egypte, la France, les pays impérialistes sont là. Qui font semblant de s'intéresser au peuple palestinien mais qui préparent la pax israelia.

L'important c'était de
terminer l'essentiel de l'offensive
si possible
avant qu'Obama soit président.

Car il faut surtout
qu'il puisse encore apparaître comme
ce qu'il n'est pas:
progressiste.
Pas plus que Kennedy ne l'était d'ailleurs.

C'est pour cela que c'était bien la dernière limite pour Israel pour entamer cette guerre. Et que maintenant le ballet diplomatique s'agite pour achever ce qu'israel a commencé par les armes.

Cependant, il est une chose
qu'Israel n'a pas calculé.
C'est la mobilisation sans précédent
jour après jour.

Car pour nous qui sommes depuis toujours mobilisés au côté de la Palestine,
c'est un pas énorme qui vient d'être franchi.
Et cela, Israel ne l'avait certainement pas calculé.


linter.over-blog.com
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 22:38
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com


C'est une petite ville.
Il y a une manifestation.
Peu sont au courant.
(C'est normal, c'est un petit monde
qui ne sait plus tisser les liens
pour mobiliser)
Et nous le sommes par
le plus grand des hasards.
Nous y allons.
Nous portons un keffieh.
Ici, ce qu'il faut c'est
des tissus blancs.
Cela fait tache.
La manifestation est silencieuse.
C'est voulu ainsi.
On a peur des slogans
Qui déraperaient.
Lesquels?
Nous sommes appelés à faire un cercle
A nous tenir par la main.
Si, si.
Nous nous connaissons.
Nous échangeons des mots, des idées.
Avec beaucoup, nous nous comprenons.
Je dis pourquoi
Je porte un keffieh.
Et que la paix ne peut pas être
N'importe quelle paix
Et je m'attire cette remarque
D'une incroyable violence

Encore une qui veut la paix dans le sang.!

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 22:28
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

C'est avec un peu de retard que nous mettons les photos de la manifestation à Toulouse de début janvier. mais elles s'inscrivent dans cette incroyable mobilisation dans toutes les villes de france et témoignent  de l'ampleur et de la continuité de la mobilisation.


















Partager cet article
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 09:23
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com 

Vendredi 16 janvier 2009sur le blog liberonsgeorges

Dans un texte écrit et diffusé par les organisations syndicales et politiques présentes à l’université, Rennes 2 exprime sa solidarité avec le peuple Palestinien et dénonce l'emprisonnement de Georges Abdallah.

Ci-dessous le texte :.

Pour l’arrêt des bombardements à Gaza, pour la solidarité avec la peuple Palestinien

Manifestation samedi 17 janvier 2008 place de la mairie à Rennes/Roazhon à 15h 30
Bombardée et massacrée, la population de Gaza compte ses victimes par centaines. A l’heure actuelle plus de 900 Palestiniens, pour la plupart enfants ou âgés, sont morts et plusieurs milliers de blessés occupent les rares hôpitaux de la bande de Gaza. Le mardi 06 janvier, c’est une école primaire, un abri, qui a été bombardée par l’armée israélienne ! La barbarie de cette "guerre sans merci" n’ébranle pas "communauté internationale" qui a d’ailleurs donné son accord pour l’agression.

Depuis peu, la diplomatie s’est mise en mouvement pour tenter de trouver une solution provisoire. Le conseil de sécurité de l’ONU vient de voter une résolution appelant à un cessez-le-feu. Mais pendant ce temps, Ehud Olmert, premier ministre en sursis poursuit une féroce guerre de destruction contre la population palestinienne.


Pourquoi un tel acharnement contre la population palestinienne ? Le Hamas n’est qu’un prétexte pour l’Etat israélien. Celui-ci a beau jeu de s’indigner de tirs de roquettes, alors qu’il n’a jamais cessé de persécuter le peuple palestinien ! Notamment sur la bande de Gaza, qu’il a transformée par son blocus militaire en prison et en mouroir à ciel ouvert, et alors même qu’il continue depuis 1948 d’expulser les palestiniens de leurs terres et de coloniser leur pays, en détruisant leurs maisons, leurs écoles, et en assassinant et en emprisonnant tous ceux qui osent se lever contre l’occupation.


Ce n’est pas une guerre entre musulmans et juifs. C’est la conséquence d’un rapport de force entre colonisateur et colonisé : c’est un conflit politique, une lutte de libération nationale. Tout individu, faction ou mouvement qui refuse d’accéder aux exigences d’Israël, qui demande l’application et le respect de La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et cherche une paix juste et égale pour tous, sera emprisonné, torturé, exécuté ou bombardé.


La plupart des Etats, de la Ligue Arabe à l’Union Européenne en passant bien sûr par les USA, soutiennent l’agression israélienne. Les armes, chars, blindés et drones de l’armée israélienne sont livrés par ces mêmes pays, la « diplomatie » ne parle jamais de sanctions économiques, juridiques envers les criminels de guerre que sont Olmert, Barak et Livni. L’Etat français, « pays des Droits de l’Homme », est complice d’autant qu’ils garde depuis plus de 25 ans en prisons,
Georges Ibrahim Abdallah, militant communiste libanais, ayant purgé sa peine, qui luttait contre l’impérialisme sioniste.

Et bien que les médias n’en parlent jamais, en Israël aussi des milliers de personnes, qu’ils soient des Palestiniens de 1948 ou des militants contre le « Mur de l’apartheid » s’opposent à la politique menée par le gouvernement, manifestent contre la guerre et contre le traitement inhumain infligé aux palestiniens, pour la libération de tous les prisonniers politiques (Marwan Barghouti…).


Tout peuple a le droit à son autodétermination, à un pays. Cela s’applique bien entendu aux Palestiniens, aux Kurdes et au Proche-Orient de nombreux peuples luttent aussi pour leurs indépendances. Pour le droit à l’autodétermination : troupes impérialistes hors du Proche-Orient (Irak, Afghanistan…).


Arrêt immédiat de l’agression militaire israélienne, des bombardements, retrait des soldats israéliens de la bande de Gaza, fin du blocus, droit aux retour des réfugiés, reconnaissance d’un état palestinien.

Solidarité avec la résistance du peuple palestinien et aux forces laïques et démocratiques palestiniennes !


15 janvier 2009

Premiers signataires :
Emgann Mouvement de la Gauche Indépendantiste, Mouvement de la jeunesse socialiste 35, Mouvement des jeunesses communistes 35 , Nouveau Parti Anticapitalistes Rennes 2, Sindikad Labourerien Breizh Roazhon 2/Syndicat des travailleurs de Bretagne Rennes 2, Sud étudiants Rennes 2, Alternative Libertaire…

Source : http://rennes-info.org/Pour-l-arret-des-bombardements-a.html


Vous pouver trouver sur le site www.aloufok.net   toutes les informations sur les manifestations à venir
Les initiatives prévues
le samedi 17 janvier 2009

Aix en Provence
MANIFESTATION A 17h30 - Rotonde, côté Allées provençales

Annemasse
Manifestation - 14h00 Rassemblement Place de l’Hôtel de Ville - Départ 15h30

Bordeaux
à 15h00 Manifestation , place de la Victoire à Bordeaux
à 20h00 Conférence- Débat organisée par le Comité Action Palestine
La cause palestinienne face à la censure et la désinformation
Salle St Augustin à Bordeaux (place St Augustin, Tram A, arrêt St Augustin).
Avec la participation de :
AbdelFattah Abu Srour, directeur du Centre Culturel Al Rowwad du camp de réfugiés de Aida, Bethléem.
Mohammed Tahar Bensaada, enseignant à la Haute Ecole Ilya Prigogine de Bruxelles

Grenoble
Manifestation à 13h30 - Départ rue Félix Poulat

Lyon
Rassemblement A 15H PLACE BELLECOUR

Macon
Manifestation - Rendez vous à 15h Place de la Barre

Marseille
MANIFESTATION A 15H30 DEPART PORTE D’AIX

Nancy
Manifestation à 16h Place Maginot

Orléans
MANIFESTATION à 15h00 PLACE DU MARTROI

Paris
Manifestation à 14h30 départ de la place du Chatelet pour se rendre à l’ambassade d’Israël.

Perpignan
Grande manifestation - Rassemblement, à 15h00 sur la place de Catalogne (face à la Fnac)

Poitiers
Rassemblement à 15 heures devant le Palais de Justice

Quimper
Rassemblement à 14 h 30, Place Saint Corentin (devant l’Hôtel de Ville)

St.Etienne
Manifestation à 15h, Place Jean Jaurès.

Strasbourg
Manifestation unitaire à 16h30, place Kléber

Toulon
Manifestation à 10h00 - Place de la Liberté

Toulouse
Manifestation à 15h00. Départ Place du Capitole. Fin de manif, Place Arnaud Bernard avec Plusieurs animations prévues.

Tours
Rassemblement - Place Jean Jaurès à Tours à 16h00


PARIS.

TOUS A LA MANIFESTATION SAMEDI CONTRE LE GENOCIDE DU PEUPLE PALESTINIEN

SAMEDI 17 JANVIER : 14 H 30 PLACE DU CHATELET, EN DIRECTION DE L’AMBASSADE D’ISRAEL


Plus de 1000 morts et 5000 blessés, dont la moitié de femmes et d’enfants, en ce 20ème jour d’agression sauvage, où les escadrons de la mort israéliens n’hésitent pas à recourir à des bombes au phosphore, à sous-munitions et autres engins barbares.

Les médecins sur place témoignent qu’ils ne peuvent même pas soigner les blessés, étant donné l’état dans lequel ils leur arrivent, et se contentent de pratiquer des amputations à la chaîne (qui ne sauvent pas toujours les vies étant donné la gravité des lésions).

IL FAUT QUE LA MOBILISATION S’AMPLIFIE : LE PEUPLE PALESTINIEN NOUS CRIE "AU SECOURS !"

IL FAUT QUE NOTRE PRINCIPAL MOT D’ORDRE SOIT LE BOYCOTT DE TOUTES LES RELATIONS ET COLLABORATIONS AVEC ISRAEL. IL FAUT QUE LES PARTIS ET SYNDICATS ORGANISENT LE GEL DE TOUTES LES IMPORTATIONS ET EXPORTATIONS CONCERNANT ISRAEL ET NOTAMMENT LES VENTES ET ACHATS D’ARMES, COMME CELA VIENT DE SE FAIRE EN GRECE OU LES TRAVAILLEURS ONT BLOQUE LES MUNITIONS AMERICAINES DESTINEES A ISRAEL

IL FAUT QUE TOUTES LES UNIVERSITES, TOUS LES INSTITUTS DE RECHERCHE ARRETENT IMMEDIATEMENT D’ENTRETENIR DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS ISRAELIENNES, CAR AUCUNE D’ENTRE ELLE N’A ELEVE LA MOINDRE PROTESTATION CONTRE LES MASSACRES ISRAELIENS !

Chacun d’entre nous, dans son entreprise, dans son université, doit en discuter, et refuser de se rendre complice, même passivement, de ce qui se passe dans la bande Gaza.


• Samedi, en tête du cortège : Hind Khoury, Déléguée Générale de la Palestine

SAUVONS GAZA !

A l’appel de CAPJPO-EuroPalestine, Droits-devant ! Saint-Ouen Palestine,ISM (International Solidarity Mouvemen)t, Amaericains Contre la Guerre, Enfants de Palestine, Human Supporters, Comité contre la Barbarie et l’Arbitraire, RESOCI (Réseau Solidaire Citoyen), Maitre Gilles Devers (porteur de la plainte contre Israël devant la CPI)……

CAPJPO-EuroPalestine

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 21:00
Pour consulter le blog : linter.over-blog.com
Opération nationale

Drapeau et barbelés en Palestine occupée


Hormis le fait irréprochable et incontestable que chacun-e- de nous est déjà mobilisé-e à travers différentes actions juridiques, politiques ou médiatiques qui sont soit longues soit onéreuses, cette opération on ne peut plus simple, consiste à faire valoir l’urgence de la situation à Gaza en manifestant immédiatement et sans attendre, son sentiment envers le peuple palestinien.



Celle-ci a pour avantage entre autres, de permettre cette expression de chez soi; en paix…


Nous appelons donc toutes les personnes touchées par ce « NOUVEAU MASSACRE » à accrocher le drapeau palestinien ou le Keffieh à leurs fenêtres, balcons, voitures ou autres et ce jusqu’au retrait pur et simple des troupes d’occupation israélienne et de l’arrêt des bombardements, au minimum.


Abdellah pour le F.S.Q.P. - M.I.B.



Partager cet article
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 20:57
Pour consulter le blog: linter.over-blog

Vous pouver trouver sur le site www.aloufok.net   toutes les informations
sur les manifestations à venir

Les initiatives prévues
le vendredi 16 janvier 2009

Caen
Intervention de Michelle Sibony, membre de l’UJFP, à 20h30 Amphi Tocqueville

Nanterre
MANIFESTATION - DEPART 18H30 PLACE DE LA BOULE. ARRIVEE PLACE DES DROITS DE L’HOMME.

Paris
Rassemblement à 18h00 devant le Ministère des Affaires Etrangères, Métro Invalides

***
Les initiatives prévues
le samedi 17 janvier 2009

Aix en Provence
MANIFESTATION A 17h30 - Rotonde, côté Allées provençales

Annemasse
Manifestation - 14h00 Rassemblement Place de l’Hôtel de Ville - Départ 15h30

Lyon
Rassemblement A 15H PLACE BELLECOUR

Macon
Manifestation - Rendez vous à 15h Place de la Barre

Marseille
MANIFESTATION A 15H30 DEPART PORTE D’AIX

Nancy
Manifestation à 16h Place Maginot

Paris
Manifestation à 14h30 départ de la place du Chatelet pour se rendre à l’ambassade d’Israël.

Perpignan
Grande manifestation - Rassemblement, à 15h00 sur la place de Catalogne (face à la Fnac)

Poitiers
Rassemblement à 15 heures devant le Palais de Justice

Quimper
Rassemblement à 14 h 30, Place Saint Corentin (devant l’Hôtel de Ville)

Strasbourg
Manifestation unitaire à 16h30, place Kléber

Toulon
Manifestation à 10h00 - Place de la Liberté

Toulouse
Manifestation à 15h00. Départ Place du Capitole. Fin de manif, Place Arnaud Bernard avec Plusieurs animations prévues.

Tours
Rassemblement - Place Jean Jaurès à Tours à 16h00

Les initiatives prévues
le dimanche 18 janvier 2009

Lille
manifestation - 11 h - départ : station métro Wazemmes - LILLE

Les initiatives prévues
le lundi 19 janvier 2009

Orléans
MEETING A LA SOURCE à 20 H SALLE FERNAND PELLICIER

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2009 2 13 /01 /janvier /2009 19:37
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Pour rappel, certains de ces camarades d'Action directe qui ont inscrit la lutte pour la Palestine depuis toujours au coeur de leur action, sont encore emprisonnés après plus de 21 ans de détention.

Texte publié dans le journal l'Internationale, No 6, en 1982
Publié sur le blog linter.over-blog.com le mardi 19 juin 2007

Un dernier texte est publié dans le dossier de L'Internationale No 6: Il est en fait une interview au Monde qui part de l'identité de l'organisation et des faits marquants de 1982, pour affirmer son rejet des attentats-massacres ayant eu lieu en France et de l'amalgame tenté par l'Etat et qui analyse deux faits essentiels: le sommet de Versailles et  la guerre au Liban.


82, du sommet de Versailles au Liban

Action Directe n'est pas apparue par génération spontanée. Des individus ou des groupes ayant eu des expériences diverses de propagande armée ont ressenti la nécessité, au-delà d'actions ponctuelles ou de campagnes politiques (comme en 1997 après l'assassinat des camarades de la RAF, comme les campagnes sur le nucléaire ...), de se donner un instrument afin de promouvoir une stratégie communiste.

But et historique

Dès le début de notre apparition, nous avons été une guérilla communiste, défendant la lutte anti-impérialiste, sur une position de classe. La conséquence: une compréhension pratique de la nécessité de l'illégalisme révolutionnaire.
C'est le début de ce combat communiste qui a déterminé les instruments de lutte que nous avons créés. Nous pensons que ceux-ci peuvent amener une confrontation, un dépassement de l'expérience prolétaire, vers l'implantation d'une guerre révolutionnaire prolongée.
Nous ne pouvons faire ici un historique précis des actions entreprises par nos groupes. Nos objectifs délimitent clairement notre intervention politique.
Jamais nos actions n'ont pu prêter à confusion. Les moments et les cibles choisis apportent eux-mêmes la preuve de nos lignes fortes: guerre de classe et anti-impérialisme.
Nous avons lutté fort, et avons été réprimé fort.
Nous avons eu des camarades assassinés, nous avons connu des Q.H.S. dans le silence et l'arbitraire le plus total.
Pourtant, après quatre années d'existence, notre continuité politique n'a jamais été mise en danger. Nous posons toujours les mêmes questions.

Répression et amalgame

Nous n'avons jamais eu d'illusion sur le nouveau pouvoir, nouvelle gestion du Capital et tentative de réponse du système impérialiste en France.
Nous savons ce que signifie un gouvernement social-démocrate pour les prolétaires. En France, la répression de la grève des mineurs en 1948; dans les pays dépendants, les massacres de Sétif, le massacre de 80 000 personnes à Madagascar, les bombardements d'Hanoï, le coup de Suez ...
Mais nous avons essayé d'utiliser cette période d'euphorie et d'illusion pour tenter d'ouvrir de nouveaux fronts avec de nouvelles méthodes: lutte dans les prisons pour la fermeture des Q.H.S., lutte lors de l'manistie pour la libération des révolutionnaires emprisonnés, lutte avec les travailleurs immigrés pour le logement dans le quartier de la Goutte d'Or (occupation de six immeubles), travail d'information et de propagande écrite sur notre mouvement.
Face à nous, la force tranquille a dévoilé son vrai visage: provocation, diffamation, paternalisme, intimidations physiques, attentats contre nos squatts etc.
Plus de 1800 personnes ont été raflées en 4 mois, pressions sur les employeurs, tabassage de camarades, chantage sur la régularisation des papiers des camarades immigrés. Il a donc été difficile pour nous de sombrer dans "l'état de grâce".
Il était évident que les socialistes n'accepteraient aucune lutte ne s'intégrant pas à la contestation institutionnalisée et au soutien critique.
Le mois de juin 1982 a vu les enjeux de politicaillerie nationale dépassés par un événement déterminant: la venue de Reagan en Europe.
A l'ordre du jour dans les salons de Versailles:resserrer l'alliance impérialiste de l'O.T.A.N. à l'heure de la démocratie des droits du citoyen. Les marchandages qui portent sur les préparatifs d'une "guerre nucléaire tactique" en Europe, la fabrication de la bombe à neutrons française, le soutien ou non à des conflits dits " pérphériques", tel celui des Malvinas, sont soigneusement tenus secrets.
Reagan, en agitant le spectre de la guerre, a rencontré sur son passage un vaste mouvement de protestation dont l'ampleur ne s'était pas vue en Europe depuis une dizine d'années, mouvement majoritairement pacifiste qui, telle l'autruche, en se fermant les yeux et en invoquant la paix, croit pouvoir exorciser et retenir à sa porte un monstre informe déjà là. Dans le même temps se déclenchait l'invasion israélienne au Liban ...
Mais désormais la logique d'acier de la guerre impérialiste pénètre aussi les "pays développés", les métropoles.
La "crise", c'est-à-dire la restructuration du capital, cela veut dire des millions de chômeurs, des conditions de vie de plus en plus précaires. La menace brandie, c'est la répression sous toutes ses formes et c'est aussi l'anéantissement, le génocide séletif. Voilà la solution que propose Reagan.
Nous devons combattre les complots qui se trament. Ne pas nous limiter au catastrophisme, mais combattre.
Nous sommes convaincus que des attentats-massacres tels que Marbeuf, Copernic ou la Rue des Rosiers, sont concertés et planifiés, de façon systématique, par des groupes de pression, et particulièrement les services secrets.
Des intentions politiques précises et des conflits inter-Etats se cachent derrière ces actes. Désamorcer toute opposition éventuelle, même d'autodéfense, devant la politique économique et militaire créée par les Etats, tel est le véritable but de ces attentats.
C'est dans ce combat que nous avons lancé une campagne limitée visant des objectifs américains et israéliens.
Bologne, Munich sont évidemment des faits d'Etats et non de guérilla. Il est affligeant que 13 ans après l'attentat de la Piazza Fontana, qui précède la tentative de coup d'Etat du prince Borghese, des gens marchent encore dans ce genre de panneaux.
Mêler comme le fait une certaine presse, les groupes de guérilla à ces actes, c'est leur donner le prolongement politique qu'attendent leurs instigateurs. Suffira-t-il de manipuler un déséquilibré qui mettra une bombe à 6 heures dans la gare Saint-Lazare, et de signer Action directe pour que l'on demande nos têtes?
L'après-midi de la Rue de Rosiers, alors qu'il était évident pour le gouvernement que nous n'étions, ni de près ni de loin, liés à ce massacre, Monsieur Deferre est intervenu personnellement pour faire arrêter tous les militants légaux d'A.D. Autrement dit, nous pensons que le gouvernement connaît virtuellement ceux qui ont téléguidé le massacre, mais qu'il est totalement impuissant.
Masquer cette impuissance en favorisant l'amalgame, c'est objectivement appeler au lynchage.
Les interminables discussions Est-Ouest pour savoir où et comment stocker les missiles nucléaires, les dialogues Nord-Sud arrachant aux pays dépendants leurs mains-d'oeuvre et leurs matières premières à bon prix, le diktat des multinationales de l'agro-business et des organismes de financement sur les pays affamés, les concertations patronales pour plus de rentabilité dans l'extraction de la force de travail, les décisions des Etats augmentant sans arrêt les effectifs et les moyens policiers, faisant à présent, comme en France, appel au contingent pour garantir la paix sociale.
Voilà une partie de la terreur quotidienne. A tel point qu'elle est banalisée et ressentie non plus comme violence mais seulement comme état de fait.
Par l'impact qu'ont les massacres sur les gens, en les amalgamant avec les guérillas métropolitaines, on cherche à provoquer un rejet qui, s'il aboutissait, conduirait  au renoncement à tout combat et à l'abandon de toute espérance de libération humaine.

Le Liban

La guerre au Liban est indissociable d'une guerre rampante et généralisée au Moyen-Orient.
De Beyrouth à Kaboul, d'Asmara à Koramchar, le jeu de la stratégie impérialiste se déroule au-dessus des peuples, qui en sont les victimes. Les seules forces populaires qui s'insurgent les armes à la main contre cet état de fait subissent la plus terrible répression.
Sabra et Chatila entrent dans la logique de massacre et de pacification entreprise par l'impérialisme américain, européen et sioniste. L'enjeu est de forcer les Palestiniens à accepter le plan Reagan avec l'aide des pays arabes les plus réactionnaires.
On ne peut résoudre le "problème" israélo-palestinien en restant dans une logique d'Etat. Seule une guerre de classe permettrait d'entrevoir la possibilité d'une cohabitation judéo-arabe dans un Proche-Orient débarrassé des requins, des valets et de l'oligarchie corrompue. Pour l'heure, les socialistes ont participé au replâtrage actif d'un Etat libanais moribond, mettant en selle l'extrême-droite religieuse phalngiste, dont ils ont bien vite "oublié" qu'elle puise ses racines dans le courant national-socialiste des années trente. Voici quelles sont les forces souillées de sang qui vont dans les mois à venir assurer la paix et la sécurité des citoyens libanais!
Alors? Après que la FINUL se soit ridiculisée sur la frontière israélo-libanaise, que les peuples libanais et palestinien aient subi plusieurs mois de massacres, que des milliers de prisonniers, dont le seul crime est d'être Palestinien, croupissent dans les camps de concentration où les organismes internationaux n'ont pas accès, c'est vraiment prendre les gens pour des cons que de leur faire croire que l'armée française part là-bas pour maintenir la paix, pour remplir une mission humanitaire dans un pays confié à la gestion d'un parti fasciste.

Stratégie

Après le cycle classique provocation-amalgame-répression, le gouvernement socialiste va pouvoir accomplir ce que le gouvernement précédent n'avait pas les moyens politiques de mettre en place:
. La modernisation de l'appareil répressif d'Etat s'intégrant dans le vieux projet de coordination opérationnelle des Etats européens (la RFA étant le maître d'oeuvre)
. L'informatisation donnera la possibilité à tout moment de centraliser la répression internationale permettant aux Etats d'écraser dans l'oeuf toute tentative de soulèvement contre son Ordre et sa réalité.
Au niveau national, le gouvernement, qui s'était taillé une réputation de "démocratie" en manifestant l'intention de supprimer les brigades spéciales, n'a fait en réalité que les maintenir et en créer de nouvelles plus performantes avec l'aide de la B.R.I., des super-gendarmes, des super-espions, gang d'assassins du groupe "Action" de la D.G.S.E.. Le résultat? La création d'une police politique plus puissante que jamais, dont l'activité est dirigée essentiellement contre le mouvement révolutionnaire.
Que redoute tant l'Etat pour développer un tel appareil?
L'impérialisme n'est pas un monstre abstrait, trônant au sommet de la pyramide sociale. L'impérialisme, c'est le système d'exploitation capitaliste qui a étendu ses rets sur toute la planète et qui domine tous les rapports sociaux. C'est un système totalitaire et sa guerre sera totale.
Dans les démocraties occidentales comme dans les pays dépendants, l'impérialisme ne peut défendre sa logique interne qu'en développant une guerre sans merci contre ses ennemis, n'hésitant pas à balayer les acquis des luttes du prolétariat: droit au travail, formes de protection de la reproduction des forces de travail (santé, logement, éducation).
Les luttes quotidiennes qui s'épuisent en formes multiples et éclatées sont l'expression de la résistance à l'ordre impérialiste.
Etre révolutionnaire aujourd'hui, c'est établir des lignes stratégiques, liens entre ces luttes parcellaires et leur volonté d'émancipation, de libération totale de l'exploitation de l'homme par l'homme.
Cette lutte sera internationale ou ne sera pas.
Dans les quartier, les usines, les régions, doit se développer une guérilla périphérique qui permettra l'encerclement de l'ennemi. Ce combat, nous le mènerons jusqu'à la victoire.
Octobre 1982
Action directe
par luxemb publié dans : Textes-archives-Action directe
Partager cet article
Repost0
11 janvier 2009 7 11 /01 /janvier /2009 21:30
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Le cynisme  et l'imbécilité du pouvoir n'ont pas de limites. En juin 1957, Maurice Audin, militant communiste est arrêté par des parachutistes. Il est torturé et assassiné. Henri Alleg a témoigné de la torture dans un livre que nous avons tous en mémoire. Et Pierre Vidal-Naquet a animé un comité pour faire "la vérité" qui est aussi un symbole fort de la lutte anticolonialiste. Le lieutenant Charbonnier, responsable de cette mort, a été décoré de la légion d'honneur. Et jamais l'Etat français n'a reconnu ce meurtre.

En juin 2007, cinquante ans après la disparition de Maurice Audin, sa femme a écrit une lettre ouverte qui n'a jamais reçu de réponse.

Et incroyable, le pouvoir prétendait décerner à la fille de Maurice Audin, la décoration qu'il avait accordée au tortionnaire. Michèle Audin vient de dénoncer et refuser cette attribution.

Le cynisme et l'imbécilité du pouvoir n'ont vraiment pas de limites.

JPEG - 13.3 ko
Sérigraphie d’Ernest Pignon Ernest représentant Maurice Audin.
 Elle a été collée sur des murs d’Alger en avril 2003 (le visage a été gratté par une main inconnue

 


 

Documents sur le site de la ligue des droits de l'Homme de Toulon 

 

Maurice Audin
« La vérité pour Maurice Audin »
Lettre ouverte de Josette Audin à Nicolas Sarkozy

Monsieur le Président,

Le 11 juin 1957, j’avais vingt-six ans, j’habitais à Alger, rue Gustave-Flaubert, avec mon mari, vingt-cinq ans, et mes trois enfants, Michèle, trois ans, Louis, dix-huit mois, et Pierre, un mois. Des parachutistes de l’armée française ont fait irruption et ont emmené mon mari.

Depuis cette date, je ne l’ai jamais revu. À mes questions, il m’a été répondu qu’il s’était évadé. Les historiens, parmi lesquels un homme connu pour sa rigueur scientifique et morale, Pierre Vidal-Naquet, ont établi qu’il était mort sous la torture, le 21 juin de cette année 1957. Mon mari s’appelait Maurice Audin. Pour moi, il s’appelle toujours ainsi, au présent, puisqu’il reste entre la vie et la mort qui ne m’a jamais été signifiée. Depuis cinquante ans, jusqu’à aujourd’hui, les autorités civiles et militaires ont opposé un silence de plomb à toutes les requêtes destinées à connaître enfin la vérité, en particulier au comité Audin qui a rassemblé, durant des années, les meilleurs esprits.

Je ne demande pas, Monsieur le Président, dans le cadre de cette démarche, que s’ouvre un procès des tortionnaires meurtriers de mon mari, sachant que des lois d’amnistie les couvrent, même si je pense que la justice française se grandirait en appliquant une jurisprudence internationale pour laquelle aucune affaire criminelle ne peut être éteinte tant que le corps reste disparu. Des pays qui se targuent moins que le nôtre de porter haut les droits de l’homme en sont venus à procéder ainsi dans un souci de réhabilitation. Je ne vous - demande pas, non plus, de - repentance, un mot qui n’appartient pas à mon vocabulaire. La - torture passée ou présente, et où qu’elle se pratique, exige reconnaissance, stigmatisation, condamnation, et rien d’autre. Je vous demande simplement de reconnaître les faits, d’obtenir que ceux qui détiennent le secret, dont certains sont toujours vivants, disent enfin la vérité, de faire en sorte que s’ouvrent sans restriction les archives concernant cet événement.

Vous qui invoquez fréquemment l’honneur de la France, ne la laissez pas, pour un temps encore, se déshonorer en cautionnant la dissimulation honteuse de cette mort. Vous qui parlez de la souffrance, du courage et de l’humanité des résistants, ne laissez pas enfoui dans la fosse commune de l’histoire, sans lui rendre au moins son identité et sa vérité, un homme comme mon mari qui avait tellement l’Algérie au coeur, et dont les convictions de jeune mathématicien et de militant communiste étaient si pures, qu’il s’est dressé contre des méthodes barbares et qu’il a donné sa vie à ce pays, l’Algérie.

On dit que tout homme a droit à une sépulture. C’est même ce que l’on s’efforce d’accorder, aujourd’hui, pour leur rendre un minimum de dignité, aux morts de la rue. La France va-t-elle se refuser encore à accorder ce droit à mon mari et la possibilité pour ma famille, mes enfants, mes petits-enfants de faire le travail de deuil dont personne, dit-on, ne doit être privé ?

Monsieur le Président, on le sait, l’histoire a donné raison à mon mari, à son engagement pour l’indépendance de l’Algérie, ce pour quoi il a été tué. Aujourd’hui, des voix s’élèvent, de plus en plus nombreuses, pour considérer que les hommes comme Maurice Audin, et bien d’autres, étaient la chance d’une Algérie multiethnique, pluriculturelle, permettant aux sensibilités, aux divers courants politiques, de cohabiter. Les avoir sacrifiés constitue un épouvantable gâchis. Pour cela aussi, on doit la vérité à Maurice Audin.

Monsieur le Président, il s’agit d’un crime contre un homme, contre sa famille, contre l’Algérie, contre la France, contre l’humanité. Hélas, je le sais, il n’est pas le seul crime de cette guerre qui n’aurait jamais dû avoir lieu et qui a fait d’innombrables victimes algériennes et françaises. La torture à laquelle n’a pas survécu mon mari n’était pas un accident, elle avait été, selon les propos du général Massu lui-même, chef des parachutistes à Alger, institutionnalisée. Si la vérité sur la mort de Maurice Audin, mon mari, était enfin dévoilée, nombreux seraient ceux, sur les deux rives de la Méditerranée, qui y verraient un acte de justice pour tous, contribuant à l’amitié entre des peuples meurtris, et rendant au mot de république un peu du crédit perdu dans ces circonstances. Pour moi, il est insupportable de ne pas connaître cette vérité, mais il est non moins insupportable, sachant qu’il est mort sous la torture, seule certitude que nous ayons, que la torture ne soit toujours pas condamnée par la France. Monsieur le Président, je veux encore croire que la France, par votre voix, m’apportera enfin la réponse. Je l’attends, depuis cinquante ans, chaque jour de ma vie.

Avec toute ma considération.


À Paris, le 19 juin 2007

Josette Audin

Monsieur le Président,

Par une lettre datée du 30 décembre 2008, vous m’informez de votre décision de me décerner, sur la réserve présidentielle, le grade de chevalier de la Légion d’honneur.

Je suis très heureuse, Monsieur le Président, de cet intérêt montré à ma contribution à la recherche fondamentale en mathématiques et à la popularisation de cette discipline et je vous en remercie.

Monsieur le Président, il y a un an et demi, vous receviez une lettre (ouverte) envoyée par ma mère, Josette Audin, qui vous demandait de contribuer à faire la vérité sur la disparition de mon père. Maurice Audin, mathématicien lui aussi, et disparu depuis le 21 juin 1957 alors qu’il était sous la responsabilité de l’armée française.

À ce jour, vous n’avez pas donné suite à cette demande. Vous n’avez d’ailleurs même pas répondu à cette lettre.

Cette distinction décernée par vous est incompatible avec cette non-réponse de votre part. Vous me voyez donc au regret de vous informer que

je ne souhaite pas recevoir cette décoration.

Je vous prie de croire, Monsieur le Président, à l’expression de mon respect,

A Strasbourg, le 1er janvier 2009


Michèle Audin

mathématicienne
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 22:59
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

(Partie d'un collage de Joëlle Aubron)

La nuit est tombée en ce dix janvier sur Paris. La manifestation est arrivée à Nation. Après trois heures de défilé incessant.

Sur tout le parcours, des forces de  police qui bloquent les rues adjacentes, murs et boucliers.

Sur la place de la Nation, il en est de même. Déjà depuis des heures, toutes les issues sont
bloquées.

Et c'est tout un symbole. De la collusion des Etats impérialistes avec Israel qu'ils ont créé de toutes pièces.

De l'oppression et la répression de tout un peuple
.

De la volonté cependant de ce peuple de résister.

Et du soutien
qu'il rencontre dans le monde entier.

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2009 6 10 /01 /janvier /2009 10:16
Pour consulter le blog : linter.over-blog.com

Aujourd'hui plusieurs manifestations dont Lille et Paris. Et nous pourrons voir comment ils  "informeront"!!


Si on pouvait avoir ces règles à l'esprit lorsque l'on regarde le Journal > TV le soir, ou quand on lit les journaux le matin, notre compréhension des évènements au Proche-Orient en serait améliorée :*

*Règle n° 1 :* Au Proche-Orient, ce sont toujours les Arabes qui attaquent les premiers et c'est toujours Israël qui se défend. Cela s'appelle donc des *représailles*.

*Règle n° 2 :* Les Arabes, Palestiniens ou Libanais n'ont pas le droit de tuer des civils de l'autre camp, car cela s'appelle du *terrorisme*..

*Règle n° 3 :* Israël a le droit de tuer les civils Arabes. Car cela s'appelle de la *légitime défense*.

*Règle n° 4 :* Quand Israël tue trop de civils, les puissances occidentales l'appellent à la retenue. Cela s'appelle la *réaction de la communauté internationale*

*Règle n° 5 :* Les Palestiniens et les Libanais n'ont pas le droit de capturer des militaires israéliens, même si leur nombre est très limité et ne dépasse pas trois soldats.

Règle n° 6 :* Les israéliens ont le droit d'enlever autant de palestiniens qu'ils le souhaitent (environ 10.000 prisonniers à ce jour, dont près de 300 enfants). Il n'y a aucune limite et ils n'ont pas besoin d'apporter de preuve de la culpabilité des personnes enlevées. Il suffit juste de dire le mot magique "*terroriste*".

*Règle n° 7 :* Quand vous dites "Hezbollah", il faut toujours rajouter l'expression "*soutenu par la Syrie et l'Iran*".

*Règle n° 8 :* Quand vous dites "Israël", il ne faut surtout pas rajouter après "soutenue par les États-Unis, la France et l'Europe" car on pourrait croire qu'il s'agit d'un *conflit déséquilibré*.


*Règle n° 9 :* Ne jamais parler de "territoire occupé" ni de résolutions de l'ONU, ni de violations du droit international, ni de la Convention de Genève. Cela risque de *perturber* le téléspectateur et l'auditeur de France Info.

*Règle n° 10 :* les israéliens parlent mieux le français que les Arabes. C'est ce qui explique qu'on leur donne, ainsi qu'à leurs partisans, aussi souvent que possible, la parole. Ainsi, ils peuvent nous expliquer les règles précédentes (de 1 à 9). Cela s'appelle de la *neutralité journalistique*.
 
Par Bernard Langlois
Fondateur de l'hebdomadaire Politics In Africa-Asia
Partager cet article
Repost0

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2