Images Aléatoires

  • palestiniene-jo-lle-aubron.jpg
  • gendarmes-encore.jpg

Recommander

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Samedi 21 février 2015 6 21 /02 /Fév /2015 11:59

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

noir et blanc

 

Un texte très riche dans la tradition des grands textes de réflexion sur l'art et la révolution.

 

A lire sur le blog de Claudine

http://claudine-romeo.over-blog.com/article-texte-pour-ll-ecole-des-beaux-arts-de-tunis-isbat-art-dans-la-revolution-75488789.html

 


Texte pour l'Ecole des Beaux Arts de Tunis ( Isbat ) Art dans la Révolution  

 

Pour Artifekt, 1er Mai 2011.   texte n° 1)


http://claudine-romeo.over-blog.com/article-texte-pour-ll-ecole-des-beaux-arts-de-tunis-isbat-art-dans-la-revolution-75488789.html


Peu de temps pour formuler et écrire, beaucoup de « bonne » fatigue, provoquée par l’émotion, l’urgence à penser et faire les choses, au cœur de l’environnement unique créé en ce moment, au milieu des choses  pensées et faites par les autres, mes sœurs et frères, mes camarades tunisiens .


Ne rien faire, ne pas penser, mais comment ne pas  être  propulsée dans ce tourbillon intense et créatif, tourbillon de forces centripètes et centrifuges ?  Forces qui vont "dans tous les sens", surtout dans le bon sens, le Sens de l’Histoire.  Ne rien faire serait se comporter en touriste de la Révolution des autres. Or, bien sûr qu’elle appartient à tout le monde, cette Révolution. Mais pas à ceux qui veulent et parfois peuvent, même, se l’approprier et la récupérer. Comme pour le reste, il n’y a pas de propriété privée de la Révolution.


Donc, pour moi, en venant vous voir et en venant à l’Isbat, bien sûr , je viens pour m’informer et informer : mais ce travail d’information sur certains médias à ma disposition, et de création de réseaux entre nous et vous, d’un continent à l’autre , est la contribution élémentaire que je pouvais porter auprès de vous. Mais, plus inattendu, la dispersion,  la diversité de l’activité philosophique, le fait que le philosophe est un « touche à tout », et s’occupe de ce qui ne le regarde pas, peut le rendre à même d’établir des rapprochements entre vous. C’est un spécialiste des généralités, ou plutôt, de l’universel,  alors, donc, plus inattendu, il contribue à créer des rhizomes entre vous, quand vous ne les avez pas encore établis vous-mêmes.


 Mon regard et ma position transversale, à travers quelques milieux révolutionnaires tunisiens qui ne se fréquentent pas encore, peut être utile : La position universelle de l’Art, pour lequel il s’agit, comme pour la Philosophie, de « créer des concepts-« , par exemple d’ici, de Tunisie, facilite la fluidité d’une forme de pensée critique à une autre  .

 

Et aussi, la fréquentation d’autres métiers rend des choses possibles : - jusqu’aux jeunes chômeurs, puisque la Révolution est venue d’eux, artisans, paysans, ouvriers en grève à Gafsa ou à Gabès et à Sfax, imprimeurs, et aussi, juristes , avocats, enseignants, aviateur - ils sont en grève en ce moment à Monastir - employés des télécoms, postiers, avocats,  économistes, que j’ai eu la chance de pratiquer ces jours-ci.


Prolétaires  « de tous pays », mais aussi de toutes régions et de tous genres, dans leurs œuvres,  ils se côtoient. Le faire, déjà, la mise en œuvre, ou la main à la pâte, s’il s’agit d’un boulanger, cette position de touche-à-tout (où tous deviennent artistes et  philosophes) peut à tout instant en nouer les liens, en tricoter les radicelles, et en faire des  "nœuds" 


… Décidément voilà que je cite Deleuze déjà 3 fois de manière cryptique … subconsciente même pour moi pendant que je vous écris cette lettre, je m’en aperçois seulement à l’instant,…

Je ne reviens pas sur la fabrique de concepts, concept et formulation verbale, ce n’est pas la même chose.


Le concept de l’art peut être rouge, dur, horizontal. Il peut être syncopé ou d’un phrasé musical net et «  andante », comme les concepts de Mozart, ou débordant, quasi baroques, comme ceux de Frank Zappa. On aura compris que lorsqu’on parle de l’Art fabricant des concepts, comme la philosophie, il ne s’agit vraiment pas - sauf cas très particulier - de l’art dit «  conceptuel » qui n’est qu’un cas de figure - c’est le cas de le dire !!- un cas historique particulier, d’ailleurs pas clôturé encore à ce jour.

L’Art plastique, la Musique, la définition que j’en donnerais, et la Poésie, loin d’être des conduites de fuite loin du réel, sont au contraire des activités d’intimité resserrée et quasi amoureuse avec le réel. Un rapport d’intimité  que la Science, par exemple, ne pratique pas, ou il s’agirait plus de proximité distante, objectivante, pour cette Activité scientifique,


L’Art, même le plus contrôlé, et le plus « froid», pratique à coup sûr cette intimité , cette présence au réel qui enchante l’artiste, le fait s’envoler dans l’urgence de dire , de sortir, de faire émerger et bourgeonner cette sève qui lui vient du réel.


Il ne peut être que dans une appartenance radicale à cette terre , à ce monde. Sauf que, différent de la pensée magique, comme pourrait le dire Lévi-Strauss, bien qu’articulé à tout instant à elle, il ne subit PAS passivement son cadeau, mais le transforme immédiatement et toujours de manière unique. La mythologie le fait aussi, mais au cours des siècles et de manière subconsciente, sinon inconsciente, car toujours collective. Alors que , si l’art est parfois collectif, c’est par choix, et dans le ici et maintenant de l’histoire : de l’Histoire tout court, et de …l’histoire de l’art, de sa propre histoire, donc.


Tout ceci n’était qu’un long préambule méthodique.


Mais qui peut engendrer des conclusions et des effets radicalement rapides et éclatants .


Par exemple,  La réalité qui nous occupe et nous porte en ce moment, c’est la Révolution, cette révolution tunisienne si particulière, si inouïe et inattendue,


Alors, l’art doit être- est- dans cette proximité folle inouïe, tout aussi impossible que la révolution elle-même, cette révolution, et alors, et il la fait, la produit dans la mesure de moyens, même très réduits. Et aussi, cet art est modulé, induit, insufflé et tendu, dans la droite ligne de la dynamique révolutionnaire, il multiplie ses interventions, il parle à chacun son langage, affect et pensée critique concrète tout ensemble. Il est dans le politique, tout à fait, mais ce Politique-là qui nous importe et nous fait vivre.


Et ce n’est pas un propos d’intellos –même de gauche !- que je tiens ici, j’ai vérifié cent fois cette réalité concrète de l’art. Il n’est pas alors, « au service » de la Révolution, ni là pour illustrer, orner, rendre belle la Révolution. Elle est intensément existante et belle, si je voulais plagier Sartre : pour lui, il n’y a pas de Nature humaine, donc pas d’essence de l’homme, il n’y a que de l’existence. Je dirais que, comme pour la réalité de l’homme, il n'a que de l’existence, et pas d’essence, Pour une- ou une autre, Révolution, il n’y a pas d’idée générale. Les occidentaux, ou de toute manière, ceux qui voient la Tunisie « de loin » , se demandent si ce qui se passe, ici, dans la rue, c’est La Révolution, si cela correspond bien à la définition du dictionnaire, si ici, c’est fidèle à l’idée abstraite de Révolution, en bons « intellectuels de gauche », ils concluent presque toujours « ça n’est pas une Révolution ».

 

Pour la Révolution , et la vôtre, la nôtre ici et maintenant, il n’y a que de l’existence aussi.


Et sa réalité trouve ses multiples et libres actes , "artistiques dans l’acte même - Sidi Bouzid, ou la rue de Tunis- ou dans l’expression concrète simultanée de l’acte , L’ART, qui est un acte aussi.


Je crois que si on s’en tient à cette analyse, de la Révolution comme Réalité, l’artiste, les artistes ne peuvent tomber, ni dans la mièvrerie, ni dans la confusion - danger si redoutable en ce moment électoraliste.


Pour nous,  ce réel si urgent, si pressant, au battement de cœur et de sang si forts, NOUS DONNE SA FORCE .

 

(Pour Artifekt, 1er Mai 20011.  texte n° 1)

Par luxemb - Publié dans : Claudine Romeo, transmettre pour conjurer l'absenc
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 13 février 2015 5 13 /02 /Fév /2015 18:40

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Aquarelle-Cristina.JPG

 

Claudine était proche de tous nos combats.

Je l'ai connue pour celui pour Christian Gauger et Sonja Suder.

Trop de regrets aujourd'hui.

 

Et un tel sentiment de perte

Qui submerge.

 

Une des camarades de linter.

 


J'écoute ceci en boucle, la tristesse au coeur


Je ne sais pas pourquoi ce morceau-là

Sensibilité triste peut-être.

 

 

 

 


 

 

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

Par luxemb - Publié dans : linter
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 février 2015 7 01 /02 /Fév /2015 20:11
Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 février 2015 7 01 /02 /Fév /2015 19:45

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

Abdallah--Gilmez-1.jpg

 

Un gréviste de 1948 appelle à la libération de Georges Ibrahim Abdallah Un soutien hautement symbolique


Dans les années 1970-80, Georges Ibrahim Abdallah a résisté aux plans d'occupation du Liban et de la Palestine promus par Israël et les Etats-Unis. En 1948, Norbert Gilmez a résisté au plan de liquidation du Statut des Mineurs orchestré par le gouvernement français.


Dans les années 1970-80, Georges Ibrahim Abdallah a subi le terrorisme d’État impulsé par l'impérialisme américain et le sionisme. Pendant la grève de l'automne 1948, Norbert Gilmez, emprisonné pour « fait de grève » puis licencié des Houillères, a subi le terrorisme de l’État français (des centaines d'arrestations, 3 000 licenciements, 4 morts).


Comme Georges Ibrahim Abdallah,


Norbert Gilmez, 93 ans, est citoyen d'honneur de la ville de Grenay (Pas-de-Calais)


« Moi aussi, j'ai subi la répression et appris la patience », souligne Norbert Gilmez, ancien employé des Usines de Mazingarbe (Pas-de-Calais). L’État français n'a en effet reconnu que récemment la légitimité du combat des grévistes de 1948. Ce mercredi 28 janvier 2015, lors de la cérémonie des voeux de la section PCF de Grenay, ce militant communiste de la Fédération CGT Mines-Énergie du Nord-Pas-de-Calais revendiquait la libération du plus ancien prisonnier politique d'Europe (ici en compagnie d'André Mocci du Collectif « Bassin minier » pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah

Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 1 février 2015 7 01 /02 /Fév /2015 19:42

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

 


 
Video mise par Chris den Hond le 29 janv. 2015 :

Georges Ibrahim Abdallah est détenu en France depuis plus de 30 ans ! Il est libérable depuis 1999. Il a plus que doublé la peine de sûreté qui était assortie à sa condamnation à perpétuité pour complicité dans des actes de résistance, alors que son pays, le Liban, était envahi par l'armée israélienne.

Les complicités impérialistes des gouvernements français et étatsunien avec l'envahisseur sioniste se conjuguent dans cet acharnement politique à ne pas libérer notre camarade.

Georges Ibrahim Abdallah est un militant communiste révolutionnaire, qui n'a jamais renié, tout au long de ses trente années d'enfermement, son engagement anti-impérialiste et anti-sioniste et sa solidarité avec la lutte de libération du peule palestinien.

Le 5 novembre dernier, le tribunal d’application des peines de Paris a rejeté la 9e demande de libération, que Georges Ibrahim Abdallah avait formulée en mars 2014.

Pour rappel, en avril 2013, la cour de cassation déclarait irrecevable la demande de libération précédente au motif qu'il n’aurait pas fait, préalablement, l'objet d'un arrêté d'expulsion... que messieurs Valls et Hollande n'avaient pas voulu signer.

Georges Ibrahim Abdallah et son avocat, Me Jean-Louis Chalanset, ont fait appel de la décison négative du tribunal.

L'audience d'appel (non publique) avait lieu jeudi 29 janvier. Décision le 26 février 2015.

 

 

ParisGA290115  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A voir sur liberonsgeorges.

 

Jeudi 29 janvier, à Paris, se tenait, non loin du Palais de Justice, un rassemblement de délégations de solidarité avec Georges Abdallah, pendant l'audience d'appel de la décision de rejet le 5 novembre par le tribunal d'application des peines de Paris de la 9e demande de libération de Gerges Abdallah.

 

Lire le tract distribué à cette occasion.


Étaient présents des camarades du PIR (Parti des Indigènes), OCML-VP (Voie prolétarienne), CSRP 59 (Comité de soutien à la Résistance Palestinienne Lille), SRI (Secours rouge international), CLGIA, Groupe de soutien de Bagnolet, CAI (Comité anti-impérialiste), DAL (Droit au logement) en la personne de JC. Amara, NPA, Europalestine, PCmF, comité tunisien et d'autres soutiens de Lyon, de Montpellier...

 

 Plus de photos ici et + vidéo.

 


Regarder les photos et Lire sur faceboock ici

Parodie de justice bourgeoise

UN procès à huis clos, où il est même interdit de se rassembler devant le palais de "justice"

Une présidente qui d'entrée, ne présente que sa version des faits à charge ( y compris les faux) et mélange avec l'actualité

Hollande a donné ses ordres, cela ne fait aucun doute, les USA et Israël aussi.

Plus de 30 années de prison, ici en france... On reproche à Georges Ibrahim Abdallah d'être un RESISTANT !

Le plus ancien prisonnier politique d'europe...

Le verdict (écrit à l'avance ? ) sera prononcé le 26 février 2015

Résistance !

 

صور وقفة المساندة لجورج عبد الله بالتزامن مع انعقاد محكمة الاستئناف في باريس

Photos du rassemblement de solidarité effectué aujourd'hui à Paris pour exiger la libération immédiate de Georges Abdallah , la décision est reportée pour le 26 février ,l'acharnement continue, notre combat pour la liberté de notre camarade aussi ... nous sommes tous Georges abdallah.
Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Archives

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés