Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 00:01

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Du coup d'Etat empêché de 2002 aux obsèques, aujourd'hui, de Hugo Chavez,

c'est un même combat contre l'impérialisme qui s'exprime

 

Nous avons regardé hier longuement les obsèques de Hugo Chavez mais surtout l'immense, l'incroyable soutien populaire qui s'est exprimé.


1716777.jpg

 

Pour mieux comprendre, nous vous proposons de regarder ce documentaire qui nous fait penser à "Z", le film de Costa Gavras et au coup d'Etat au Chili - et à la mort d'Alliende au palais présidentiel.

Parce que de manière inouïe, cette tentative de coup d'Etat a pu être filmée, nous comprenons plus fortement encore que "Z" n'est pas qu'un film et que le Chili a pu se reproduire en 2002 contre Chavez.

Et que cela reste toujours d'actualité.

 

L'impérialisme, la bourgeoisie, les forces armées, les médias, le soutien américain tout est là.

 

Mais surtout la foule énorme qui se réunit aujourd'hui pour rendre hommage à Hugo Chavez fait écho à cette foule en lutte, montrée dans ce documentaire, qui permet la reprise du palais présidentiel et qui fait échec à une nouvelle dictature mise en place pour la défense des intérêts de la bourgeoisie vénézuélienne et pétroliers des américains.

 


Le documentaire


En 2002, un coup d'Etat a eu lieu au Vénézuela. Par une action des médias, de la bourgeoisie et de l'armée, le palais présidentiel a été envahi, Hugo Chavez enlevé, le gouvernement déposé et l'assemblée nationale dissoute. La mobilisation populaire a permis l'échec de ce coup d'Etat. Une équipe qui tournait un documentaire sur Hugo était présente et a pu filmer puis reconstituer l'ensemble des événements.


  écouter voir

 

http://www.youtube.com/watch?v=ElCkAgUx7og&feature=player_embedded

Partager cet article
Repost0
5 mars 2013 2 05 /03 /mars /2013 23:52

  Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

VENEZUELA-Firma-del-Acta-de-la-Independencia-de-Venezuela-b.jpg

Signature de l'acte d'indépendance du Vénézuela (1811)

 

Lire sans intermédiaire

Pour mieux comprendre

Pour entendre une autre voix

Et nous interroger

Au-delà des voix

Des grands médias.


Lettre d’Hugo Chavez à l’Afrique  : « formons un seul peuple, un seul continent, nous ne pouvons rien attendre sinon de nous-mêmes » dans International / par / dans 24 février 2013 à 14 h 36 min /

Lettre du Président Hugo Chavez aux participants du IIIème Sommet Afrique-Amérique latine et Caraïbes (Guinée Équatoriale, février 2013) -Caracas, 22 février 2013.

 

Frères et sœurs,


Recevez mon plus fervent salut bolivarien, unitaire et solidaire, avec toute ma joie et de toute mon espérance dans le déroulement de ce III° Sommet si attendu des Chefs d’État et de Gouvernement d’Amérique du Sud et d’Afrique.


Je regrette vraiment, du plus profond de mon être de ne pouvoir être présent physiquement parmi vous pour vous réitérer, par une sincère accolade, mon irrévocable engagement en faveur de l’unité de nos Peuples. Je suis présent, cependant, dans la personne du Chancelier de la République Bolivarienne du Venezuela, le camarade Elias Jaua Milano, à qui j’ai demandé de vous transmettre la plus vive expression de mon amour pour ces continents qui sont plus que frères, unis par de solides liens historiques et destinés à avancer ensemble vers leur rédemption pleine et absolue.


Je le dis du plus profond de ma conscience : l’Amérique du Sud et l’Afrique sont un même peuple. On réussit seulement à comprendre la profondeur de la réalité sociale et politique de notre continent dans les entrailles de l’immense territoire africain où, j’en suis sûr, l’humanité a pris naissance. De lui proviennent les codes et les éléments qui composent le syncrétisme culturel, musical et religieux de notre Amérique, créant une unité non seulement raciale entre nos peuples mais aussi spirituelle.


De la même manière, les empires du passé, coupables de l’enfermement et de l’assassinat de millions de filles et de fils de l’Afrique mère dans le but d’alimenter un système d’exploitation esclavagiste dans leurs colonies semèrent dans Notre Amérique le sang africain guerrier et combatif qui brûlait du feu que produit le désir de liberté. Cette semence a germé et notre terre a enfanté des hommes aussi grands que Toussaint Louverture, Alexandre Pétion, José Léonardo Chirino, Pedro Camejo parmi beaucoup d’autres, avec pour résultat, il y a plus de 200 ans, le début d’un processus indépendantiste, unioniste, anti-impérialiste et reconstructeur en Amérique Latine et caribéenne.


Ensuite, au XX° siècle, vinrent les luttes de l’Afrique pour la liberté, ses indépendances, contre ses nouvelles menaces néo-coloniales, Patrice Lumumba, Amilcar Cabral pour n’en citer que quelques-uns. Ceux qui, dans le passé nous ont conquis, aveuglés par leur soif de pouvoir, ne comprirent pas que le colonialisme barbare qu’ils nous imposaient deviendraient l’élément fondateur de nos premières indépendances. Ainsi, l’Amérique Latine et les Caraïbes partagent avec l’ Afrique un passé d’oppression et d’esclavage. Aujourd’hui plus que jamais, nous sommes fils de nos libérateurs et de leurs hauts faits , nous pouvons dire, nous devons dire avec force et conviction, que nous unit aussi un présent de lutte indispensables pour la liberté et l’indépendance définitive de nos nations.


Je ne me lasserai pas de le redire, nous sommes un même peuple, nous avons l’obligation de nous rencontrer au-delà des discours formels dans une même volonté d’unité et ainsi unis, donner vie à l’équation qui devra s’appliquer dans la construction des conditions qui nous permettront de faire sortir nos peuples du labyrinthe dans lequel le colonialisme les a jetés et, par la suite, le capitalisme néo-libéral du XX° siècle.


Pour cela, je veux évoquer la mémoire de deux grands combattants pour la coopération sud-sud comme l’ont été les deux ex présidents du Brésil et de la Tanzanie, Luis Ignacio « Lula » da Silva et Julius Nyerere dont les apports et les efforts ont permis, en leur temps, la mise en place de magnifique forum pour une coopération solidaire et complémentaire comme l’est l’ASA (1).


Cependant, les temps que nous vivons nous obligent à consacrer nos plus profondes et urgentes réflexions à l’effort nécessaire pour transformer l’ASA en un véritable instrument générateur de souveraineté et de développement social, économique, politique et environnemental.


C’est sur nos continents que l’on trouve les ressources naturelles, politiques et historiques suffisantes, nécessaires, pour sauver la planète du chaos où elle a été conduite. Faisons que le sacrifice indépendantiste de nos ancêtres qui nous offre le jour d’aujourd’hui serve à unifier nos capacités pour transformer nos nations en un authentique pôle de pouvoir qui, pour le dire avec le père Libérateur Simon Bolivar, soit plus grand par sa liberté et sa gloire que par son extension et ses richesses.


Les paroles de cet immense général uruguayen José Gervasio Artigas résonnent toujours dans mon âme et dans ma conscience : « Nous ne pouvons rien attendre si ce n’est de nous-même ». Cette pensée si profonde renferme une grande vérité que nous devons assumer, j’en suis absolument convaincu.


Notre coopération sud-sud doit être un lien de travail authentique et permanent qui doit tourner toutes ses stratégies et ses plans de développement soutenable vers le sud, vers nos peuples.


Quoiqu’en aucune manière nous ne nions nos relations souveraines avec les puissances occidentales, nous devons nous rappeler que ce ne sont pas elles qui sont la source de la solution totale et définitive pour l’ensemble des problèmes de nos pays. Loin de l’être, quelques-unes d’entre elles appliquent une politique néo-coloniale qui menace la stabilité que nous avons commencé à renforcer sur nos continents.


Frères et sœurs, je voudrais rappeler pour ce III° Sommet des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’ASA, l’esprit de fraternité, d’unionisme et de volonté qui a dirigé le déroulement de ce II° merveilleux Sommet dans l’île de Margarita, au Venezuela, qui nous permit d’adopter unanimement les engagements de la Déclaration de Nueva Esparta. Je souhaite avec beaucoup de foi et d’espérance que nous puissions récupérer à Malabo l’impulsion et l’effort de ce moment extraordinaire pour notre processus d’unité, le Sommet de 2009, qui a montré autant par sa fréquentation massive que par la quantité et le contenu des accords atteints.


Depuis le Venezuela, renouvelons aujourd’hui notre plus ferme engagement dans le renforcement du Secrétariat Permanent de la Table Présidentielle Stratégique de l’ASA avec ses principales tâches et fonctions pour accélérer le rythme dans la consolidation de nos institutions et obtenir ainsi une plus grande efficacité dans notre travail conjoint.


Je regrette avec beaucoup de douleur et de peine que tout notre travail commencé formellement depuis 2006 ait été interrompu par les forces impérialistes qui prétendent encore dominer le monde. Ce n’est pas un hasard, je le dis et je l’assume pleinement, que depuis le Sommet de Margarita, le continent africain ait été victime des multiples interventions et des multiples attaques de la part des puissances occidentales.


Les nombreux bombardements et invasions impériaux empêchant toute possibilité de solution politique et pacifique aux conflits internes qui ont commencé dans diverses nations d’Afrique, ils ont eu comme objectif principaux de freiner le processus de consolidation de l’unité des peuples africains et, en conséquence, de miner les progrès de l’union de ces états avec les peuples latino-américains et caribéens.


La stratégie néo-coloniale a été, depuis le début du XIX°, de diviser les nations les plus vulnérables du monde pour les soumettre à des rapports de dépendance esclavagiste. C’est pour cela que le Venezuela s’est opposé, radicalement et depuis le début, à l’intervention militaire étrangère en Libye et c’est pour le même motif que le Venezuela réitère aujourd’hui son rejet le plus absolu de toute activité d’ingérence de l’OTAN.


Face à la menace extra-régionale pour empêcher l’avance et l’approfondissement de notre coopération sud-sud, je le dis avec Bolivar dans sa Lettre de Jamaïque de 1815 : « Union, union, union, cela doit être notre plus importante consigne. » Notre Gouvernement renouvelle, en ce III° Sommet de l’ ASA dans cette république sœur de Guinée Equatoriale, son absolue disposition à avancer dans le travail nécessaire pour consolider notre coopération dans les secteurs que j’ai personnellement proposées à notre dernier sommet, dans la belle île de Margarita. Energie, Education, Agriculture, Finances et Communication continuent d’être nos priorités et pour celles-ci, nous réitérons notre engagement pour avancer dans des initiatives concrètes comme Petrosur, l’Université des Peuples du Sud ou la Banque du Sud, pour ne citer que quelques exemples. Dans le secteur de la communication, nous proposons, depuis le Venezuela, que cet effort que nous avons réussi à mettre en place ensemble dans différents pays de l’Amérique du Sud, TeleSur, s’articule avec l’Afrique afin qu’il puisse accomplir depuis ces latitudes sa principale fonction : relier les peuples du monde entre eux et leur apporter la vérité et la réalité de nos pays.


Enfin, je veux renouveler à tous mon désir que les résultats projetés lors de ce III° Sommet ASA nous permette de transformer ce forum en un outil utile pour conquérir notre définitive indépendance en nous plaçant à la hauteur de l’exigence de l’époque et comme le dirait le Libérateur, le plus de bonheur possible pour nos peuples. Je suis un convaincu, simple et obstiné, nous réussirons à mener à bien cette cause que nos libérateurs et martyres nous ont transmise depuis des siècles. Nos millions de femmes et d’hommes présentés en sacrifice pour leur pleine et absolue liberté. Avec le père infini, notre Libérateur Simon Bolivar, je dis une fois de plus : « Nous devons attendre beaucoup du temps, son ventre immense contient plus d’espérance que de faits passés et les prodiges futurs doivent être supérieurs aux anciens ».


Marchons donc vers notre union et notre indépendance définitive. En paraphrasant Bolivar, je dis maintenant : « Formons une patrie,un continent, un seul peuple, à tout prix et tout le reste sera supportable. »

Vive l’union sud-américaine et africaine !

Vive l ’ASA !

Jusqu’à la victoire toujours !

Nous vivrons et nous vaincrons !

Hugo Chavez Frias

 

Note :

(1) ASA : América del Sur/Africa.

Traduction Gaston Lopez


URL de cet article : http://venezuelainfos.wordpress.com/2013/02/24/lettre-dhugo-chavez-a-lafrique-21-fevrier-2013-formons-un-seul-peuple-un-seul-continent-nous-ne-pouvons-rien-attendre-sinon-de-nous-memes/

 


Révolution et indépendance du Vénézuela

 

Signature de l'acte d'indépendance du Venezuela (1811)

Signature de l'acte d'indépendance du Venezuela (1811), par le peintre vénézuelien Martín Tovar y Tovar (1876). Col. Galería de Arte Nacional

 

C’est le 5 juillet 1811, sous l’impulsion des généraux Francisco de Miranda et Simon Bolivar, qu’un congrès réuni à Caracas déclare l’indépendance du Venezuela.


Le processus a débuté le 19 avril 1810, date à laquelle le conseil municipal de Caracas a pris le pouvoir au nom du roi d’Espagne Ferdinand VII, et a déposé le commandement espagnol. L’Espagne était alors en pleine guerre contre la France de Napoléon. Le roi Ferdinand VII avait dû abdiquer et un Conseil de Régence avait été établi à Cádiz, le dernier port contrôlé par les espagnols, tandis que Napoléon instituait Joseph à la tête du pays.

 

Le congrès et la déclaration d’indépendance

Plusieurs provinces suivent l’exemple de Caracas et établissent des juntes. Celles-ci reconnaissent tantôt uniquement la junte de Caracas, tantôt la junte ainsi que le conseil de régence. D’autres provinces restent fidèles à la couronne espagnole.


La junte de Caracas appelle alors au rassemblement d’un congrès pour le mois de mars 1811.


Francisco de Miranda, ancien général de la Révolution Française, qui avait déjà tenté de libérer le Venezuela en 1806, se trouve au Royaume-Uni au moment de la déclaration d’indépendance. Les envoyés vénézueliens (dont Simon Bolivar), venus faire reconnaître leur gouvernement par les anglais, le persuadent de rallier l’Amérique du Sud.


Francisco de Miranda

Francisco de Miranda, par Martin Tovar y Tovar (1874). Col. Capitolio Federal de Venezuela

 

Il retourne alors au Venezuela et se fait élire au congrès comme délégué d’El Pao. Dès son arrivée, il organise une association, la Société Patriotique, sur le modèle des clubs jacobins de la Révolution, et fait campagne en faveur de l’indépendance au sein du gouvernement.


L’indépendance est déclarée le 5 juillet. Le congrès établit une confédération, les Etats Unis du Venezuela, dotée d’un parlement bicaméral et d’un exécutif formé d’un triumvirat. Le drapeau jaune, bleu et rouge est inspiré de Miranda.


Deux provinces choisissent cependant de rester fidèles à la Régence de Cádiz. C’est le début de la guerre d’indépendance du Venezuela, qui durera jusqu’en 1823. La première république du Venezuela disparaîtra en 1812, après la reconquête du pays pas les forces espagnoles et l’arrestation de Francisco de Miranda, laissant la place à Simon Bolivar, qui fondera la seconde république, en 1813.

 

source

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 20:30

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Une déclaration du PADS


Non aux ingérences des impérialistes au Mali et aux provocations de leurs agents islamistes en Algérie

 

lundi 21 janvier 2013, par La Rédaction


L’impérialisme français poursuit sans relâche l’exécution de son plan de contrôle politique et militaire total de ses anciennes colonies africaines.
Après la Côte d’Ivoire où ses commandos avaient démis par la force Gbagbo, envoyé ce dernier dans une prison de La Haye et installé sa marionnette Ouattara, il vient de lancer son armada aérienne et de débarquer ses troupes au Mali sous le prétexte de combattre des groupes armés islamistes déployés au nord de ce pays et de défendre son intégrité territoriale.
Depuis maintenant une semaine les impérialistes français tentent de réaliser un de leurs objectifs : déployer durablement leurs troupes militaires au Mali, transformer ce pays en tête de pont afin de contrôler les richesses du Sahel, avec la bénédiction de l’ONU, instance de marchandage et de partage du monde en zones d’influence des puissances impérialistes. Grâce à la soi-disant légitimité internationale délivrée à son action par l’ONU, l’impérialisme français a obtenu l’habilitation de la Cédéao, son instrument néo-colonialiste, à jouer au gendarme de la Françafrique, faire et défaire les régimes africains au gré de ses intérêts.
Ce prétexte est grossier et hypocrite. Que ce soit sous un gouvernement de droite ou un gouvernement de "gauche", l’impérialisme s’est toujours appuyé sur les mouvements réactionnaires qui se camouflent sous la religion pour contrer la volonté d’émancipation des peuples de la domination impérialiste et abattre les dirigeants qui lui tiennent tête.
Il vient de faire d’une pierre deux coups. Ses troupes prennent pied au Mali.
Et il camoufle sous cette intervention son plan d’encerclement de l’Algérie par le sud en vue de renforcer ses pressions sur nos gouvernants pour les pousser encore plus dans la voie de la compromission et de la rupture avec ses orientations anti-impérialistes traditionnelles. Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme condamne l’autorisation accordée par le gouvernement algérien au survol du territoire de l’Algérie par les avions militaires français.

L’impérialisme trompe le peuple malien auquel il veut faire croire qu’il cherche à le protéger des hordes obscurantistes. Il faut être naïf, aveugle ou de mauvaise foi pour oublier ou ne pas voir que depuis des dizaines d’années ces groupes et leurs régimes sont et ont été les meilleurs auxiliaires de l’impérialisme : Afghanistan, Bosnie, Kosovo, Libye, et maintenant Syrie.
Peut-on oublier que durant les années 1990 les dirigeants socialistes français ont appuyé le Front islamique du Salut en Algérie en exigeant de reconnaître sa prétendue "victoire électorale" de décembre 1991 et contribué à répandre les pires campagnes de mensonges visant à innocenter les groupes islamistes armés dans les massacres commis en Algérie ? Comment peut-on croire que les puissances impérialistes vont libérer les Maliens de la dictature des groupes obscurantistes, alors qu’elles ont mis à feu et sang la Syrie pour tenter de les placer à la tête de ce pays avec l’appui des régimes monarcho-théocratiques de l’Arabie saoudite et du Qatar ?

L’impérialisme est confronté à la plus grave crise économique structurelle de son histoire. Il a besoin de diviser les peuples. Tout en prétendant les combattre dans certains pays il soutient dans d’autres les groupes religieux fanatiques qui organisent dans les pays arabes et musulmans des diversions en imposant par la terreur des pratiques religieuses moyenâgeuses. Ces diversions ont pour but et pour résultat d’empêcher les peuples de réfléchir aux mesures politiques, économiques et sociales à prendre pour se libérer du pillage de leurs richesses par les multinationales, pour secouer la domination impérialiste, transformer de façon révolutionnaire les bases économiques de leurs pays. L’impérialisme entretient de façon sournoise ou déclarée l’existence et l’influence de ces groupes. Il en tire profit pour justifier le fichage policier de tous les peuples. Il propage le racisme islamophobe. Il allume les guerres internes dans les pays arabes et islamiques. Il se présente ensuite sous le masque du "sauveur". En fait, il tente de se créer de toutes pièces les prétextes pour dépêcher dans ces pays ses espions, ses agents, ses mercenaires, ses tueurs à gage et ses militaires, et installer des marionnettes aux commandes.
Ce qui se passe au Mali et ce qui vient de se passer dans le complexe gazier de In Amenas avec l’incursion de groupes lourdement armés à partir de la Libye, la prise de dizaines d’otages étrangers, le massacre d’un certain nombre d’entre eux, ne sont que la suite prévisible de l’intervention militaire en Libye des puissances impérialistes, des USA, de l’Angleterre, de la France, de l’OTAN, de l’Union européenne. La liquidation par la force du régime de Kaddafi avec l’appui des forces les plus rétrogrades de ce pays fait peser sur l’Algérie de graves dangers et l’expose à toutes les provocations montées par les services subversifs de ces puissances. Cette liquidation a encouragé partout les forces obscurantistes à relever la tête dans leur sinistre marche pour la prise du pouvoir. Ce sont les puissances impérialistes qui organisent l’insécurité généralisée dans la région pour justifier leurs ingérences. L’émir du Qatar, ami des dirigeants français, ne cache pas qu’il soutient et finance ouvertement les terroristes islamistes intégristes envoyés de Libye au Mali. Aucun gouvernement, pas même le gouvernement algérien, ne l’a condamné. Les dirigeants français exploitent ensuite la présence des bandes terroristes pour s’ingérer dans les affaires du Mali.
Sous prétexte de prêter leur assistance dans la lutte contre les bandes islamistes armées, les puissances impérialistes font pression pour amener le régime algérien à accepter le principe de la présence de leurs "experts" militaires dans le Sahara algérien, premier pas vers l’installation de bases militaires destinées à miner le pays de l’intérieur. Le peuple algérien n’est pas dupe. C’est pourquoi il rejette l’intervention de ces puissances dans ses problèmes internes et réagit avec indignation aux tentatives des dirigeants de la Grande-Bretagne, des USA et d’autres pays de dicter leurs vues aux responsables militaires algériens sur la manière de neutraliser ces groupes criminels.
Ce sont les dirigeants des puissances impérialistes qui portent la responsabilité de la mort de nombreux travailleurs, techniciens algériens et étrangers du site gazier de In Amenas. Les communistes algériens expriment leur solidarité avec les familles de toutes les victimes de l’opération terroriste d’In Amenas, sacrifiées par l’impérialisme pour réaliser ses plans de domination de la région.

Ces événements ne surprennent pas les communistes algériens. Le Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme a prévenu à maintes occasions les travailleurs et le peuple algériens sur les conséquences qui allaient résulter de l’agression impérialiste en Libye et, d’une manière générale, de son agressivité dans le monde. Mais il n’y a pas de fatalité. Les travailleurs et les peuples sont en mesure de lui résister et de lui infliger des défaites. Il appartient aux peuples, à leurs forces révolutionnaires et progressistes de combattre par leurs propres moyens les courants rétrogrades, les ingérences et les guerres destructrices impérialistes qui favorisent l’extension de ces courants, renforcent l’exploitation et l’oppression des peuples. Face à cette collusion réactionnaire interne et externe, ils doivent compter sur la mobilisation interne de leurs masses laborieuses et sur la solidarité des forces de progrès dans le monde. La clé de la résistance est d’abord l’édification de partis révolutionnaires décidés à mettre fin à l’exploitation et à la domination capitaliste et impérialiste.

 

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme
19 janvier 2013

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 11:37
 Pour consulter le blog: linter.over-blog.com 
Adressé par des camarades allemands, campagne "Nous voulons la justice"
3-militantes-kurdes.jpg

 Nous voulons la justice! A l'attention du gouvernement français, A l'attention des Ministres de l'intérieur et de la justice, Le 9 janvier 2013, trois politiciennes kurdes, Sakine CANSIZ, Fidan DOGAN et Leyla SAYLEMEZ ont été exécutées dans les locaux du Centre d’Information du Kurdistan (CIK), situé en plein centre de Paris. Vous avez le devoir immédiat de faire lumière sur ces assassinats et de juger les coupables. Nos revendications: - La condamnation immédiate des assassins et responsables de ce crime politique! - La lumière sur les forces obscures et les Etats qui se cachent derrière ce massacre! - Fin aux arrestations et aux pressions faîtes aux politiciens et aux associations kurdes! - L’abandon par la France de sa politique anti-kurde et le retrait du PKK (Parti des Travailleurs du Kurdistan) de la liste des organisations terroristes. Respectueusement, Nom: Lieu: Date:​ *****************************************************  Premierminister: Premier ministre M. Jean-Marc Ayrault Hôtel de Matignon 57, rue de Varenne F- 75700 Paris France Fax : 0033 1 45 44 15 72 E-mail: premier-ministre@cab.pm.gouv.fr jean-marc.ayrault@pm.gouv.fr 
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2013 7 06 /01 /janvier /2013 17:41

Pour consulter leblog: linter.over-blog.com

Visite de François Hollande en Algérie : une déclaration du Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme
jeudi 20 décembre 2012


La visite que doit effectuer le chef de l’État français en Algérie s’inscrit dans le processus de renforcement des liens entre la bourgeoisie algérienne et l’impérialisme français pour préserver le système d’exploitation, de domination et de pillage international. Dans le contexte de la grave crise économique du système capitaliste international, cette visite va permettre la conclusion d’affaires juteuses entre les multinationales françaises et les affairistes algériens sur le dos du peuple algérien et de la classe ouvrière française.


La campagne orchestrée pour faire passer l’idée que les relations algéro-françaises vont connaître un nouveau départ avec un gouvernement socialiste fait fi des réalités et de la fonction politique, idéologique et économique véritable de la social-démocratie française.


Les dirigeants socialistes français sont un pilier de la domination de la grande bourgeoisie en France et dans le monde, la courroie de transmission qui assure la subordination de la classe ouvrière aux intérêts des capitalistes, l’agent actif de la bourgeoisie pour maintenir les rapports d’exploitation, tromper les travailleurs, faire croire aux peuples qu’il est possible d’améliorer leurs conditions d’existence sans renverser le système capitaliste.


La social-démocratie française n’a pas changé de nature. Faire croire qu’elle s’est transformée en force de paix et de progrès et que Hollande, à la différence de Sarkozy, va contribuer à améliorer les rapports entre la France et l’Algérie n’est pas une simple erreur. La propagation de ces illusions fait partie d’un travail de réécriture idyllique de l’histoire pour leurrer les travailleurs. Le rôle que les dirigeants de la social-démocratie française ont joué dans l’histoire de l’Algérie durant la période coloniale au bénéfice de la grosse colonisation et de la grande bourgeoisie française est connu de tous. Il s’est écrit en lettres de feu et de sang. Des centaines de milliers d’Algériens ont été torturés, emprisonnés, mutilés, tués, sous des gouvernements socialistes.


Ce rôle de collaborateurs zélés de la bourgeoisie française et d’exécutants des désirs de l’impérialisme américain, ils continuent à le jouer. Ils n’est pas dans leur pouvoir de travestir les buts réels de leur soutien actif à l’intervention criminelle de l’OTAN en Libye. C’est également avec rage qu’ils veulent installer par tous les moyens à la tête de la Syrie un régime fantoche sous le prétexte éculé et grossier de la défense de la démocratie dans ce pays avec l’appui des pires ennemis des libertés démocratiques que sont les régimes moyenâgeux du Golfe. En reconnaissant les traîtres du CNS comme représentants du peuple syrien ils ont encouragé les forces rétrogrades à commettre des crimes abominables en Syrie. Ce sont-là des faits que ni Hollande ni Fabius ne peuvent cacher. Ils indiquent de façon éloquente ce que les socialistes français sont capables de faire pour défendre l’impérialisme et son système d’exploitation, ce qu’ils sont encore capables de faire contre le peuple algérien si le rapport des forces devenait favorable à la réalisation de leurs plans stratégiques de domination de l’Algérie.


A la différence de l’arrogant et du cynique Sarkozy, Hollande sait se faire mielleux. Il excelle dans le langage en apparence "civilisé". Mais il est aussi ou sinon plus dangereux pour les peuples exploités et dominés par l’impérialisme et par ses alliés réactionnaires internes.


Celui qui prend pour argent comptant les promesses de la social-démocratie à la classe ouvrière accepte de se bercer d’illusions. François Hollande a menti aux travailleurs français en leur faisant des promesses lors des dernières élections, en particulier aux sidérurgistes de Florange. Il les a trompés et il a appliqué la politique du grand patronat. Les travailleurs et le peuple algériens ne peuvent rien attendre de positif d’un chef de la social-démocratie qui trompe les travailleurs de son propre pays et applique la politique du grand patronat.


Au Sahel, au Mali, au sud de l’Algérie, le gouvernement socialiste poursuit avec une grande fébrilité l’application de ses plans d’intervention militaire pour assurer la mainmise des impérialistes français sur les richesses des pays de la région, contrer leurs alliés et rivaux américains qui cherchent à les évincer de la région, tenter de tenir à l’écart la Chine, préparer les conditions de réalisation de leurs plans stratégiques d’accaparement du Sahara algérien. La lutte du peuple algérien pour son indépendance avait mis en échec ces plans en 1961. Mais aucun groupe de droite ou de la social-démocratie ne les a abandonnés.

Hollande cherche à attirer l’Algérie dans un traquenard en faisant pression sur ses gouvernants pour que son armée intervienne au nord du Mali. C’est le gouvernement Hollande qui a pesé de tout son poids pour que l’ONU, devenue depuis la disparition de l’URSS un lieu de repartage du monde entre rapaces impérialistes, accorde sa bénédiction aux plans interventionnistes au sud de l’Algérie. Le gouvernement algérien a étalé sa couardise en affichant sa satisfaction après l’adoption par le conseil de sécurité de l’ONU de sa résolution sur le Sahel.


Cette résolution ouvre la voie notamment à l’intervention de la Cédéao, instrument néocolonialiste de la Françafrique. Le gouvernement de la bourgeoisie algérienne veut la "tranquillité" avec l’impérialisme car la bourgeoisie algérienne a des intérêts communs très forts avec les capitalistes français.


Hollande a reconnu le massacre de centaines de manifestants algériens le 17 octobre 1961 à Paris par la police française. Il faut faire preuve d’une très grande naïveté pour ne pas comprendre le sens de cette manœuvre. Hollande veut en échange de cette reconnaissance s’arroger le droit d’intervenir dans les luttes politiques internes de l’Algérie et dicter ses volontés à notre pays. Il croit que cette reconnaissance lui donne une virginité politique qui lui permettrait d’agir et d’appuyer en tant qu’ "ami" les fractions de la société les plus disposées à servir les intérêts de l’impérialisme.


Divers cercles algériens exigent de l’État français qu’il reconnaisse les crimes de la France en Algérie. Cette revendication est erronée car elle fait croire que l’impérialisme, même si par absurde il accepte de faire une telle concession, peut changer de nature et renoncer à maintenir les peuples sous la domination de la bourgeoisie monopoliste par tous les moyens, y compris par les coups de force et les guerres. Elle est une diversion. Elle permet de masquer et d’éviter de dénoncer les nouvelles formes de colonisation de l’Algérie, de pillage, de sous-développement savamment organisé soit par le truchement des institutions de l’Union européenne dans tous les domaines, y compris ceux de l’École et de l’Université, soit sous la houlette directe de l’administration française, avec la complicité des classes possédantes algériennes.


Or la visite de Hollande a pour objectif de renforcer le poids de l’Union européenne dans les décisions de l’Algérie sous prétexte d’appliquer les principes de l’Accord d’Association avec l’Union européenne et d’activer les "réformes" découlant de cet accord. Il faut être de mauvaise foi pour travestir la réalité de l’Union européenne : un bloc impérialiste réactionnaire dont les représentants officiels en Algérie ne se gênent pas de dicter au gouvernement ce qu’il doit faire et ce qu’il ne peut pas faire, à travers les interviews complaisantes d’une presse d’argent vendue aux plus offrants.

Les travailleurs, les classes laborieuses du pays, autant que la classe ouvrière française, n’ont rien à attendre de bon de cette visite.

Parti Algérien pour la Démocratie et le Socialisme

18 décembre 2012

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 10:55

  Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Article dédié à Mouloud Aounit et à Christa Eckes, disparus cette année

 

Vous dire que Christa Eckes est décédée mercredi ...

Christa Eckes ne sera pas emprisonnée. La mesure est définitivement levée!

La mobilisation pour Christa Eckes. Manifestation le 14 janvier à Karlsruhe.

Une très belle manifestation à Karlsruhe pour Christa Eckes. Le refus de "plier", de "se soumettre"

Message de Christa Eckes : "Qui sait sinon, ce qui se serait passé?"

Mouloud Aounit: en toute pensée

 

Et à G. Abdallah, Sonja Suder, C.Gauger dont nous attendons la libération en cette année 2013

 

karlruhe2

 


Xavier Mathieu, Peugeot

 

Début de l'année, Xavier Mathieu des Contis est finalement condamné et l'annonce de plans de licenciement massifs comme à Peugeot montre la logique de destruction poursuivi par le capitalisme

 

Finir Peugeot! Des morts de 68 aux licenciements massifs d'aujourd'hui, cette même logique capitaliste

A la mémoire de Pierre Overney - Hommage et rencontre le 25 février

Xavier Mathieu. "Lutte de classes, combat de classe, justice de classe ..."

Xavier Mathieu: "Ce sont des vautours. Mais les vautours se nourrissent de proies mortes et je ne suis pas encore mort!"

 

Sans Papiers, Rom

 

Le pouvoir annonce clairement la couleur avec la nomination de Valls, c'était attendu, mais pouvait-on penser à autant de brutalité et de racisme


Sans Papiers en danger - Manifestation à Lille à 15 heures le 29.12

"En France, ils doivent pointer au commissariat". La politique d'ostracisme contre les Rom, les gens du voyage.

 

Libération de Christian Guger et Sonja Suder

 

linter s'est mobilisé tout au long de cette année sur ce procès. Pour la libération de ces camarades, pour ce que ce procès représente. Parmi les nombreux articles, ceux de la solidarité de décembre et ceux concernant Hermann Feiling, parce que c'est l'un de nos axes de  combat en ce début de procès.

 

Défendre notre histoire! En ce 31 décembre 2012, manifestation de solidarité avec Christian Gauger et Sonja Suder!

Manifestation de la Saint-Sylvestre à Berlin. Banderole en solidarité avec C. Gauger et S. Suder

Un bus solidaire venu de Berlin pour le procès de C. Gauger et S. Suder. L'audience n'a pu se tenir!

 

Déclaration d'Hermann Feiling pour l'ouverture de son procès en septembre 1980. Une conscience politique intacte.

Reconnaître et faire reconnaître la situation de traumatisme dans laquelle se trouvait H. Feiling au moment de ses interrogatoires ...

Les "interrogatoires" de H. Feiling, ou jusqu'où peut aller une soi-disant "démocratie".

"Je ne vais pas me couler dans un moule de la sûreté de l'Etat comme cela avait été certainement planifié". Hermann F. 1979. (Pour comprendre le procès contre C. Gauger et S. Suder)

Une perversité sans fin et le nécessaire combat contre la torture au procès contre C. Gauger et S Suder

C'était "l'automne allemand" et plus aucun droit n'existait. La requête de l'avocat de C. Gauger concernant la reprise des déclarations d'Hermann Feiling par les juges

Sonja Suder récuse les juges pour partialité ...

 

Ces années d'état d'urgence et d'état exception : La torture dans les prisons de RFA

La mort en grève de la faim d'Holger Meins. C'était la démocratie allemande dans les années 70

Actualité de la résistance anti-impérialiste N° 0, avril 1978. Une source d'information sur les luttes et la répression brutale des Etats .....

 

Georges Abdallah

 

L'année 2013 sera-t-elle malgré les pressions américaines et du pouvoir français l'année de sa libération. Comme pour les militants d'Action directe, le sinistre calendrier des demandes de libération conditionnelle, va de CNO, en décision favorable du juge à l'appel du parquet. La décision interviendra le 10 janvier 2013

 

Déclaration de Georges Abdallah - 15 décembre 2012.

Rassemblement pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, le 14 avril devant la prison de Fresnes

G.I Abdallah.Camarades, comme vous le savez, la solidarité et particulièrement la solidarité internationale, est une arme indispensable pour celles et ceux qui résistent dans les geôles sionistes

Quand sur un coron du bassin minier s'inscrit la solidarité avec G.I. Abdallah

 

Libération conditionnelle enfin de Jean-Marc Rouillan et parution de son livre "Autopsie du dehors réalisé avec MC Codat

 

Appel du Parquet contre la libération conditionnelle de J.M. Rouillan et le sinistre paradoxe d'une fin de semi-liberté qui pourrait devenir enfermement.

Libération conditionnelle enfin, mais liberté très conditionnelle pour J.-M. Rouillan...

quartier des carmes - Petra Schelm. Extrait de "autopsie du dehors", Jean-Marc Rouillan. Illustration de M.C. Cordat

"Autopsie du dehors" de Jean-Marc Rouillan, illustrations de M.C. Cordat. Quand cet espace délimité par le temps devient le temps de l'écriture ...

 

Palestine, Syrie

 

Année d'une nouvelle agression à Gaza, delagrève des prisonniers palesiniens, c'est l'année auss, après la libye, de la volonté d'intervenir en Libye

 

Palestine."Messieurs les présidents". Nabil El-Haggar

"Que fais-tu cet après-midi ? Je vais à Opéra". Manifestation pour Gaza

Noam Chomsky — Impressions de Gaza

Ils veulent en réalité plonger la Syrie dans un état de guerre civile et ethnique, et la diviser ...

Réfléchir à la Syrie ...

 

Algérie

 

Le pouvoir français fait profil très bas. Il est vrai que la social-démocratie s'est bien illustrée lors de la guerre d'indépendance, pouvoirsspéciaux  et  condamnations à mort de militants du FLN à la clef

 

Pouvoirs "spéciaux". Les Temps modernes, mars-avril 1956. Un article historique sur la guerre d'Algérie.

Comprendre autrement "les" 8 mai 45 - En mémoire des victimes du fascisme et du colonialisme

 

Rosa Luxemburg

 

Comme pour tous les 15 janvier, il y a eu en 2012 une manifestation en sa mémoire et celle des spartakistes assassinés. L'occasion de réfléchir aux raisons de son assassinat et de l'écrasement de cette tentative révolutionnaire en Allemagne

 

Rosa Luxemburg - tirer les leçons de cet assassinat et de l'écrasement dans le sang de la révolution. 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2012 5 30 /11 /novembre /2012 18:21

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Transmis par un camarade du Nord.
Lettre aux Présidents Obama, Hollande
Et tous les autres !
Les massacres récurrents des palestiniens
par Nabil El-Haggar
 
Eu égard à vos positions, comportement et dires, considérant que les grands et honnêtes hommes que vous êtes ne peuventqu’être sincères, je suppose que seules vos cultures politiques vous empêchent de connaître la vérité sur le conflit dit israélo
palestinien. C’est pourquoi je me permets, en toute modestie, de vous aider à comprendre en une leçon l’essentiel de ce que vous devez savoir…

Il était une fois, un pays, vieux de quelques milliers d’années, qui s’appelait Palestine, où il faisait bon vivre.

Toutes les communautés, ethniques et religieuses, y vivaient en totale harmonie.

Toutes et tous, étaient des Palestiniens.

A six mille kilomètres de la Palestine, l’Europe enfanta l’antijudaïsme puis le transforma en antisémitisme. Elle créa le nazisme…

C’est donc bien l’Europe qui est responsable de siècles de discrimination envers sa population juive, considérée d’abord comme « peuple déicide », puis peuple « paria ». Il y a un peu plus de soixante ans, c’est elle qui a envoyé six millions de Juifs à la mort.

Pourtant, la facilité avec laquelle les politiques que vous êtes se taisent devant le mal que fait Israël aux Palestiniens pourrait laisser croire qu’il appartient aux Palestiniens de payer le prix des crimesantisémites commis en Europe.

La facilité avec laquelle la mauvaise conscience européenne se montre efficace dans le fait d’abandonner les Palestiniens à leurs souffrances oblige à répéter ces évidences : les Palestiniens ne sont pour rien dans les crimes antisémites, les gendarmes qui ont procédé aux rafles des juifs dans le métro parisien, en 1942, pour les envoyer dans les camps de la mort, étaient des Européens. Les directeurs d’écoles qui ont livré à la Gestapo les listes d’enfants juifs inscrits dans leurs écoles, avant même qu’on le leur demande, étaient des Européens !

Les Palestiniens ont pour le moins le droit d’exiger de votre part le respect qu’ils méritent en tant que victimes ! 

 

Messieurs les présidents,

Vous vous êtes rendus coupables puisque que vous n’accordez pas le moindre respect aux victimes palestiniennes, celles de la Nakba, mais aussi de tous les autres crimes qui ont suivi, comme le massacre de réfugiés à Beyrouth, à Sabra et Chatilla.

Coupables aussi de la souffrance des Palestiniens qui dure depuis plus de 65ans. Pis encore, en déclarant qu’Israël a « le droit de se défendre », en faisant croire qu'Israël -l’une des plus grandes puissances militaires et technologiques du monde- est menacé par les roquettes palestiniennes , vous vous transformez en mauvais représentants en communication de ce monstre guerrier qui avec un sadisme légendaire, couplé à une puissance de frappe colossale,
détruit des milliers de maisons, arrache des milliers d’oliviers millénaires, tue, emprisonne, torture, expulse et humilie enfants, femmes, hommes. Cela non seulement à Gaza, mais partout où se trouvent des Palestiniens, y compris chez ceux qui ont la citoyenneté israélienne.
 
Messieurs les présidents,

La Palestine et des millions de palestiniens sont les victimes d’Israël. En réalité, ils sont aussi vos victimes ! Vos prédécesseurs ont volé un pays et condamné ses habitants à l’exil, à mourir et, au mieux, à survivre dans des camps de réfugiés !
Vous avez menti, en expliquant à vos opinions publiques que les palestiniens ne sont que vils terroristes cherchant à tuer le juif ! Vous avez menti en n’expliquant pas à vos enfants l’histoire véritable du conflit.
Vous avez condamné tout un peuple jadis heureux à errer sans droit dans les camps de refugiés. Vous avez dénigré tout un peuple pacifique, volé et saccagé son patrimoine, omis de dire qu’il disposait d’une vraie culture, oublié que ses érudits écrivaient de la poésie et des romans d’amour, traduisaient en arabe les livres étrangers de philosophie, science et politique, mais aussi des pièces de théâtre comme celle d’Hamlet, traduite et joué en arabe à Jérusalem en 1936 par une femme !
 
Messieurs les présidents,

Depuis 65 ans, au mépris des décisions prises par la communauté internationale, c’est à dire par vous-mêmes, vous condamnez les Palestiniens à ne jamais pouvoir rentrer chez eux, ce qui est contraire au droit humain le plus élémentaire.
La vérité est que, quant il s’agit d’Israël, vous ne respectez rien, même pas vos dires, encore moins vos propres valeurs…
Comment la Palestine meurtrie, fatiguée, faible et mille fois violée pourrait compter sur vous pour la sauver ?
 
Messieurs les présidents,

Le peuple de Palestine, peu importe où il se trouve, n’est pas naïf : Vous continuez de soutenir aveuglement l’Etat d’Israël, un Etat que vous aviez vous même « exceptionalisé » en lui délivrant un permis permanent de tuer !
 
Messieurs les présidents,

En supposant que vous ayez encore le moindre pouvoir sur votre protégé Israël, vous venez d’autoriser un massacre de plus à Gaza ! Celui ci se déroule en Palestine devant le monde entier.
Le peuple palestinien n’a pas encore fini de panser les blessures du massacre précédent, en 2008, où quelques milliers de palestiniens ont été tués par les bombes à phosphore !
Celui que vous venez d’autoriser vous semble incontournable, voir légitime ! Vous, monsieur le président americain, vous avez même déclaré qu’Israël « a le droit de se défendre » !
Monsieur le président Prix Nobel de la Paix, vous êtes-vous au moins posé la question de savoir si les Palestiniens avaient, eux aussi, le droit de se défendre ? Se défendre contre l’occupation, contre un mur digne du moyen âge, contre l’arbitraire, contre la colonisation, contre les destructions de leurs maisons, contre les expulsions, contre l’assassinat et l’enfermement des enfants qui souffrent depuis tant d’années ? N’ont il pas droit à votre protection ? N’ont il pas droit de vivre en paix ?
 
Messieurs les présidents,
 
Ce qui vous semble normal, voire légitime, n’est que la volonté israélienne d’en finir avec la présence palestinienne en Palestine. En d’autres termes, après avoir accompli la première Nakba en 1947, avoir réussi à en provoquer une deuxième à Oslo, il semblerait qu’il soit temps pour Israël d’en provoquer une troisième en confisquant ce qui reste de terre palestinienne, en détruisant la jeunesse, en lui ôtant toute volonté de résistance face à la colonisation afin de vider la Palestine, la détruire.
 
Messieurs les présidents,

Votre soumission au sionisme et à l’Etat d’Israël pour les raisons qui sont les vôtres vous rend coupables de ne pas chercher la vérité ! C’est pourquoi le peuple palestinien vous déclare coupables de l’avoir abandonné.
 
Messieurs les présidents,

L’avidité du puissant israélien le laisse penser que de massacre en massacre, Israël accomplira ainsi son destin. Comprenez que la légitimité d’Israël ne sera accomplie que si le peuple autochtone de la Palestine la lui reconnaît.

Nabil El-Haggar
Université Lille 1
Cité Scientifique
F-59655 Villeneuve d’Ascq Cedex
 
www.univ-lille1.fr

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 19:12

Pour consulter le blog:linter.over-blog.com

 

Angela Davis

 

Le rappeur Saïdou du groupe Z.E.P (Zone d’expression populaire) et le sociologue et militant Saïd Bouamama ont été mis en examen pour « injure publique » et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence » sur une plainte de l’Agrif, un groupe d’extrême droite nostalgique de l’Algérie française. En cause, un ouvrage et une chanson du même nom, Nique la France, qui assènent en refrain :

« Nique la France et son passé colonialiste, ses odeurs, ses relents et ses réflexes paternalistes / Nique la France et son histoire impérialiste, ses murs, ses remparts et ses délires capitalistes. »

Comme des millions de gens à travers le globe ces dernières années, les deux auteurs ont attaqué le colonialisme et le système capitaliste et impérialiste. Comme beaucoup d’entre nous, ils dénoncent une idéologie toujours très en vogue : le racisme, sous ses formes les plus courantes mais aussi les plus décomplexées. Comme de nombreux habitants des quartiers populaires, ils ont crié leur colère contre les inégalités, les discriminations et la justice à double vitesse.


S’inscrivant dans une longue tradition pamphlétaire des artistes engagés en France contre l’État français, du « nation de porcs et de chiens » d’André Breton au « le temps que j’baise ma Marseillaise » de Léo Ferré en passant par le « je conchie l’armée française » d’Aragon ou le « votre République, moi j’la tringle » de Renaud, Saïdou et Saïd Bouamama ont choisi d’assumer leur « devoir d’insolence » afin d’interpeller et de faire entendre des opinions qui ont peu droit de cité au sein des grands canaux de diffusion médiatique.


Mais voilà, cela dépasse, choque et insupporte qu’une telle parole puisse être portée, d’autant plus quand elle l’est par ceux qui subissent en premier lieu les politiques racistes et antisociales. Lorsque des Noirs ou des Arabes font le choix de sortir de l’invisibilité et du mutisme afin de décrire la réalité telle qu’elle est – violente, inégale et destructrice – la droite extrême, l’extrême droite ou encore l’État s’emploient à tenter de convaincre l’opinion publique de l’illégitimité de ces discours.


NTM, Sniper, Ministère Amër, Mr. R, La Rumeur, Youssoupha ou Houria Bouteldja sont autant de rappeurs et militants attaqués ces dernières années pour des paroles jugées trop irrévérencieuses. Pourtant, tous n’ont fait que porter publiquement l’expression populaire du rejet des discriminations et de la stigmatisation des quartiers populaires, des Noirs, arabes et musulmans.


En signant cette pétition, nous exigeons que les poursuites contre Saïdou et Saïd Bouamama soient abandonnées. D’accord ou pas d’accord avec les propos et les formulations incriminés, nous défendons leur droit de les tenir. L’extrême droite veut interdire le droit de chanter la révolte, imposons le droit de l’exprimer sans entraves.


Comité de soutien Devoir d’insolence


Ils ont déjà signé :

 

 

La Rumeur, Youssoupha, Casey, Zebda, Scred Connexion, Rachid Taha, Mathieu Kassovitz, Amazigh Kateb,  Les Ogres de Barback, La Rue Kétanou,  Guizmo (Tryo), Imhotep (IAM), Les Ramoneurs de Menhirs, HK et les Saltimbanks, La Compagnie Jolie Môme, Dub Inc,  Elli Medeiros, Archie Shepp, Slimane Dazi, Axiom, Oai Star, Maitre Madj, Première Ligne (Skalpel, E.One et Akye), Siné,  Raphaël Confiant, Judith Butler, Rokhaya Diallo, Pascal Blanchard, Eric Fassin, Laurent Levy, Pierre Tevanian, Christine Delphy, Elie Domota, Olivier Besancenot, Houria Bouteldja,  Eva Joly, Noel Mamère, Sergio Cornado, Hervé Poly,  Xavier Mathieu, Clémentine Autain, Malsa Garcin.

Pour nous rejoindre et agir : devoirdinsolence@gmail.com

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 10:52

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

arton1529.jpg

samedi 17 novembre 2012, par Al Faraby


"Que fais-tu cet après-midi ?"
"je vais à Opéra"
"que joue-t-on ?"
"la solidarité avec Gaza"
"ça se passe donc dans la rue"
"... !?"


Al Faraby
Samedi, 17 novembre 2012

 


Mobilisation en France :
http://www.assawra.info/spip.php?ar...

Mobilisation en France contre l’agression israélienne sur Gaza victime d’un blocus depuis 6 ans

samedi 17 novembre 2012, par La Rédaction


Angers : Lundi 19 novembre à 18h00 place du Ralliement
Annecy : Samedi 17 novembre à 14h30 devant la Préfecture
Belfort : Samedi 17 novembre à 14h30 Place Corbis
Grenoble : Lundi 19 novembre à 18h00 rue Felix Poulat
Lyon : Samedi 17 novembre à 14h00 Quai du Rhône (Victor Augagneur) / Pont de la Guillotière - (métro Bellecour ligne A ou D ou métro Guillotière ligne D)
Marseille : Samedi 17 novembre à 14h00 devant la Préfecture
Montpellier : Samedi 17 novembre à 16h00 place de la comédie
Nîmes : Samedi 17 novembre à 15h00 devant le Carré d’Art
Orléans : Samedi 17 novembre à 15h00 sur la place d’Arc
Paris : Samedi 17 novembre à 15h00 à "Opéra"
Pau : Samedi 17 novembre à 12h00 devant la préfecture
Poitiers : Samedi 17 novembre à partir de 9h30 au Marché Notre Dame
Strasbourg : Samedi 17 novembre à 16h00 Place Kléber
Tarbes : Samedi 17 novembre à 15h00 place de Verdun
Toulouse : Samedi 17 novembre à 17h00 Place du Capitole

 

Pour vous inscrire à notre liste de diffusion "Assawra"
faites la demande à l’adresse : Assawra1-subscribe@yahoogroupes.fr

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 22:12

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Issues de la liste des manifestations dans le monde (voir l'article précédent:  De nouveau, on tue à Gaza. Manifestations partout dans le monde ), les manifestations répertoriées en France

 

10012009351.jpg

17.11


Toulouse (France) | Franklin Roosevelt and Jean Jaures, 4:30 p.m. [link]


Valence (France) | Townhall , 2:30 p.m. [link]


Tarbes (France) | Verdum , 3:00 p.m. [link]


Strasbourg (France) | Place Keleber 4:00 p.m. [link]


Paris (France) | Place De L’opera, 3:00 p.m. [link]

 

Pau (France) | Pyrénées Atlantiques , 12:00 p.m. [link]


Orleans (France)  | Arc Square, 3:00 p.m. [link]

 

 

18.11


Lille (France) | Metro Wazemmes , 11 a.m. [link]

 

  

19.11

 

Romans (France) | Place Charles de Gaulle, 4:30 p.m. [link]

 

 


 

14.11.

 

Paris (France) | Ministry of Justice, 6:00 p.m. [link]

 

 

Emergency Global Actions for Gaza  

This is an updating document (begun 11/14/12) compiled from latest available information.
It is linked/cross-sourced as much as possible.
 

For additions or corrections tweet @riverdryfilm or @southsouth or @lobnaor email southissouth [at] gmail [dot]


L’AFPS (Association France Palestine Solidarité 74) et du Collectif Solidarité Palestine d’Annecy appelle à manifester le samedi 17 novembre à 14H30 devant la Préfecture à Annecy.


Par cette présence, les organisateurs veulent dénoncer « Le massacre des Palestiniens par Israël » et demandent « la lévée immédiate du blocus de Gaza ».


Au delà des polémiques habituelles justifiant la montée en puissance de l’armée israélienne contre la bande de Gaza, par les « provocations » du Hamas, la question de fond est le refus de l’État israélien de se plier au droit international, en particulier sur l’extension des colonies sur le territoire palestinien et la commercialisation de produits fabriqués sur territoire palestinien sous la marque israélienne.


Les organisateurs expliquent dans un communiqué que :


« Le maintien du blocus criminel qui, depuis plus de 5 ans, prend en otage la population de Gaza avec la complicité de la communauté internationale, ne peut que provoquer des réactions violentes. Ce fut de nouveau le cas samedi avec l’attaque d’un véhicule militaire israélien participant au blocus, entraînant aussitôt des frappes meurtrières contre des civils palestiniens.


Les dirigeants israéliens, assurés d’une totale impunité, les mêmes qui menacent de renverser, voire de liquider le président Mahmoud Abbas en cas d’accession de la Palestine à l’ONU, viennent de franchir un pas de plus dans la provocation en assassinant un responsable du Hamas et en multipliant les raids, escomptant à l’inverse de la trêve hypocritement proposée une riposte qui faciliterait de leur part une nouvelle opération « Plomb durci » contre la population de Gaza.

 

Pour Netanyahou c’est une manière cynique de faire sa campagne électorale, comme en 2008, et de tenter de torpiller la candidature palestinienne à l’ONU.

 

Les dirigeants politiques français et européens ont une lourde responsabilité dans ce conflit. Ils doivent cesser d’être complices des violations récurrentes du droit international par Israël ; ainsi François Hollande qui, à peine élu à la présidence de la République renvoie les Palestiniens à d’impossibles « négociations bilatérales » avec l’occupant israélien, renie l’engagement n° 59 de sa campagne électorale de soutenir la demande de reconnaissance de l’Etat palestinien par l’ONU… et reçoit Netanyahu en grande pompe à Paris… et à Toulouse, comme si ce dernier était aussi le premier ministre des citoyens français de confession juive !


Ainsi l’Union Européenne qui, en juillet dernier a relevé le niveau de ses accords d’association avec Israël, puis en octobre a approuvé l’ACAA, permettant au lobby pharmaceutique qui exploite une main d’oeuvre à bas coût dans les colonies israéliennes d’inonder, sans aucune contrainte, le marché européen de médicaments génériques.


Nous demandons au gouvernement français de s’élever contre cette fuite en avant et de prendre les moyens d’obtenir la levée du blocus de Gaza qu’il affirme condamner. Les moyens de sanctions contre Israël existent et sont connus, à commencer par la suspension des Accords UE-Israël, conformément à leur article 2.Face aux agissements criminels des dirigeants israéliens, le gouvernement français doit faire clairement le choix du droit contre la force, et soutenir la reconnaissance de l’Etat palestinien par l’ONU. »

Partager cet article
Repost0

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2