Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Rechercher

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 20:56

Dans le journal la Marseillaise

 

Jean-Marc Rouillan, auteur de "Je regrette".

Jean-Marc Rouillan, auteur de "Je regrette". PHOTO ROBERT TERZIAN

Rencontre avec Jean-Marc Rouillan, à l'occasion de la sortie de son dernier livre "Je regrette" aux éditions Agone. Ancien membre d'Action directe, condamné en 1989 à la prison à perpétuité, l'auteur qui vit aujourd'hui à Marseille livre un regard sur la société actuelle, la lutte des classes, le défi de la transformation sociale et la prison. Tout cela pour "agir pour la libération des opprimés".

A lire dans la Marseillaise weekend des samedi 10 et dimanche 11 décembre 2016.

Published by luxemb
commenter cet article
10 décembre 2016 6 10 /12 /décembre /2016 20:00
Palestine!

Palestine!

Bonsoir,

 
Après la disparition de notre camarade Rudolf, nous vous transmettons le RDV pour assister à son enterrement ce lundi 12 décembre à Lille.
 
Rudolf a été de nouveau victime d’un malaise la veille du retour chez lui, malheureusement  cette fois ci, il a été impossible de le sauver. Rudolf était hospitalisé depuis le 19 octobre, il allait beaucoup mieux et était impatient de rentrer chez lui, continuer ses combats, lire, écrire et nous faire partager ses réflextions toujours d’une grande rigueur.
 
Parmi ses nombreux engagements, il n’a jamais cessé, et cela depuis des décennies, son engagement dans la lutte pour les droits des Palestiniens et contre le sionisme oppresseur.
Avec des étudiants palestiniens de Lille, il a fondé en 1974 le Comité de Soutien à la Résistance Palestinienne qui est devenu quelques années plus tard le Comité de Soutien au Peuple Palestinien.
 
En 2014, il a participé à la fondation du Collectif de Soutien à la Résistance Palestinienne.(CSRP59)
 
En outre, Rudolf était aussi membre de l'Union Juive Française pour la Paix (UJFP) et de International Jewish AntiZionist Network (IJAN).
 
Notre hommage à notre camarade est pour nous de continuer avec détermination et visibilité notre soutien au Peuple Palestinien. Solidarité avec cette résistance légitime, sous toutes ses formes.
 
Notre cher camarade Rudolf ta disparition nous remplit d’une profonde tristesse.  
 
Collectif de soutien à la résistance palestinienne (CSRP59) et UJFP59 le 8 décembre 2016                                                                           
 

L'enterrement aura donc lieu

Lundi 12 décembre  à 14h (être impérativement présent à 13h45).

 
RV  à l'entrée "porte de la Madeleine" du Cimetière de l'Est à Lille                                       (rue de la Madeleine en face de la  rue des Vicaires)
(le cimetière se trouve en gros dans un triangle  entre le métro St Maurice Pellevoisin,  l'hôpital de la Louvière et la gare Lille-Europe)
         

Au moment de l'inhumation, une cérémonie civile aura lieu avec quelques témoignages.
A l'issue de celle-ci, nous nous retrouverons pour un hommage à Rudolf,  dans une salle dont les coordonnées restent à préciser.

Rudolf Bkouche

Rudolf Bkouche

Published by luxemb
commenter cet article
27 novembre 2016 7 27 /11 /novembre /2016 13:17
Jean-Marc Rouillan présente son livre "Je regrette". le 30 novembre à partir de 18h30 à la librairie La Brèche

Présentation du livre Je regrette par son auteur Jean-Marc Rouillan

Mercredi 30 novembre à partir de 18h30

A la librairie La Brèche (27 rue Taine, Paris 12e)

 

« Je regrette d’être emprisonné pour délit d’opinion quand j’ai affirmé durant toute mon existence que seul l’acte donne leur véritable sens aux mots.  Dans les Vers nouveaux, Rimbaud était bien plus explicite : “De rage, sanglots de tout enfer renversant… Industriels, princes, sénats, périssez ! Puissance, justice, histoire, à bas ! ”  J’aurais peut-être dû versifier mon propos ?   Un de ces jours, il me faudra tout de même calculer (en jours de prison) le poids de chacun des mots qui provoqua les foudres de la justice. » Écrits au printemps 2010 (sur le modèle du Je me souviens de Pérec), alors qu’il venait de passer à Marseille sa première année en semi-liberté depuis vingt ans, ce texte a été revu pour son édition.

 

Présentation du livre au Havre

Présentation du livre au Havre

20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 18:24
Une exigence : la relaxe pour Jean-Marc Rouillan

Après la condamnation de Jean-Marc Rouillan, nous relançons la campagne de signatures pour sa relaxe.

Rappelons que durant le procès, il n'a pas été pratiquement question d'apologie. Et que la juge ne s'est pas tenue au chef d'inculpation. C'est donc bien un militant qui a été condamné et ... qui risque de nouveau la prison pour un chef d'inculpation qui n'a pu être maintenu.

Les camarades du Nord et du Pas-de-Calais ont déjà recontacté tous les signataires. Plusieurs dizaines ont déjà renouvelé leur soutien.

Cher(e)s camarades

Ça ne se passe ni en Turquie, ni chez les Saoud d'Arabie... Une scandaleuse atteinte à la liberté d'expression ici même en France ! Exigeons la relaxe pour Jean-Marc Rouillan. Elargissons le cercle des soutiens (voir ci-dessous en rouge au bas de la pétition). Pour ceux et celles qui ne l'ont pas encore fait, je vous invite à signer la pétition exigeant sa relaxe !
Renvoyez-nous vos : Nom, prénom, profession, fonction (associative, syndicale ou politique), et département de résidence

 

La pétition :

"APPEL A L'ABANDON DES POURSUITES CONTRE JEAN-MARC ROUILLAN POUR APOLOGIE PUBLIQUE D'UN ACTE DE TERRORISME

Nous ne pouvons accepter le verdict du 7 septembre 2016 qui condamne Jean-Marc Rouillan à 8 mois de prison ferme et à de lourdes amendes car il relève d'une volonté de criminaliser une parole dissonante qui est insupportable pour le pouvoir.

C'est pourquoi nous exigeons toujours l'abandon des poursuites contre Jean-Marc Rouillan.

La liberté d'expression est un droit fondamental, Jean-Marc Rouillan en a fait usage dans une interview. Ces propos ont été transformés en apologie d'un acte de terrorisme. La liberté d'expression ne peut être un droit à géométrie variable, réservée aux seuls gouvernants.

Le contexte émotionnel fort qui conduit à engager des poursuites pour apologie d'un acte de terrorisme est précisément celui auquel la justice doit savoir se soustraire.

C'est pourquoi les poursuites contre Jean-Marc Roullian doivent être immédiatement abandonnées.

                                « Il n'y a de liberté pour personne s'il n'y en a pas pour celui qui pense  autrement." Rosa Luxemburg"

Nous publierons régulièrement cet appel en l'actualisant avec les nouvelles signatures.

Collectif pour l'abandon des poursuites contre Jean Marc Rouillan
 

 

7 novembre 2016 1 07 /11 /novembre /2016 21:06
Réunion publique et concert avec Dominique GRANGE et Jacques TARDI pour la libération de Georges ABDALLAH MARDI 8 NOVEMBRE, à Lille

Le 8 novembre 2016 de 18h à 22h30

Soutien au résistant libanais anti-impérialiste, solidaire du Peuple Palestinien, Georges Ibrahim ABDALLAH emprisonné en France depuis  le 24 octobre 1984, soit plus de 32 ans,le plus ancien prisonnier politique en Europe.

 

Dans le cadre du festival Palestine, Le Comité solidarité Georges Abdallah Lille, l’UJFP (Union Juive Française pour la Paix) et le Collectif de soutien à la Résistance Palestinienne (CSRP 59/62) organisent une conférence débat et concert : Au théâtre de la verrière 28 rue Alphonse Mercier - Lille.

Réunion publique 18 heures.

Suzanne LE MANCEAU

Collectif pour la Libération de Georges Ibrahim Abdallah (CLGIA),

Jean Louis CHALANSET

                              Avocat de Georges                                 

Réunion publique et concert avec Dominique GRANGE et Jacques TARDI pour la libération de Georges ABDALLAH MARDI 8 NOVEMBRE, à Lille
Concert 20 h 30
 

Dominique GRANGE CHANTE POUR LA LIBERATION DE GEORGES IBRAHIM ABDALLAH ET EN SOUTIEN A LA LUTTE DU PEUPLE PALESTINIEN

 

Accompagnée par Jonathan MALNOURY (Guitare, Oud) et Franck CHENAL (Percussions), elle interprètera un certain nombre de ses compositions: des chants de lutte des années 68-70, des chansons anti-carcérales et anti apartheid, ainsi que des chansons antimilitaristes, extraites de son CD récemment publié avec l’album de TARDI : « Le Dernier Assaut ».

 

Le dessinateur sera sur scène aux côtés de Dominique pour lire quelques textes étroitement liés au contenu de ces chansons contre la guerre. « …Sauf à abdiquer notre conscience, sauf à devenir des marionnettes décérébrées aux mains d’un projet politique sécuritaire visant à contenir et à réprimer tous les ferments émancipateurs parcourant aujourd’hui le tissu social, il est de notre devoir de refuser ce troc infâme du reniement en contrepartie de notre libération. Dont acte. »

 

 

 

Informations

Théâtre de La Verrière 28 rue Alphonse Mercier à Lille http://www.theatre-verriere-decouverte.org/

Métro République ou Gambetta (ligne 1) - (+ 9 minutes ) / Bus : Citadine 1 / 2 Arrêt - Sacré Coeur (+ 3 minutes )

Cette initiative se déroule dans la cadre du Festival Palestine qui se déroule du 4 novembre au 3 décembre : http://festivalpalestine.unblog.fr/

Plus d’infos sur Georges Abdallah : http://liberonsgeorges.over-blog.com/

 

Nous comptons sur votre présence solidaire et en vous remerciant de faire connaitre cet appel.

 

Liberté pour Georges Abdallah !

Il est de nos luttes, nous sommes de son combat !

Liberté pour tous les prisonniers palestiniens !

Vive la résistance du Peuple Palestinien !

Liberté pour tous les prisonniers politiques résistants anti-impérialistes !

 

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 19:40
Rencontre avec Jann-Marc Rouillan au Havre, Union locale CGT, mardi 4 octobre.

de : PACO sur Bellaciao

 

L’Union des syndicats CGT du Havre propose une rencontre avec Jann-Marc Rouillan, écrivain militant, à l’occasion de la sortie de son livre « Je regrette ». A suivre le mardi 4 octobre 2016, à 18h, Maison des syndicats 119 cours de la République au Havre.

 

On avale d’une traite le « Je regrette » de Jann Marc Rouillan (Editions Agone, août 2016. 9,50 euros). A la manière du « Je me souviens » de Georges Pérec, Jann-Marc Rouillan revient sur des souvenirs militants hexagonaux ou internationaux, sur ses années de taule, sur des clins d’oeil familiaux, amicaux ou amoureux, sur des saveurs d’enfance, sur des ambiances de bars et de bouffes, sur une riche mémoire cinématographique, poétique ou musicale, sur des déambulations marseillaises..., bref sur des regrets qui ne sont en tout cas pas ceux que ses accusateurs aimeraient l’entendre braire en se flagellant à genoux.

 

Au fil des 197 regrets, notons-en un, le 92ème : « Je regrette vraiment le temps où j’étais coupable. L’innocence me gâche le teint. Voilà de quoi je suis tombé malade ! » On connaît la suite...

 

Jean-Marc Rouillan, ex-membre du groupe Action Directe toujours en liberté conditionnelle après avoir passé un quart de siècle en prison, auteur d’une quinzaine d’ouvrages passionnants, a été condamné le 7 septembre dernier à 8 mois de prison ferme lors un procès kafkaïen. La justice l’accuse d’avoir de « l’empathie » pour les tueurs de Daesh, une organisation qu’il a pourtant toujours présentée comme une ennemie féodale, réactionnaire et mortifère. Jean-Marc Rouillan a fait appel.

1 octobre 2016 6 01 /10 /octobre /2016 18:49
Le 5 octobre, Jean-Marc Rouillan présentera son nouveau livre à la librairie Résistances à Paris.

« Je regrette »

https://paris.demosphere.eu/rv/49916

 

Dans ce petit recueil, l'ancien membre du groupe Action Directe qui a accompli vingt cinq ans de prison*, nous livre ses pensées, et ses sentiments sur beaucoup de choses : sur la prison bien entendu, mais aussi sur l'amour, la vraie camaraderie, la société de plus en plus nauséabonde, et sur l'hypocrisie de ceux qui pratiquent une extrême violence d'Etat au quotidien, mais se permettent de faire la morale aux autres.

 

Dans « Je regrette » publié aux éditions Agone, Jean-Marc Rouillan pratique un exercice très difficile, un exercice acrobatique en somme, puisqu'il n'a rien le droit de dire sans être aussitôt poursuivi pour délit d'opinion.

 

Et comme nos dirigeants, tout comme pour Georges Ibrahim Abdallah, ne lui pardonnent pas de ne pas s'être repenti en bonne et due forme de ses actes, mais surtout de ses opinions révolutionnaires, ils continuent à exercer une vengeance d'état sans fin, en le réincarcérant ou en le menaçant de le ré-emprisonner, à chaque opinion qu'il émet.

 

C'est donc avec plaisir que nous invitons à venir découvrir ce que Jean-Marc Rouillan regrette le mercredi 5 octobre à partir de 19 H. D'autant que l'auteur sait trouver les mots pour nous faire vivre à la fois sa nostalgie et sa révolte face à l'injustice.

 

Soulignons qu'il n'est pas nécessaire de partager le positionnement passé ou présent de l'auteur pour s'offusquer de la répression systématique de ses propos et de ses interrogations sur la légitimité de la violence, débat qui reste ouvert face à la violence de l'appareil d'Etat.

 

Présentation suivie de dédicaces.

 

« Je regrette », Edition Agone, 9,50 €

 

*Arrêté en 1987 avec d'autres membres du groupe d'extrême-gauche « Action Directe », il est condamné en 1989 à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une période de sûreté de dix-huit ans, pour l'assassinat de l'ingénieur général de l'armement René Audran en 1985 et celui du PDG de Renault Georges Besse en 1986. Il est en liberté conditionnelle depuis 2012.
Jean-Marc Rouillan a écrit de nombreux ouvrages dont, Je hais les matins, Lettre à Jules, La Part des loups, Le Capital humain, Chroniques carcérales, Les Viscères polychromes de la peste brune, Sur la maladie et la mort en prison, Autopsie du dehors, Le Tricard, Chronique du dehors d'un interdit de séjour, Le Rat empoisonné.

 

Librairie Résistances

4, Villa Compoint, Paris, 75017 France - Téléphone : 01 42 28 89 52 - angle du 40 rue Guy Môquet - Métro Guy Môquet ou Brochant.

Site Web : http://www.librairie-resistances.com/

Lien : https://paris.demosphere.eu/rv/49916
Source : http://www.librairie-resistances.com/evenemen...

 

Dates, sur le site Agone :

Le mardi 4 octobre 2016    Le Havre (76)

Rencontre avec Jann-Marc Rouillan au Havre. L’Union des syndicats CGT du Havre propose une rencontre avec Jann-Marc Rouillan, A l’occasion de la sortie de son livre Je regrette le mardi 4 octobre 2016, à 18h, à la Maison des syndicats 119 cours de la République au Havre.

 

Le mercredi 5 octobre 2016    Paris (75). Rencontre avec Jann-Marc Rouillan

Jean-Marc Rouillan présentera son nouveau livre Je regrette à la librairie Résistances
à 19 h le mercredi 5 octobre 2016

 

Festival du livre de Mouans-Sartoux, le 7 et 8 octobre. Jean-Marc Rouillan présentera son nouveau livre Je regrette sur le stand des Editions Agone. A 015
 

26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 21:22
Jugement inique contre Jann Marc Rouillan - Ekaitza - 2016ko irrailaren 14a - n° 1371

La 16e chambre correctionnelle de Paris a rendu le 7 septembre son jugement pour le délit d’apologie de terrorisme retenu contre Jann Marc Rouillan. Il a été condamné à 8 mois de prison, à verser 1 € de dommage et intérêts à l’Association des victimes du terrorisme et 300 € à chacune des 30 parties civiles de victimes des attentats du 13 novembres 2015 qui s’étaient jointes à la procédure.

dans une interview, il avait parlé du « courage » des jeunes auteurs de la tuerie, reconnaissant à l’audience que le mot était inapproprié.

« En fait, c’est la personnalité de Jean-Marc Rouillan et non ses propos qui lui ont valu d’être accusé puis condamné », commentait mercredi à l’énoncé du jugement l’un de ses avocats Me Christian Etelin.

Si les propos de Jean-Marc Rouillan sont « maladroits», il n'aurait pour autant « pas dû être condamné », a ainsi réagi un autre de ses avocats, Gérald Pandelon, pour qui « on ne peut pas condamner ce qui relève d'un jugement moral ».

Rappelons que Jann Marc, militant communiste révolutionnaire, est condamné pour « empathie » envers les auteurs des attentats du 13 novembre, bien qu’il ne fasse aucun doute pour personne qu’il n’ait jamais éprouvé une quelconque sympathie pour les extrémistes islamiques qu’il qualifiait d’ailleurs d’« ennemis » dans la même interview. Propos que ni le tribunal ni les avocats des parties civiles n’ont visiblement pas entendu !

Jann Marc Rouillan va faire appel de ce jugement, un appel qui est suspensif. Il risque en effet de voir résilier sa libération conditionnelle très contraignante.

26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 20:59
liberta yaaa

liberta yaaa

Luis Fernando Sotelo, étudiant âgé de 20 ans, adhérent à la Sixième Déclaration zapatiste, a été arrêté le 5 novembre 2014 suite aux manifestations et aux actions pour la présentation en vie des 43 étudiants disparus depuis le 26 septembre 2014. Le juge a signifié sa mise en détention préventive pour les délits d’attaques à la paix publique [délit qui est pénalement du même type que le délit de terrorisme], d’attaques aux voies de communication et de dégradations (d’une station de Tramway, d’un distributeur de titres de transport et de caméras de surveillance). Après 1 an et 9 mois de procès, notre compagnon Luis Fernando Sotelo a été condamné en première instance à 33 ans et 5 mois de prison et à une amende de 519 815,25 pesos (26 000€).

Voir : Dernière Lettre envoyée par Fernando Sotelo depuis la prison préventive Sud de la ville de Mexico (lettre publique)sur:


https://liberonsles.wordpress.com/2016/09/20/mexico-fernando-sotelo-bientot-deux-ans-derriere-les-barreaux/#more-9888

Plus d'infos:
https://liberonsles.wordpress.com/luis-fernando-sotelo-zambrano/

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------

Ce mardi 20 Septembre, après 1 an et 9 mois de procès, notre compagnon Luis Fernando Sotelo a été condamné en première instance à 33 ans et 5 mois de prison et à une amende de 519 815,25 pesos (26 000€) pour les délit d’attaques contre des voies de communication, d’attaques à la paix publique qualifiées et dommages qualifiés.

Cette sentence est le reflet de la politique de répression et de criminalisation de l’État mexicain, en commençant par celle du Chef du Gouvernement Miguel Ángel Mancera* qui prétend condamner notre compagnon sans aucune preuve en lui assignant une peine ridicule et démesurée.

Face à sa politique de terreur nous lui disons que nous n’avons pas peur, que ses sentences s’effondreront parce que nous avons la raison et l’organisation de notre côté.

Aujourd’hui nous réaffirmons et nous renforçons notre solidarité avec notre compagnon, qu’ils sachent qu’il n’est pas seul, nous marcherons et nous lutterons jusqu’à faire s’écrouler les murs de leurs prisons, nous lutterons inlassablement jusqu’à ce nous soyons tous et toutes libres !

Que notre rage ne fasse qu’une, que le vent souffle, que commence la tempête !

Campagne Luis Fernando Libre.

 

* Miguel Ángel Mancera est le chef du gouvernement de la ville de Mexico.
 

Source : Croix Noire Anarchiste de Mexico
http://www.abajolosmuros.org/index.php/noticias-anticarcelarias/480-sentencian-a-33-anos-y-5-meses-a-luis-fernando-sotelo-que-inicie-la-tormenta

Published by luxemb
commenter cet article
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 20:43
18 septembre 2016 - Beyrouth

18 septembre 2016 - Beyrouth

En septembre, la solidarité avec Georges Abdallah s'est montrée de différentes façons.

A lire sur liberonsgeorges

Georges Abdallah solidaire de la campagne BDS.

Ce jeudi 22 septembre, un rassemblement solidaire était prévu à 13h devant le Tribunal de Grande Instance de Toulouse pour soutenir les quatre militants de la Campagne BDS Toulouse "accusés" d'avoir participé à une distribution de tracts. Plus ici.

 

La préfecture a interdit le rassemblement le matin même... Des dizaines de militants ont quand même exprimé leur solidarité dans et devant le tribunal. Lire ici. A cette occasion, une camarade du Collectif Georges Abdallah Bordeaux a pris la parole pour rapporter le soutien de Georges Abdallah à la campagne BDS et aux inculpés, exprimé depuis la prison de Lannemezan. Georges Abdallah a rappelé que la campagne BDS fait partie intégrante du soutien indéfectible au peuple palestinien et à sa résistance face à l’État sioniste israélien.

 

Le verdict pour les camarades Bernard, Jean-Pierre, Loïc et Yamann sera rendu le 14 novembre.

En septembre, la solidarité avec Georges Abdallah

A Beyrouth, on exige la libération de Georges Abdallah.

A Beyrouth, dimanche 18 septembre, la jeunesse du Mouvement du Peuple a manifesté devant la résidence de l'ambassade de France, exigeant la libération de leur compatriote Georges Ibrahim Abdallah.

 

Lire sur The Daily Star, et le Secours Rouge,

Autres photos et vidéos sur ashaab.org

En septembre, la solidarité avec Georges Abdallah

************************************

Semaine internationale d'actions pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah.

 

Du 15 octobre au 22 octobre 2016, des actions pour exiger la libération de Georges Ibrahim Abdallah auront lieu en France et dans le monde à l'initiative de la Campagne unitaire.

A l'issue de cette semaine, le 22 octobre, est prévue une manifestation à Lannemezan (Hautes Pyrénées) devant la prison où Georges Ibrahim Abdallah entamera sa 33e année de détention.

Khaled Barakat, coordinateur de la campagne Free Ahmad Saadat, s'associe à cette initiative et lance un appel aux partis révolutionnaires et progressistes arabes.

 

APPEL AUX PARTIS RÉVOLUTIONNAIRES ET PROGRESSISTES ARABES : SEMAINE D’ACTION INTERNATIONALE DU 15 AU 22 OCTOBRE 2016 POUR EXIGER LA LIBÉRATION DE NOTRE CAMARADE GEORGES ABDALLAH.

 

Les partis de gauche arabe qui appartiennent au camp de la résistance et du combat, et qui prétendent être révolutionnaires et progressistes, vont très prochainement se retrouver devant un examen de conscience, dans le courant du mois d’octobre, car ils auront à présenter aux yeux du monde ce qu’ils comptent faire pour notre camarade Georges Abdallah, c’est-à-dire ce qu’ils planifient de faire concrètement, pour exprimer leur solidarité à notre camarade, par l’action et dans les rues.

 

Dans ce cadre, une seule question mérite aujourd’hui réponse, de manière urgente : que doit-on faire face à la politique de l’État français qui continue à maintenir notre camarade Georges Abdallah emprisonné injustement depuis plus de 32 ans ? Certes Georges Abdallah – tout comme son camarade Ahmad SAADAT – ne se plaint jamais, ne réclame jamais rien ; mais ces attitudes et cette morale révolutionnaires ne doivent pas nous pousser à ne pas militer pour eux et à ignorer ces deux grands dirigeants. Le faire est un crime à l’encontre de nos camarades et mieux vaut admettre alors mille fois notre incapacité à agir pour eux (en faisant notre autocritique ouverte) plutôt que de continuer à vivre dans l’illusion et dans la prétention.

 

Camarades, existe-t-il d’autres priorités authentiques que celle de lutter pour les prisonniers politiques révolutionnaires avec à leur tête notre camarade Georges Abdallah ? A notre sens, non et c’est pourquoi nous appelons à participer activement à la semaine d’action internationale, du 15 au 22 octobre 2016, pour exiger la libération de notre camarade Georges Abdallah. Participer en menant des actions devant et dans les ambassades et les consulats de l’État français, partout où cela est possible ; participer aussi en manifestant de manière unitaire devant la prison de Lannemezan, le 22 octobre ; participer encore en organisant des manifestations populaires de colère en Palestine, au Liban, au Maroc, en Tunisie, en Egypte et partout ailleurs dans le monde pour faire de la fin de l’année 2016 l’année de la libération de Georges Abdallah.

 

Khaled BARAKAT*

 

Le 13 septembre 2016

 

* Khaled BARAKAT est un militant palestinien, coordinateur de la campagne de libération pour Ahmad SAADAT (secrétaire général du Front Populaire de la Libération de la Palestine – FPLP) et militant actif dans la campagne unitaire pour exiger la libération de Georges Abdallah.

☞ Cet appel en arabe, en anglais, en espagnol ...

Published by luxemb
commenter cet article

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2