Rechercher

Images Aléatoires

  • coquelicot-et-colombe16.jpg
  • flyer30042013vorne

Recommander

L'Internationale

L'Internationale, 1983. Le premier numéro d'un journal paraît, qui reprend le titre de celui publié en 1915 par Rosa Luxemburg - emprisonnée - alors que s'affrontaient les peuples entraînés dans la plus grande des boucheries par le capitalisme, l'impérialisme, et alors que s'étaient ralliés à celle-ci les partis de l'Internationale. En 1919, ceux-ci mettront à mort celle qui avait résisté et qui pour cela avait été emprisonnée. L'internationale 1983 comptera 11 numéros, avant de devoir s'arrêter momentanément : Il témoignera de luttes - et certains qui menèrent ces luttes sont encore aujourd'hui emprisonnés. Il réfléchira à l'évolution du capitalisme - et cette réflexion reste toujours aussi nécessaire. Le blog linter est la chronique d'un journal, c'est par là même la chronique des luttes menées alors, cela pourra être aussi la chronique de luttes menées ... aujourd'hui.

      

       SONJA SUDER EST LIBRE         Procès C. Gauger, S. Suder: Une page pour s'informer 

   PALESTINE - Une carte à ne jamais oublier

Mercredi 29 octobre 2014 3 29 /10 /Oct /2014 20:59

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

A lire sur liberonsgeorges.

P1040466

 


ATTENTION PUBLICITES IMPOSEES par l'hébergeur. Nous avons été avertis de la présence de publicités, très agressives, mensongères, voire pro-israéliennes, sur le blog. Nous cherchons une solution: merci pour ceux qui le peuvent, en attendant, de charger un bloqueur de publicités, tel ADBLOCK.


"Georges Abdallah, tes camarades sont là !" se sont écriés plus de 300 manifestants, le 25 octobre 2014, à l'approche de la prison où Georges Abdallah entame sa 31e année de détention.

Parmi d'autres slogans exigeant sa libération :


"Palestine vaincra, libérez Georges Abdallah !" Car la cause palestinienne n'est pas à séparer de la cause de Georges Abdallah comme l'ont rappelé au micro Khaled Barakat (coordinateur de la campagne pour la libération de Ahmad Saadat) et Charlotte Kates (membre de Samidoun, organisation de défense des prisonniers palestiniens). Comme ils l'avaient déjà rappelé la veille lors du meeting que Coup Pour Coup 31 avait organisé à Toulouse en soutien à Georges Abdallah.


"Georges Abdallah, otage de l'impérialisme !" Car Georges Abdallah est un militant communiste anti-impérialiste et c'est l'impérialisme français à visage de gauche, qui donne des gages à ses alliés étatsunien et sioniste en faisant de Georges Abdallah un otage des grandes puissances bellicistes. 

Vidéo ici et


Ailleurs en France et dans le monde, d'autres initiatives : Bruxelles, LyonNantes, RennesBordeaux, Orléans, Pau, Beyrouth, Hambourg, Tunis, Gaza... 


Avenue-Choisy-121.jpg

Avenue-Choisy-113.jpg

Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 27 octobre 2014 1 27 /10 /Oct /2014 16:51

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

A lire sur liberonsgeorges


Déclaration de Georges Ibrahim Abdallah - 24 octobre 2014.

image lib ration georges ibrahim abdallah copie

 

Déclaration de Georges Ibrahim Abdallah lue le 24 octobre aux meetings organisés par Coup Pour Coup 31 à Toulouse et par le Collectif 69 de soutien à la libération de Georges Abdallah à Lyon.

 


ATTENTION PUBLICITES IMPOSEES par l'hébergeur. Nous avons été avertis de la présence de publicités, très agressives, mensongères, voire pro-israéliennes, sur le blog. Nous cherchons une solution: merci pour ceux qui le peuvent, en attendant, de charger un bloqueur de publicités, tel ADBLOCK.


Cher«e»s camarades, Cher«e»s ami«e»s,


Vous savoir réunis ce soir m’apporte beaucoup de force et me réchauffe le cœur et surtout me conforte dans la conviction que c’est toujours ensemble dans la diversité de l’expression solidaire que l’on peut faire avancer la mobilisation en assumant toujours plus le terrain de la lutte anticapitaliste anti-impérialiste. 


Comme vous voyez Camarades, par delà les barbelés et les miradors qui nous séparent physiquement, nous voici ce soir toujours ensemble, résolument débout face à cette nouvelle année de captivité, la 31e année. 

Certes des années, de très longues années derrière ces abominables murs, ce n’est pas vraiment la joie, c’est humainement presque insupportable ; il n’en demeure pas moins camarades, grâce à la solidité de votre engagement, c’est toujours ici la même émotion et surtout la même détermination en écho à votre mobilisation solidaire. 


Certainement Camarades, vous n’êtes pas sans savoir quelle force et quel enthousiasme votre initiative solidaire, ce soir tout particulièrement, m’apporte ici dans ce sinistre lieu.


Bien entendu, camarades, nous n’ignorons nullement que ma situation est loin d’être un cas à part, isolé ou quelque peu exceptionnel. Elle répond en tous points aux critères de la politique d’anéantissement dont font l’objet les protagonistes révolutionnaires incarcérés aussi bien ici, dans les centres du système impérialiste que là-bas dans ses périphéries. Encore faut-il préciser camarades, que l’acharnement judiciaire en vue de la destruction et l’anéantissement des protagonistes révolutionnaires incarcérés n’est ni fortuit ni gratuit, il s’inscrit d’emblée et d’une manière systématique dans la dynamique globale de la contre-révolution préventive… (La contre-révolution préventive telle qu’elle se dessine à l’échelle mondiale du système capitaliste en putréfaction et ses exigences nationales et régionales.) Des geôles sionistes à celles du Maroc, des cellules d’isolement en Turquie à celles encore plus sombres en Grèce et ailleurs en Europe et de par le monde, c’est toujours le même constat : l’acharnement judiciaire n’est qu’un élément d’une large panoplie mise à disposition de la contre-révolution préventive. Bien entendu cette panoplie des mesures et des lois ne cesse de s’étoffer toujours plus Camarades, en ces temps de crise générale qui ébranle les piliers du système au niveau mondial.Certainement, camarades, la mobilisation solidaire tout au long de ces années passées et les multiples initiatives que vous avez su développer avec les autres collectifs et comités, ont participé efficacement à démasquer l’acharnement judiciaire et sa fonction réelle intégrée au sein de la contre-révolution préventive loin des arguties judiciaires des tribunaux … 


C’est pourquoi Camarades, de nos jours, il est évident que le temps passé derrière les barreaux n’est jamais plus la raison principale de la libération de tel ou tel prisonnier révolutionnaire... En effet, on libère le prisonnier révolutionnaire quand la mobilisation en faveur de sa libération commence à peser réellement dans le processus de la lutte globale contre la répression et l’exploitation. 


Il faut savoir que seulement quand le maintien en détention commence à peser plus lourd que les possibles menaces inhérentes à l’élargissement de ce militant incarcéré, l’ordre de sa mise en liberté ne trouvera plus alors d’opposition au niveau des instances concernées. C’est pourquoi la solidarité la plus appropriée que l’on peut apporter à un prisonnier politique c’est de s’engager toujours plus sur le terrain de la lutte contre le système d’exploitation et de domination. C’est toujours à la lumière de ce constat que l’on doit lire les diverses mesures et lois adoptées un peu partout ce dernier temps concernant les prisonniers politiques et cela est aussi vrai au niveau des diverses pays européens qu’ailleurs de par le monde…


Camarades, vous n’êtes pas sans savoir qu’en ces de temps de crises et tout au long de ces dernières années plus que jamais votre mobilisation ainsi que les multiples initiatives solidaires, ont fortifié et conforté toujours plus la détermination et la résolution des prisonniers révolutionnaires derrière les abominables murs… Mais aussi il faut le signaler avec force, ces tant d’années de mobilisation ont enrichi votre expérience et consolidé vos structures solidaires dans la diversité de leurs expressions, et par là même elles ont taillé en pièces toutes les tentatives de mettre à genoux vos camarades prisonniers. Et ce soir à la veille de cette 31e année de captivité vous êtes toujours là camarades... et c’est surtout parce que vous avez su assumer la solidarité avec les prisonniers révolutionnaires sur le terrain de la lutte anticapitaliste/ anti-impérialiste. Ceux qui misaient sur l’essoufflement de votre élan solidaire en sont pour leurs frais.


Que fleurissent les initiatives solidaires du Maroc à la Turquie, de la Palestine à la Grèce et ailleurs en Europe et de par le monde…


À bas l’impérialisme et ses chiens de garde sionistes et autres réactionnaires arabes !


Honneur aux Martyrs et aux masses populaires en lutte !


La solidarité, toute la solidarité avec la lutte du peuple palestinien et ses résistants incarcérés !


Honneurs aux valeureux camarades Kurdes du PKK !


Ensemble camarades et ce n’est qu’ensemble que nous vaincrons ! 


À vous tous Camarades mes plus chaleureuses salutations rouges.

Votre Camarade Georges Abdallah. 

vendredi 24 octobre 2014


Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 08:09

  Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

visuel-Toulouse-copie-1.png

Mercredi 22 octobre à 9h, au TGI de Paris, 24e chambre, comparaîtra notre camarade Alain Pojolat, membre du Collectif pour la libération de Georges Ibrahim Abdallah, inculpé pour avoir maintenu des manifestations en dépit d'interdictions gouvernementales.

En juillet dernier, alors que des tonnes de bombes s'abattaient sur le peuple de Gaza et qu'une grande manifestation avait déjà eu lieu le 13 juillet, Alain Pojolat a déposé à la préfecture de police de Paris, au nom de l'ensemble des organisateurs, deux déclarations de manifestations de solidarité qui, elles, ont été interdites.

Alors que le gouvernement français s'est empressé, dès le début de l'agression sioniste, d'apporter par la voix-même de Hollande son soutien total au gouvernement israélien, la France a été le seul ou l'un des très rares pays au monde à oser interdire l'expression dans la rue de la colère légitime face aux massacres de Gaza.

Mais les 19 et 26 juillet, à Paris, ce sont des milliers de manifestants qui ont bravé l'interdiction de manifester. Le soutien à Gaza et à la résistance du peuple palestinien a refusé de se laisser baillonner.

Alain Pojolat n'est pas le seul à être l'objet de la répression : depuis juillet, des manifestants ont déjà été condamnés, comme Mohamed S. qui a pris trois mois de prison ferme. Trois autres personnes doivent comparaître prochainement en correctionnelle pour "rebellion" et des militantes sont convoquées au tribunal le 29 octobre.

Rappelons qu'en 2013, Alain Pojolat a déjà été traduit en justice pour avoir été l'un des organisateurs d'une manifestation non déclarée en soutien à la libération de Georges Ibrahim Abdallah, séquestré depuis 30 ans par l'État français en raison de son combat anti-impérialiste et antisioniste. Rappel ici.

Les tentatives répétées d'intimidation du mouvement de solidarité avec Georges Ibrahim Abdallah et la Palestine, loin de nous faire reculer, n'entameront jamais notre détermination à lutter jusqu'à la libération de la Palestine et de tous les prisonniers révolutionnaires.


Soutien à Alain Pojolat et à tous les inculpés

de la cause palestinienne !

RASSEMBLEMENT

mercredi 22 octobre, de 8h30 à 10h30

Place Saint-Michel (Paris 6e)


Palestine vivra ! Palestine vaincra !

Libérez Georges Abdallah !

Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 22 octobre 2014 3 22 /10 /Oct /2014 08:06

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

GA_Tardi.jpg

 Contribution militante de Jacques Tardi

 

Georges Abdallah entrera ce samedi 25 octobre 2014 dans sa 31e année de détention dans les prisons françaises pour s'être attaqué à l'impérialisme et au sionisme qui, à l'époque des faits de résistance revendiqués par le groupe des FARL (Fractions armées révolutionnaires libanaises ) auquel il appartenait, oeuvraient à l'occupation meurtrière et destructrice de son pays le Liban. 

 A bas l'impérialisme ! Libérez Georges Abdallah !


Rendez-vous à Lannemezan

samedi 25 octobre 2014 à 14 h

pour une manifestation

de la gare à la prison

Par luxemb - Publié dans : Georges Ibrahim Abdallah
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 octobre 2014 6 18 /10 /Oct /2014 10:33

Pour consulter le blog: linter.over-blog.com

 

groszcollage Joëlle AubronCollage de Joëlle Aubron

 


ATTENTION PUBLICITES IMPOSEES par l'hébergeur. Nous avons été avertis de la présence de publicités, très agressives, mensongères, voire pro-israéliennes, sur le blog. Nous cherchons une solution: merci pour ceux qui le peuvent, en attendant, de charger un bloqueur de publicités, tel ADBLOCK.

Message de La Cantine

Bonjour à tous,

Voilà les nouvelles:

La semaine dernière, suite à la tentative d'ouverture d'un nouveau local, 
nous avions rendez-vous avec le Directeur de Cabinet de la mairie du 20e,
Mr Roy. Le jour du rendez-vous nous avons été reçu par une cinquantaine
de policiers et Mr Roy, accompagné, nous avait alors
signifié qu'il ne nous recevrait pas. Il est maintenant bien clair
qu'il n'y a aucune entente possible. Nous avons décidé de prendre le temps de réfléchir à ce que deviendra
la cantine, et de chercher aussi des solutions plus pérennes. Demain, Samedi 18 Octobre, aura lieu le dernier repas en extérieur de La Cantine des Pyrénées, au 331 rue des Pyrénées. Venez Nombreux ! La Cantine
Par luxemb - Publié dans : capitalisme/combats anticapitalistes
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Texte libre

Aux camarades, visiteurs du blog, bienvenue ...
Aux camarades qui viennent de rejoindre le blog, bienvenue. A ceux aussi qui lui rendent visite à l'occasion, bonjour. Le combat n'est jamais un échec, s'informer est déjà un pas vers la conscience. L'ordre et la sécurité ne sont pas le désir de tous, s'aliéner par tous les moyens de la société d'aujourd'hui ne nous intéresse pas. Nous ne cherchons pas à exploiter l'autre. Nous ne tournons pas la page des combats passés, ils sont partie de nous. Et chaque mot que nous lisons, chaque image  que nous voyons, contribue à nous former. Nous ne sommes pas dupes. Nous sommes solidaires. Nous chassons les chasseurs d'enfants. Et nous sommes  le jour face à la nuit sans cesse renouvelée de la violence et de l'oppression. Il n'y a pas d'âge pour la révolte. Et 68 rejoint l'esprit de la Bastille de ce 6 mai où les pavés ont su de nouveau voler. La révolte est une et se rit de toutes les différences.

Pour tous ceux qui viennent sur ce blog, qui font "la route des insoumis" que décrit Nathalie, qui sont et seront les révolutionnaires de demain dont parle Jean-Marc, qui se reconnaissent ce droit à l'insurrection que revendique Georges. Pour chacun, ce collage de Joëlle, mieux qu'un bras d'honneur, à tous ceux qui sont ce que nous refusons.

La queue de la baleine, Nathalie, nous ne la lâcherons pas!

Archives

Joëlle Aubron

Sur ce collage, un poème. linter
C'est l'automne, et ce n'est pas l'automne,
Ces femmes qui marchent
Des combattantes?
Des femmes qui marchent?
Vie de tous les jours ou vie d'exception?
Guerre d'Espagne,
Journées d'après occupation?
Journées d'après l'occupation?
La vie est simple
comme l'est souvent le combat

Entre l'or du feuillage
et le noir et blanc de la vie
Cette image sensible

Georges lors d'une audience devant le JAP en 2005
En tout premier lieu, du fait qu'il va être question ici de mes inclinaisons politiques et de mon évolution depuis 1987 au sein du monde carcéral, je tiens à faire une déclaration de principe : ainsi, conformément à la Constitution de la République française de 1792, repris par l'Article 35 du 26 Juin 1793 *, stipulant un droit à l'insurrection, qui a servi à Valmy pour sauvegarder et étendre la révolution, qui a servi en 1871 avec la Commune de Paris contre l'occupation Prussienne, qui a encore servi en 1940 contre l'occupation national-socialiste allemande et la collaboration pétainiste française, et pour encore servir concrètement après 1968 dans la plupart des pays d'Europe de l'Ouest avec l'insurrection armée larvée et latente contre chaque Etat capitaliste en place et contre l'OTAN ; une Constitution qui après avoir servi depuis son avènement de réfèrent à la plupart des peuples de par le monde pour se libérer des différents maux entretenus que sont, soit l'occupation étrangère, soit l'oppression de classe, soit l'exploitation de l'homme par l'homme jusqu'à l'esclavagisme, leur a ouvert une perspective politique. Et dès lors dans l'assurance qu'elle restera de même une référence au futur pour tous les peuples épris de Liberté, d'Egalité, de Fraternité et de Démocratie, conformément à cette Constitution de 1792 donc, je me refuse à abjurer ces moments historiques comme je me refuse à abjurer la stratégie de Lutte Armée pour le communiste, qui en est une expression particulière.
(
Georges Cipriani  MC Ensisheim, 49 rue de la 1ère armée 68 190 Ensisheim)


Jean-Marc dans une interview en 2005

C'est la question centrale (la question du repentir) depuis notre premier jour de prison. Et c'est le pourquoi de nos condi­tions de détention extraordi­naires, des restrictions actuelles sur le droit de communiquer ou de la censure des correspon­dances. Dans aucune des lois de l'application des peines, il n'est stipulé que le prisonnier doit ab­jurer ses opinions politiques. Mais pour nous, certains procu­reurs n'hésitent pas à affirmer que les revendications du com­munisme impliquent une récidive. Je sais bien que si nous nous repentions, nous serions soudai­nement adulés par la bonne so­ciété, mais ce n'est pas notre vi­sion de la responsabilité poli­tique. Notre engagement n'est pas à vendre ni à échanger contre un peu de liberté.
(Jean-Marc Rouillan 147575 Cd des baumettes, 230 Chemin de Morgiou Marseille Cedex 20

Joëlle à sa sortie le 16 juin 2004
Je suis fatiguée, aussi je dirai seulement trois choses :
La première est d'être bien sûr contente d'avoir la possibilité de me soigner.
La seconde est que l'application de la loi de mars 2002 reste cependant pour de nombreux prisonnières et prisonniers très en deça de son contenu même.
La troisième est ma conscience de ce que la libération de mes camarades est une bataille toujours en cours. Régis est incarcéré depuis plus de 20 ans, Georges, Nathalie et Jean-Marc, plus de 17. Je sors de prison mais je dois d'abord vaincre la maladie avant de pouvoir envisager une libération au sens propre. L'objectif reste ainsi celui de nos libérations.

Nathalie, en février 2007

Cependant, pour nous, militant-e-s emprisonné-e-s du fait du combat révolutionnaire mené par l’organisation communiste Action directe, nous sommes sûrs de notre route : celle des insoumis à l’ordre bourgeois. Tant que des femmes et des hommes porteront des idées communistes, les impérialistes au pouvoir frémiront jusqu’à ce que la peur les gèle dans leurs manoirs sécurisés à outrance.

Militants d'AD

Situation des  MILITANTS

Nathalie Ménigon

Georges Cipriani

en libération conditionnelle

Jean-Marc Rouillan

en semi-liberté 

NOS COMBATS

(avril 2010)

Après la semI-liberté de Georges Cipriani, la campagne continue pour la libération de Jean-Marc Rouillan
et encore et toujours  
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

(septembre 2008)

Contre le risque de peine infinie pour les prisonniers révolutionnaires - contre la rétention de sûreté - contre le CNO
Pour une libération complète et sans condition des prisonniers révolutionnaires
Pour une solidarité avec ces militants en semi-liberté, en libération conditionnelle et au-delà car le but reste le même: leur permettre de préserver leur identité politiqe et de vivre matériellement, politiquement.

  (août 2009)


Le combat pour la libération des prisonniers d'Action directe doit donc continuer et se renforcer ...
Après la réincarcération de Jean-Marc Rouillan, nous avons appris ce 20 août, le refus brutal et tellement politique de la libération conditionnelle pour Georges Cipriani.

Alerte: La santé, la vie de Jean-Marc Rouillan sont menacées, il doit être libéré.
Liberté pour Georges Cipriani'

C. GAUGER ET S. SUDER

PROCES CONTRE C. GAUGER ET S. SUDER

Pour suivre le procès : lire

 

LIBERATION DE SONJA SUDER

EMPRISONNEE DEPUIS SEPTEMBRE 2011 POUR DES FAITS REMONTANT A PLUS DE TRENTE ANS ET SUR LES SEULES ACCUSATIONS D'UN TEMOIN REPENTI HANS-JOACHIM KLEIN.

 

ARRET DES POUSUITES CONTRE CHRISTIAN GAUGER ET SONJA SUDER

ENGAGEES AU MEPRIS DE TOUTE PRESCRIPTION

SUR LES SEULES BASES DE DECLARATIONS OBTENUES SOUS LA TORTURE D'UNE PART ET D'UN REPENTI D'AUTRE PART

 

NON A LA TORTURE - NON A LA CITATION COMME TEMOIN D'HERMANN F.

Militant grièvement blessé en 1978, interrogé dès le lendemain d'une opération où il a perdu ses deux yeux et a été amputé des deux jambes, séquestré durant quatre mois sans mandat d'arrêt par la police, maintenu à l'iolement, et dont le tribunal prétend aujourd'hui utiliser les déclarations, qu'il a remis en cause dès qu'il a qu'il a pu être libéré des griffes des policiers.

 

LIBERATION DE SIBYLLE S., ARRETEE LE 9 AVRIL EN PLEIN PROCES POUR REFUS DE TEMOIGNER :

 

condamnée il y a plus de trente ans sur la base des déclarations de son ex-compagnon Hermann F., elle est restée proche de lui toutes ses années et refuse qu'on utilise ces déclarations qui lui ont été extorquées au prix de traitements inhumains.

 


Liberté pour Sibylle et Sonja 2

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés