Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

29 mars 2011 2 29 /03 /mars /2011 18:23

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Auteur de l'article : LDH

Liberté pour Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan
Communiqué LDH

Georges Cipriani bénéficie d’un régime de semi-liberté depuis avril 2010.

Il travaille en journée dans une banque alimentaire près de Strasbourg et est emprisonné le soir et le week-end. Le 24 mars, le tribunal d’application des peines (Tap) autorisait le placement en liberté conditionnelle de Georges Cipriani. Aussitôt, le parquet a fait appel… un appel suspensif.

 

Jean-Marc Rouillan est lui toujours incarcéré près de Toulouse. Le 16 février, le Tap lui accordait un régime de semi-liberté… lui aussi frappé d’un appel suspensif. L’appel sur la semi-liberté de Jean-Marc Rouillan aura lieu le 31 mars.

 

Des décisions négatives sur ces appels renverraient les prochaines demandes en 2012 et à plus de 25 ans d’incarcération.

 

Plus de 24 ans après leur incarcération, ils continuent à être soumis à un traitement exceptionnel. Rien ne justifie un tel acharnement.

 

Paris, le 29 mars 2011.

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 10:30

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Pour ceux qui pensent que tout est fini quand les prisonniers obtiennent une semi-liberté.

Pour ceux qui imaginent que la libération conditionnelle irait de soi.

Qu'enfin Georges Cipriani allait pouvoir être plus libre.

Ne plus dormir emprisonné,

 

L'appel du Parquet, cet enième appel leur apporte un enième démenti.

Le pouvoir n'en a jamais fini avec les militants, il utilise jusqu'au dernier recours.

 

Georges Cipriani après plus de vingt ans de prison travaille chaque jour.

Travail physique et pas si facile que cela.

Pas un travail protégé, non !

 

Depuis presque un an, il rentre le soir en centre de semi-détention.

Avec tout ce que cela représente.

Le contact, le contrôle des matons,

Etre attentif à ne pas se laisser déstabiliser.

Toujours devoir répondre de son temps.

 

Un centre de semi-liberté,

où bizarrement, la liberté s'amenuise.

 

Pas de parloirs, de téléphone

La vie s'emprisonne chaque jour quand le travail se termine

 

Alors pouquoi cet appel?

Que cherche-t-on?

Que cherche le pouvoir.

Que cherche-t-il à faire payer?

Toujours le non repentir,

La fidélité à soi-même?

 

Ces procédures sans fin, qui semblent ne pas vouloir prendre fin

Et qui pourtant prendront fin ...

 

Pour la libération des prisonniers d'Action directe

 

linter

  24.03.2011 23h30

Partager cet article
Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 19:58

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

A propos de la nouvelle décision contre georges Cipriani

 


http://la-commune.over-blog.com/article-acharnement-et-retour-a-la-case-prison-pour-georges-cipriani-70204853.html

 

Le tribunal d'application des peines a accordé jeudi 24 mars la liberté conditionnelle à Georges Cipriani à compter du 15 avril.

 

Nous n'aurons pas eu le temps de planifier les réjouissances....

 

En effet, le parquet  à immédiatement fait appel de cette décision et comme Georges terminait son année de semi liberté en avril, durant le temps de la procédure il devra retourner en prison....à temps plein !!

Nous rappelons que la durée de cette procédure d'appel peut prendre pusieurs mois.

 

Tous debout, REVOLTONS-NOUS devant cet acharnement et la torture psychologique que doit endurer le camarade Georges Cipriani qui a déjà subi 24 années sous le joug de cet état tortionnaire.

 

Rappelons que Jean Marc Rouillan est toujours en attente d'une décision pour sa semi liberté...

 

Enfin, militantes, militants, communistes de tous bords et de toutes nations, saluons le courage, la force et la dignité de ces hommes et ces femmes membres "d'action directe", toujours debout avec les même convictions, ils n'ont pas failli, pas vacillé....voilà nos exemples pour les luttes qui viennent !

Camardes, face aux jours sombres qui s'annoncent,  nous aussi nous ne devrons pas faillir, souvenons nous toujours d'eux et de l'exemple qu'ils nous donnent !

 

Appel à tous les collectifs, sections communistes et partis de gauche.

 

Planifions une grande manifestation sur Montpellier pour  soutenir tous les communistes révolutionnaires embastillés  en France.

Démontrons à cet état que nous sommes nombreux et que nous savons faire face!

Contact à la cigale de st pons auprès de Pierre pour planifier une première réunion.

 

Salutations révolutionnaires !

 

Partager cet article
Repost0
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 19:32

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

A propos de la nouvelle décision contre georges Cipriani


 

  Assez d'acharnement contre Georges Cipriani et Jean-Marc Rouillan

Le mois de mars qui s’achève était chargé d’un relatif espoir dans les rangs des comités de soutien à Jean-Marc Rouillan et à Georges Cipriani. Ça commence mal. Le parquet de Paris a fait appel de la décision du tribunal d’application des peines de Paris qui accordait hier une libération conditionnelle à Georges Cipriani. Le sort de Jean-Marc Rouillan sera examiné le 31 mars.

 

Le résultat de l’audience qui s’est tenue le 10 mars était très attendu le 24 mars. Résultat positif. En régime de semi-liberté depuis avril 2010 (travail à la Banque alimentaire près de Strasbourg en journée, emprisonnement le soir et le week-end), Georges Cipriani pouvait bénéficier d’une liberté conditionnelle à partir du 15 avril.

 

Toujours aussi réactif, le parquet de Paris n’a pas tardé à briser cette perspective. Il a fait appel. Un appel suspensif comme celui qui était intervenu le 16 février contre l’avis du tribunal d’application des peines qui accordait un régime de semi-liberté à Jean-Marc Rouillan toujours emprisonné au centre de détention de Muret, près de Toulouse. L’audience d’appel se déroulera en visioconférence le jeudi 31 mars. Et l’attente reprendra…

 

Réagissant à la décision prise contre la liberté conditionnelle de Georges Cipriani, le blog Linter* s’interroge. « Pourquoi cet appel ? Que cherche-t-on ? Que cherche le pouvoir ? Que cherche-t-il à faire payer ? Toujours le non repentir, La fidélité à soi-même ? » En effet, toujours la sale rengaine. Même si aucune loi ne l’exige, l’Etat aimerait transformer des militants (qui ont largement accompli leur peine de sûreté après bientôt un quart de siècle de cabane) en pénitents. Ubuesque.

 

La période est agitée entre les manœuvres de l’extrême droite, les insurrections arabes, la catastrophe nucléaire japonaise, l’arrogance et le mépris des « maîtres du monde » qui viendront parader à Deauville et à Cannes cette année, les manipulations médiatiques qui agitent régulièrement l’épouvantail des « menaces terroristes » pour tenter de discréditer les justes colères de l’insurrection qui vient.

 

Dans ce contexte particulièrement plombé, n’oublions pas Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani. Le prochain rassemblement mensuel de solidarité aura lieu le jeudi 7 avril 2011, de 18h à 19h, face à la direction de l’Administration pénitentiaire au carrefour rue de la Verrerie et de la rue du Renard, à Paris (métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville).

 

*Le blog Linter.

le 26/03/2011

Partager Partager sur Google

Partager cet article
Repost0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 21:14

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

 

GEORGES CIPRIANI, JEAN-MARC ROUILLAN : PROCHAINES ÉCHÉANCES
sur le site nlpf

 

Le mois de mars 2011 verra-t-il se rapprocher la date de la libération de nos camarades ?

 

Le 16 février dernier, le tribunal d’application des peines de Paris a jugé recevable la demande de Jean-Marc Rouillan, en lui accordant un aménagement de peine, première étape d’une libération conditionnelle. Le parquet, constant dans son acharnement, a immédiatement fait appel de cette décision.

 

L’audience d’appel se déroulera à Paris (en visioconférence) le jeudi 31 mars, à 13h30. La décision sera sans doute mise en délibéré et Jean-Marc devra encore attendre pour quitter la prison de Muret.

 

Georges Cipriani termine son année de semi-liberté. L’audience qui a examiné s’il pouvait obtenir une liberté conditionnelle s’est tenue le 10 mars. La décision sera annoncée le jeudi 24 mars.

 

Restons mobilisés dans cette période cruciale - face aux tentatives de manipulation de l’opinion publique - et venons nombreux, comme le mois dernier, au prochain rassemblement mensuel de solidarité,

 

jeudi 7 avril 2011, de 18 h à 19 h en face de la direction de l’Administration pénitentiaire carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard (Paris 4e - Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)

 

Pour être tenu au courant des initiatives : http://nlpf.samizdat.net http://www.action-directe.net ...

 

AP001.jpget sur linter.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 19:28
Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

"Nous exprimons toute notre solidarité à ces derniers, ainsi qu’à la famille et aux amis du prisonnier d’Action Directe Jan-Marc Rouillan qui viennent de vivre des évènements similaires."

La liberté conditionnelle acceptée puis annulée pour le prisonnier politique basque Ion Kepa Parot. La liberté conditionnelle, assortie d’une période probatoire (surveillée) de un an, venait d’être prononcée ce jour pour Ion Kepa, au bout de 21 ans d’incarcération, quand le parquet, qui avait de 24 h (suspensif) à 10 jours pour le faire, a fait appel.


Ion Kepa aurait du se retrouver à partir du 7 mars 2011 prochain dans une ferme bio de la région de Laon (Aisnes – Picardie) au-dessus de Paris, sous surveillance pendant un an, tous les départements du grand Sud-Ouest lui étant interdits. Au bout de 21 ans, les autorités françaises viennent de lui reclaquer la porte de la prison à la figure. Nous dénonçons cette politique de vengeance qui consiste à jouer ainsi avec la vie des prisonniers et la souffrance de leurs proches.


Nous exprimons toute notre solidarité à ces derniers, ainsi qu’à la famille et aux amis du prisonnier d’Action Directe Jan-Marc Rouillan qui viennent de vivre des évènements similaires. Et nous exigeons la libération de tous les prisonniers politiques basques ayant fini leur peine et de ceux répondant aux critères de la conditionnelle parmi lesquels, dans les prisons françaises, Jakes Esnal et Frédéric Haramburu, qui ont déjà également passé plus de 20 ans derrière les barreaux.

 

Communiqué d’Askatasuna du 17/02/2011

http://www.askatasuna-uztaritze.org/index.php?option=com_content&view=article&id=641:la-liberte-conditionnelle-annulee-pour-ion-parot&catid=2:askatasuna&Itemid=58

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 21:42

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Au delà de toutes les amputations "volontaires", non acceptées

mais néanmoins admises comme une partie de la lutte ...

 

Joëlle Aubron

 


 

Extrait de Jean-Marc Rouillan, Infinitif présent

 

Je me redresse d'un coup et ma main décroche la carte de Joëlle. Au verso de l'ébauche de Rodin à la mine de plomb, je retrouve l'écriture familière :

 

"Aucune intention de remuer un quelconque couteau dans la plaie. Juste une envie de partager un plaisir des yeux, un élan des mouvements et des formes, quelques traits ... Au delà de toutes les amputations "volontaires", non acceptées mais néanmoins admises comme une partie de la lutte. Ces joies reviendront avec de nombreuses autre s ..."


 

Mars 2011, Joëlle Aubron a disparu il y a cinq ans, cinq longues années. Nous sommes nombreux à entendre son rire, à voir ses gestes, à revivre son engagement.

 

Mars 2011, les prisonniers d'Action directe sont toujours dans les liens de la justice. Attente de la décision de libération conditionnelle pour Georges Cipriani. Attente de la décision en appel pour Jean-Marc Rouillan. Mars 2011, une enième campagne se développe: menace d'Action directe, Action directe va tuer ... Mensonges, manipulation, intoxication.

 

Mars 2011, un livre de Jean-Marc Rouillan fait vivre, depuis déjà plusieurs mois, la mémoire de Joëlle Aubron pour de nombreux lecteurs qui y retrouvent ce qui est si caractéristique de ces militants : ce lien entre engagement et sensibilité que l'on retrouve dans ces lignes comme dans les collages de Joëlle Aubron.

 

Aussi pour cet hommage à Joëlle Aubron, partagé ces jours sur le blog, il apparaissait important de joindre la voix de celui qui de derrière les barreaux trouve la volonté et la force d'écrire.

 

Il s'agit des dernières lignes du livre. Celles écrites au dos d'une carte postale accrochée au panneau d'affichage de sa cellule et que Jean-Mac Rouillan,se décide à lire alors que Joëlle vient de mourir.

 

Bien loin de cette nouvelle campagne imbécile, c'est toute la solidarité des militants d'Action directe qui s'exprime dans ce livre de Jean-Marc Rouillan, qui prend sa source dans la souffrance de la disparition de Joëlle Aubron.Bien loin de cette campagne imbécile, c'est cela "la vérité" d'Action directe.

 

9.jpg

2.jpg

4.jpg

5.jpg

Hommage à Joëlle Aubron au Père Lachaise

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 20:42

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

 

AP001.jpg

ASSEZ D’ACHARNEMENT ! ASSEZ DE MANIPULATIONS ! LIBÉREZ JEAN-MARC ROUILLAN !

lundi 28 février 2011


Le 16 février, le tribunal d’application des peines de Paris a jugé recevable la demande de Jean-Marc Rouillan, en lui accordant (pour la deuxième fois depuis 2007) un aménagement de peine, première étape d’une libération conditionnelle.

Le parquet a immédiatement fait appel de cette décision : Jean-Marc Rouillan ne pourra donc quitter la prison de Muret le 7 mars et devra encore attendre la décision de la chambre d’appel.

Cet acharnement judiciaire à l’encontre de Jean-Marc Rouillan prend depuis quelques jours une dimension nouvelle et dangereuse, avec l’apparition fortement médiatisée d’une lettre menaçant la police, prétendument signée par Action directe.

Il s’agit là de toute évidence d’un faux, dans le but d’orchestrer une campagne de presse sur la « réactivation d’Action directe », afin de peser sur la décision prochaine de la chambre d’appel. N’oublions pas la machination médiatique qui avait conduit en 2008 à la révocation de la semi-liberté de Jean-Marc Rouillan.

L’audience qui décidera si Georges Cipriani peut enfin obtenir une liberté conditionnelle, après un an de semi-liberté, se déroulera quant à elle le 10 mars.

Dénonçons la manipulation de l’opinion publique, à la veille de décisions judiciaires cruciales pour Jean-Marc Rouillan et Georges Cipriani.

Comme chaque mois, mais particulièrement en ce moment critique, exigeons la libération de nos camarades lors du

RASSEMBLEMENT
jeudi 3 mars, de 18 h à 19 h

en face de la direction de l’Administration pénitentiaire
carrefour rue de la Verrerie - rue du Renard
(Paris 4e - Métro L1/L11 : Hôtel-de-Ville)

Le Collectif « Ne laissons pas faire ! »


Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 22:04

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

A quelques jours de la décision vitale pour Jean-Marc Rouillan, une campagne de grande envergure est engagée.

 

Dépôt de lettres signées soi-disant Action directe et reprise immédiate et sans recul de l’information et des déclarations policières dans tous les médias.

 

Campagne de presse

 

La presse montre là à nouveau son manque de professionnalisme et son instrumentalisation.

 

Grands titres sécuritaires

Aucun « étonnement » sur cette renaissance soudaine après 25 ans.

Aucune analyse du document pourtant bien loin de ceux de l’organisation Action directe et qui n’a jamais appelé à exécuter des policiers.

 

Et surtout, aucune réflexion sur la coïncidence des faits entre cette annonce et les risques que cela représente pour Jean-Marc Rouillan

 

Qui et pourquoi.

 

En effet, à qui et à quoi servent ces lettres ?

 

Notons que depuis des mois par exemple, chaque allusion à Action directe et à Jean-Marc Rouillan, chaque décision concernant la libération de ces militants donne lieu à des avalanches de messages sur tout type de forum et sites, comme s’ils étaient savamment orchestrées : injures en série qui vont jusqu’aux appels au meurtre,

 

C’était grave mais cela restait encore dans le domaine du net et des discussions.

 

On se retrouve avec le dépôt de ces lettres à un tout autre niveau.

 

Et cette nouvelle campagne nationale par l’intermédiaire des médias rejoint celle lors de la remise en cause de la semi-liberté.

 

C’est dans quelques jours que sera prise la décision en appel pour la libération de Jean-Marc Rouillan . Nous lui adressons toute notre solidarité pour cette nouvelle épreuve alors même que l’attente était déjà si longue et si tendue.

 

linter

linter.over-blog.com

 

Sinistre yoyo - versus Jean-Marc Rouillan. Décision favorable, appel du Parquet

Décision ce 16 février pour Jean-Marc Rouillan

Une nouvelle douche écossaise pour Jean-Marc Rouillan. Article de Paco.

 


Sur la campagne de 2008

A propos de j.M. Rouillan - france-culture - laure de vulpian

article - 07/10/08 - A propos de j.M. Rouillan - France-Culture - laure de vulpian -  La campagne médiatique a puissamment aidé le Parquet a réemprisonner…

 


Exemple de titre: Nouvelle menace d'Action directe, le figaro

Partager cet article
Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 20:03

Pour consulter le blog: linter.over-blog;com

 

On peut lire assez largement sur le net des réactions sur la manipulation que constitue cette campagne, tournée de fait contre la libération des prisonniers d'Action directe.

 

Nous reprenons celles de Libérez-les et de Paco. Mais il y en a beaucoup d'autres.

 

Et nous nous en réjouissons tant le risque que fait courir cette campagne est grand pour nos camarades encore emprisonnés, en semi-liberté ou en libération conditionnelle.

 

(linter essaiera d'en publier d'autres, car les analyses sont diverses et enrichissantes.)


Publié par Paco sur lepost
P A C O

 

 
http://www.lepost.fr/article/2011/02/27/2418991_a-propos-de-la-renaissance-d-action-directe.html

 

 

Deux commissariats et trois postes de police des Hauts-de-Seine auraient reçu une lettre d’Action directe vendredi. Diable ! Il n’en faut pas plus pour agiter le spectre du terrorisme et, pourquoi pas, justifier dans la foulée le maintien en détention de Jean-Marc Rouillan. La ficelle est un peu grosse mais, comme on dit, calomniez, il en restera toujours quelque chose…



« Nouvelle menace d’Action directe », « Enquête antiterroriste ouverte après l'annonce de la réactivation d'Action Directe », « La renaissance d’Action directe »… Journaux, radios, télés, Internet, partout les mêmes titres tapageurs. A l’unisson, les médias ont embrayé sur l’« info » en brodant sur cette mystérieuse lettre portant « l’étoile d’Action directe ». Une curieuse mention « à la mémoire de Jean-Marc Rouillan, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Joëlle Aubron» figurerait sur le document. Que l’on sache, Georges Cipriani, Nathalie Ménigon et Jean-Marc Rouillan sont toujours vivants. Que l’on sache aussi, Jean-Marc Rouillan est toujours emprisonné (et non en semi-liberté comme le prétendent des journalistes très mal informés) au centre de détention de Muret, près de Toulouse. 

 Jean-Marc Rouillan est si dangereux que le tribunal d’application des peines a ordonné sa libération le 16 février dernier. Emprisonné depuis février 1987, atteint du syndrome de Chester-Erdheim, écrivain et éditeur chez Agone à Marseille, Jean-Marc Rouillan a terminé sa peine de sûreté depuis belle lurette et, comme la loi le prévoit, il n’a plus rien à faire en prison. Que cela plaise ou non aux bourreaux en pantoufles qui se répandent sur Internet pour réclamer son enfermement définitif ou même son exécution. Ces Français-là n’ont pas fait autant de bruit quand Maurice Papon, condamné pour complicité de crimes contre l’humanité pour des actes commis pendant l’occupation allemande, a été libéré…

Les camarades de Jean-Marc Rouillan ont tous changé de régime au fil des années. Joëlle Aubron, décédée en 2006, avait été libérée pour raisons médicales en 2004. Nathalie Ménigon est en liberté conditionnelle depuis août 2008. Georges Cipriani est en semi-liberté depuis avril 2010. Sa demande de libération conditionnelle sera examinée dans les prochaines semaines. Jean-Marc Rouillan a lui-même bénéficié d’une courte semi-liberté en 2008. Un régime hâtivement suspendu pour « quelques mots » accordés à un hebdomadaire.

Pourquoi tant d’acharnement contre lui ? C’est la question qui s’est à nouveau posée le 16 février quand le parquet de Paris a immédiatement fait appel de la décision du tribunal d’application des peines. Malgré « les efforts sérieux de réadaptation totale », le 9590 B 139 était condamné à rester à l’ombre.

Dans ce contexte pesant, les militant-e-s des comités de soutien ne peuvent que renifler une infernale machination dans l’apparition de ces prétendus tracts d’Action directe. Sur le blog Linter (pour l’Internationale), on dénonce la manipulation de l’opinion. « La presse montre là à nouveau son manque de professionnalisme et son instrumentalisation. Aucun « étonnement » sur cette renaissance soudaine après 25 ans. Aucune analyse du document pourtant bien loin de ceux de l’organisation Action directe qui n’a jamais appelé à exécuter des policiers. Et surtout, aucune réflexion sur la coïncidence des faits entre cette annonce et les risques que cela représente pour Jean-Marc Rouillan. »

« On » voudrait que Jean-Marc Rouillan moisisse et crève en cabane, « on » ne s’y prendrait pas autrement. CQFD.


Plus d’informations sur le blog linter : http://linter.over-blog.com/

Lire sur Le Post : Une nouvelle douche écossaise pour Jean-Marc Rouillan.

 

http://www.lepost.fr/article/2011/02/16/2408008_une-nouvelle-douche-ecossaise-pour-jean-marc-rouillan.html

Vous aussi contribuez au Post !

Réagir Publier un post en réponse

Lire la suite

Partager cet article
Repost0

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2